Comparatif des meilleurs reflex grand public

Des objectifs sur la ligne de départ

Complément indispensable d’un bon reflex numérique, l’objectif a une importance capitale dans la qualité de l’image finale. Commençons par souligner la bonne idée de Canon de fournir, comme d’habitude, une optique en kit motorisée USM. Certes le moteur de ce 18-55 f/3,5-5,6 n’est pas un monstre de rapidité (celui fourni par Nikon est largement aussi véloce), mais il a le mérite de permettre une mise au point silencieuse particulièrement agréable.

Canon EOS 450DRemplaçant du 18-55 mm livré jusque-là avec les appareils reflex d’entrée de gamme, dont les résultats étaient tout juste médiocres, sa formule optique a été entièrement revue (on salue l’emploi de plusieurs lentilles asphériques). Le vignettage est toujours marqué à pleine ouverture. Il diminue néanmoins rapidement pour devenir imperceptible lorsque l’on diaphragme de deux crans. Beaucoup moins marquée que sur le modèle précédent, la distorsion est toujours présente en grand angle à pleine ouverture et elle diminue progressivement sans jamais totalement disparaître. Dans les focales supérieures, elle est très discrète. Corrects, ces résultats montrent que Canon s’est enfin mis au niveau de ses concurrents du point de vue du transtandard fourni en kit.

Les résultats du 18-55 mm fourni par Nikon sont très proches de ceux que nous venons d’observer. En effet, ici encore le vignettage est présent à l’ouverture maximale, et il devient presque imperceptible lorsqu’on ferme le diaphragme de deux valeurs. La distorsion est un peu moins présente en grand angle, pour disparaître au fur et à mesure que l’on allonge la focale.

Nikon D60Pentax K 200D

Le 18-55 mm ALII fournit par Pentax avec le K 200D reprend exactement les caractéristiques de la version AL. En effet, la seule différence réside dans l’application d’un traitement rendant la lentille frontale moins abrasive pour les poussières sur le nouveau modèle. On retrouve donc logiquement les caractéristiques moyennes de la version précédente : le vignettage et la déformation sont très légèrement moins marqués que chez Canon. Néanmoins, la différence est minime. Le moteur autofocus du K 200D est par contre assez bruyant, heureusement cet appareil est compatible avec les objectifs à motorisation interne (SDM).

Disposant de la couverture focale la plus large, le 18-70 mm de Sony est logiquement l’objectif testé qui donne les résultats les moins bons. Il paye sa polyvalence par une distorsion et un vignetage importants en grand-angle à pleine ouverture. Certes, les défauts deviennent moins importants à mesure que l’on ferme le diaphragme et que l’on allonge la focale, mais ils restent plus marqués que chez la concurrence.

Sony α350