Que choisir ? Home Cinema 5.1 ou projecteur de son ?

Confrontation fonctionnelle

Un ensemble home cinema phillipsCommençons par l’écoute du système de référence, 5.1 ! L’harmonie des enceintes frontales et leur proximité avec l’image permet d’obtenir une grande cohérence et une excellente précision de la scène sonore mais elle est quelque peu étriquée. Le fait d’écarter les enceintes droite et gauche pour former l’angle requis par la norme permet d’ouvrir considérablement les plans et l’étagement sonore. La sensation d’un son cinéma est bien réelle et on regrette de ne pas avoir une image plus imposante pour obtenir une fusion parfaite. Les enceintes surrounds contribuent à ce réalisme en immergeant efficacement mais discrètement l’auditoire. Dès qu’une scène devient explosive, le spectateur tel l’acteur se trouve plongé au cœur de l’action ; les effets tournoient, vont et viennent, d’avant en arrière, de bas en haut. C’est du grand spectacle !

Et le projecteur ?

Passons au projecteur de son qui surprend par la largeur de la scène sonore frontale qu’il déploie, alors que l’enceinte est monobloc. L’ampleur obtenue est proche des enceintes séparées physiquement. C’est étonnant qu’une seule enceinte soit capable d’une diffusion si ample. Par contre les effets surrounds sont timorés. On ne perçoit que quelques bribes de sons arrière alors que le local se prête bien à l’exercice des réflexions murales. Lorsque l’environnement n’est pas favorable aux réverbérations, les effets surrounds restent désespérément scotchés latéralement à l’avant de la pièce. Dans les deux cas, les effets ne parviennent pas à prendre de la hauteur et à englober les spectateurs.

Directivité

L’autre bémol concerne la directivité du système, qui pénalise fortement les spectateurs installées hors axes. Pour ainsi dire, seule la personne assise à la place ayant servi de référence pour le micro de calibration bénéficie d’une homogénéité de la scène sonore et des effets surrounds. D’un point de vue intelligibilité, articulation, assise du bas médium, qualité et richesse des timbres, le projecteur de sons a encore des progrès à faire pour égaler les enceintes traditionnelles.