Plongez dans la réalité augmentée

La réalité augmentée sur mobiles

Nos téléphones portables sont presque tous pourvus d’un objectif pour appareil photo numérique, et dont la qualité égale, voire dépasse celle de nos webcams. Vous l’aurez compris, il s’agit d’un appareil idéal pour développer des applications de réalité augmentée qui tiennent dans la poche.

Bien qu’encore relativement peu exploité, ce créneau ne manque pas d’intéresser les différents acteurs du marché. « Tout ce que nous attendons, c’est qu’Apple nous autorise à utiliser le flux vidéo de l’iPhone pour lancer notre application », nous explique Philippe de Passorio. Total Immersion s’est bien sûr intéressé à l’iPhone, mais voilà, tant qu’Apple ne permettra pas aux développeurs d’accéder directement au flux vidéo du téléphone, il sera bien difficile de faire profiter de la réalité augmentée à ses possesseurs. Du moins, pas à ceux qui n’ont pas « jailbreaké » le firmware du téléphone. Ces protections n’ayant plus lieux d’être une fois qu’elles ont été contournées, une scène moins officielle s’est mise en place en parallèle, et permet ainsi d’apporter à l’iPhone ce qu’il est impossible de faire à cause des restrictions du firmware. La réalité augmentée en fait bien entendu partie.



Mais l’iPhone n’est pas le seul téléphone à avoir le potentiel de proposer une telle application, et les éditeurs se sont bien évidemment penchés sur d’autres modèles. Citons par exemple l’application Layar, développée par la société hollandaise SPRXMobile pour la plateforme Androïd. Le principe est simple : en filmant le décor à travers la caméra de son téléphone portable, l’application est capable de reconnaître certains points précis de l’image et d’y associer une information, qui sera représentée sous la forme d’une icône apparaissant directement à l’écran, en superposition. Cela permet donc de stocker un certain nombre d’informations et de les partager ensuite, pour que d’autres utilisateurs puissent en profiter en utilisant l’application au même endroit plus tard. On imagine aisément les possibilités que cela peut apporter, non seulement pour les touristes, mais aussi plus simplement pour marquer un point plus efficacement que sur une simple carte.