Les smartphones

Pas beaucoup plus grand que son cousin le téléphone mobile classique, le smartphone associe la communication téléphonique et la gestion des données.

Capables de surfer sur le web, de lire des fichiers Excel et Word, de tenir à jour un agenda, de gérer des contacts, d’envoyer et de lire des e-mails ou encore d’indiquer la route, « les téléphones intelligents » (Smartphone en anglais), font aujourd’hui un tabac et pourraient être amenés, un jour, à remplacer l’ordinateur portable. Véritables outils de travail, ils combinent les avantages des assistants personnels et ceux des téléphones portables, notamment grâce aux réseaux sans cesse plus performants pouvant transmettre des données à vitesse grand « V ».


  • L’envolée des réseaux

En effet, jusqu’à récemment, seul le réseau GSM existait, ne pouvant transmettre que de la voix en analogique. Avec son débit limité de 9,6 kbps (kilobit par seconde), pas de quoi se connecter à Internet. Puis est arrivé le GPRS (Général Packet Radio Service) avec une vitesse de transfert comprise entre 35 et 115 kbps. En bénéficiant de débits plus importants, les utilisateurs échangent des volumes plus importants de données. Aujourd’hui, les opérateurs en sont au réseau de troisième génération (l’UMTS ou EDGE dite aussi 3G pour 3ème génération) qui affiche un débit de 384 kbps.

  • Les emails en temps réel

Enfin, les avancées en matière de messagerie mobile du BlackBerry y seraient aussi pour beaucoup dans le développement des smartphones. Développée par Research In Motion (RIM), une société canadienne, cette technologie permet d’afficher en temps réel (mode Push) les mails reçus sur sa boîte mail. Jusqu’à récemment, les BlackBerry étaient les seuls smartphones à posséder cette fonction push mail, la plupart étant en mode pull (il faut aller chercher l’info). Aujourd’hui opérateurs et constructeurs de terminaux (Nokia, Sony Ericsson, Motorola et HP) ont décidé de rivaliser avec BlackBerry.

Lou Gasiglia .