Sony Alpha 700 : la bonne surprise reflex

L'Alpha 700 de SonyPlus léger que ses concurrents directs (680g, contre 740g pour le 40D et 825g pour le D300), le dernier né des laboratoires Sony présente une qualité de fabrication qui n’a rien à leur envier. La coque est en effet constituée d’un alliage à base de magnésium qui confère au boîtier une bonne solidité. Comme chez Canon, la bague dans laquelle viennent s’encastrer les objectifs est solidaire de la chambre du miroir en plastique injecté.

Une étanchéité remarquable

Une finition réussieD’une solidité comparable, il devance néanmoins le 40D du point de vue de l’étanchéité. Contrairement à ce dernier, l’Alpha 700 présente en effet une véritable protection tous temps. À l’instar du Nikon D300, au prix largement supérieur, tous les boutons, les molettes, ainsi que le joystick sont munis de caches souples, de joints toriques ou plats de feuillure en silicone.

Comme ses concurrents directs, le capteur de l’Alpha 700 est muni d’un double dispositif anti-poussière : l’efficacité du système tient non seulement au support micro vibrant sur lequel est monté le capteur, mais également au traitement antistatique dont il est l’objet.

La prise en main de l’Alpha 700 est particulièrement agréable : les doigts épousent parfaitement la forme de la poignée. Très bien étudiée, elle oriente parfaitement le pouce sur les boutons. Un léger renfoncement prévu pour l’index permet une excellente tenue.

Le viseur privilégié

L'Alpha 700 vu de dosL’écran est un modèle du genre : il est grand (7,6 cm de diagonale), lumineux et doté de la définition record pour l’ensemble des gammes réflex (avec les Nikon D300 et D3) de 920000 éléments lumineux, soit environ 300000 pixels. Son usage est un vrai régal, mais nous regrettons que le boîtier ne permette par de visée Live View (avec l’écran).

C’est donc uniquement sur le viseur que repose la qualité de visée. Le pari est réussi : doté d’une couverture de 95% et d’un grossissement de 0,9x, son dégagement oculaire de 25 mm le différencie de celui du Canon EOS 40D. La différence reste néanmoins minime, à part pour les porteurs de lunettes pour qui les quelques millimètres gagnés sont synonyme d’un confort grandement accru. Le verre de visée Acute Mat se révèle aussi fin que lumineux et mettre son œil dans le viseur de l’Alpha 700 est un vrai plaisir.

Reste maintenant à étudier l’ergonomie de l’Alpha 700 ...