Sony Ericsson S500i : la téléphonie en harmonie

« Inspiré par la nature » créé par Sony ericsson

Dans le domaine de la téléphonie mobile, la notoriété de Sony Ericsson n’est plus à faire. La sortie d’un nouveau modèle est toujours un évènement. Le Sony Ericsson S500i ne déroge pas à la règle. Compact, ce téléphone coulissant est présenté par le constructeur comme un produit « inspiré par la nature ». Cette formulation assez mystérieuse attise la curiosité… Situé en milieu de gamme, que propose ce nouveau téléphone ?

Il est important de préciser que le test que vous aller lire a été réalisé avec un modèle de pré-série. Certaines fonctionnalités peuvent donc être différentes, voire améliorées sur les modèles destinés à la vente.

Caractéristiques
Dimensions 99 x 47 x 14 mm
Capteur photo 2 mégapixels
Mémoire interne 12 Mo + Port carte Memory Stick Micro
Résolution de l’écran 240 x 320 pixels
Poids 91 g
Prix

Une autonomie décevante

Sony Ericsson est réputé pour l’autonomie de ses mobiles. Avec environ trois heures d’autonomie en communication, le S500i s’en sort plutôt bien. Il est par contre évident qu’une utilisation mixte du téléphone (multimédia, sms, appels,…) réduira sensiblement cette autonomie.

Fonctionnalités : le minimum requis

L’organisation au rendez-vous

Le Sony Ericsson S500i n’est pas un concentré de technologie. Il dispose du nécessaire et s’en tient là. Bien sûr, on retrouve les éternelles fonctions d’organisation telles que l’agenda et la fonction alarme. Cette dernière est d’ailleurs mise en avant par une icône à part dans le menu général. Vous avez la possibilité d’en programmer plusieurs à la fois et d’en personnaliser la sonnerie ainsi que le texte à afficher lors de l’activation. Pour la synchronisation avec votre ordinateur, il ne faudra compter que sur le logiciel propriétaire de Sony Ericsson : PC Suite.

Le multimédia sans excès

Doté de la technologie Bluetooth A2DP (stéréo), ce téléphone n’a pourtant rien à voir avec un musicphone. Certes, il est équipé d’un lecteur audio, compatible avec les formats MP3, AAC et AAC+, mais il ne possède pas de touches dédiées et la fonction reste elle-même très basique. On regrette également l’absence de compatibilité avec le format WMA, assez répandu. Pour la navigation sur internet, on appréciera la technologie EDGE intégrée au téléphone.

Une qualité photo honnête

Le Sony Ericsson est équipé d’un appareil photo avec un capteur de 2 mégapixels, sans flash ni autofocus. De ce fait, on ne s’attendait pas à une qualité exceptionnelle. Néanmoins, il ne manquera pas de nous surprendre avec des clichés plus qu’honnêtes. Les couleurs sont plutôt bien respectées, la luminosité et les contrastes ne sont pas mauvais. On aurait toutefois aimé la présence d’un autofocus pour obtenir une image un peu plus nette. Mais pour un téléphone de sa catégorie, ce n’est déjà pas si mal.

Une convivialité à toute épreuve

Une réactivité hétérogène

Le Sony Ericsson est assez réactif à l’allumage : il mettra moins de 20 secondes à être opérationnel. On regrette qu’il n’en soit pas de même pour l’utilisation générale. En effet, lors de la navigation dans les menus, il n’est pas impossible qu’il y ait quelques instants de latence lors de l’accès à certaines fonctions.

Menu : Sony Ericsson égal à lui-même

Comme la plupart des modèles de la marque, le Sony Ericsson est doté d’un menu clair, simple et convivial. Les initiés le manipuleront les yeux fermés, tandis que les néophytes s’y retrouveront sans le moindre problème.

Une interface en harmonie avec le temps

Une nouveauté est pourtant apparue avec ce modèle. L’interface générale du téléphone change selon les saisons et les heures de la journée. Par exemple, la Saint Valentin sera célébrée par une animation constituée de cœurs sur un papier peint de couleur rouge. On retrouvera des animations et couleurs différentes selon les évènements de l’année (Noël, Halloween, etc.). Cette spécificité est enjolivée par un écran d’une résolution de 240 x 320 pixels et proposant 262 144 couleurs.

Un design réussi, mais une finition bâclée

Considéré comme un téléphone fin par son constructeur, le Sony Ericsson possède des dimensions qui peuvent nous faire douter : 99 x 47 x 14 mm, pour 91 grammes. Les finitions sont quelque peu douteuses par endroits, notamment au niveau des jeux du clavier coulissant. Ces défauts sont peut-être dus au fait que le modèle testé est un produit de pré-série. Néanmoins, les matériaux utilisés sont loin d’atteindre le niveau des autres téléphones de la marque : plastique, et clavier métallique (peut être facilement rayé). Le design dans sa globalité est par contre assez réussi. Néanmoins, on s’attendait à mieux de la part de Sony Ericsson, surtout que ce téléphone est clairement dédié à un public féminin.

Une qualité d’émission/réception en deçà de nos espérances

Encore une fois, on attendait mieux du constructeur sur ce point. Lors d’une communication, le son est feutré, parfois même assez lointain. Par contre, on ne note aucun grésillement, et la voix ne sera pas « métallique ». Il faudra donc redoubler d’efforts pour suivre une conversation dans un environnement bruyant. On apprécie par contre la puissance volumique de ce téléphone, aussi bien en utilisation traditionnelle, qu’avec le mode haut-parleur ou encore le kit piéton. Il faut savoir que les tests effectués dans ce domaine sont également soumis au bon fonctionnement du réseau.

Verdict sur le Sony Ericsson S500i

Le Sony Ericsson S500i est à n’en pas douter un téléphone dédié à un public féminin. De ce fait, le constructeur a voulu mettre l’accent sur l’interface interactive et le design. Tant et si bien que le téléphone reste trop classique. On retrouve les caractéristiques minimales, sans aucun attrait supplémentaire.

Sony Ericsson S500i
Ce mobile saura séduire un large public féminin. Sobre et classieux à la fois, il propose une bonne ergonomie et une convivialité d’utilisation comme Sony Ericsson sait si bien le faire. ».
  • Les plus
  • Les moins
    • Sa simplicité d’utilisation
    • Son interface interactive
    • Sa qualité photo correcte pour un 2 mégapixels
    • Sa qualité d’émission/réception
    • Sa finition