Comparatif des meilleurs reflex grand public

Pour des photos plus dynamiques

En raison de leurs caractéristiques techniques, les capteurs numériques ont tendance à « brûler » les hautes lumières (claires) beaucoup plus rapidement que le négatif argentique (qui a plutôt tendance à « boucher » les ombres). Pour pallier à ce phénomène, qui frappe plus particulièrement les utilisateurs de fichiers JPEG (l’usage du Raw permettant d’éviter la perte d’information), les fabricants équipent désormais leurs appareils de systèmes qui provoquent une impression d’augmentation de l’écart entre les ombres encore détaillées et les hautes lumières encore matiérées (ou dynamique).

Le système ingénieux de Canon

Canon EOS 450DLà encore, c’est le 450D qui s’en tire le mieux. En effet, sa fonction « priorité hautes lumières » lui permet d’ « étendre » sa dynamique d’environ 2/3 d’IL, ce qui est loin d’être négligeable. Comme la dynamique d’un système est une donnée invariable, ce dispositif consiste à sous-exposer la prise de vue pour conserver plus de matière dans les tons clairs et à travailler la courbe de l’image (alors échantillonnée sur 14 bits) afin d’éclaircir légèrement les ombres et ainsi mieux percevoir les détails.

Sur le K 200D, le système est similaire et permet un gain encore plus important (de l’ordre d’1,3 IL en moyenne) en raison de la faible dynamique du capteur CCD par rapport au CMOS qui équipe le 450D. Le Canon garde donc l’avantage au final, même si l’évolution est moins flagrante. En outre, plus la modification est importante, plus l’impression d’une perte de contraste est forte.

Pentax K 200D

Le Dynamic Range Optimizer de Sony et le D-lightning de Nikon

Chez Sony, c’est la fonction DRO (dynamic range optimizer) qui remplit ce rôle. Néanmoins, comme l’α350 a une légère tendance à la sous-exposition (voir plus bas), le système se contente de ramener des détails dans les ombres. Ce système est réglable dès la prise de vue et il fonctionne plutôt bien, mais il a la désagréable conséquence de ramener du grain dans les ombres en haute sensibilité, attention donc au réglage. C’est également le cas sur les autres appareils testés, mais de manière un peu plus discrète.

Pentax k200d

Chez Nikon, c’est la fonction « D-lightning » qui remplit ce rôle. Ici encore, l’appareil se contente de jouer sur la courbe de densité pour ramener au choix un peu de détails dans les ombres ou de densité dans les zones claires. Ce système est également disponible en post-traitement avec en plus un choix parmi trois réglages d’efficacité.