Réaliser une campagne de emailing

La constitution d’un fichier d’adresses électroniques et la mise en oeuvre d’une campagne d’emailing impliquent la prise en compte de règles juridiques spécifiques.

L’emailing, ou encore le publipostage électronique, consiste dans l’envoi en nombre de messages publicitaires par voie de courrier électronique. Ce procédé de marketing direct est de plus en plus utilisé par les entreprises, en raison notamment de sa facilité et de sa rapidité de mise en oeuvre, de la pertinence des outils de statistiques qui y sont associés et des gains de coût significatifs qu’il représente par rapport aux autres moyens de prospection directe.

Un cadre légal précis

L’emailing est fondé sur l’adresse électronique du prospect ou du client, celle-ci étant considérée comme une donnée nominative au sens de la législation sur la protection des données personnelles, issue de la Loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978. La pratique de l’emailing doit donc nécessairement répondre à des exigences strictes en termes de collecte, de traitement et de conservation des adresses de courrier électronique. Le régime des courriers électroniques commerciaux est fixé par ailleurs par les dispositions du Code de la consommation, insérées par la loi pour la confiance dans l'économie numérique (LCEN) du 21 juin 2004, qui impose notamment le principe de l'interdiction de toute prospection directe par courrier électronique à destination des personnes physiques qui n'ont pas exprimé leur consentement préalable à les recevoir. Outre le respect de ce principe dit de l’«opt-in», l’annonceur devra veiller également à se conformer à certaines obligations de transparence dans le contenu et la forme de ses messages publicitaires, ainsi qu’à la législation en matière de publicité.

Acquérir des automatismes

Si ces règles peuvent paraître a priori contraignantes, la prise en compte de celles-ci relève cependant principalement de l’acquisition de certains automatismes dans le domaine du webmarketing, et contribue à crédibiliser et renforcer l’image des annonceurs auprès des internautes, lesquels doivent faire face à un nombre croissant de courriers électroniques de toute nature, et notamment à un nombre important de «pourriels», ou encore de spams (courriers publicitaires non sollicités adressés sans le consentement préalable de la personne).

Jérémie Verniau
www.webconseil.fr