Enceinte Bluetooth : test de la Sony SRS-BTS50

Alors que le constructeur japonais proposait déjà de nombreuses enceintes sans fil, il en a dévoilé une nouvelle à l’occasion de l’IFA 2013 à Berlin. Plus compacte et plus design que la SRS-BTX300 pour un prix 50 euros inférieur, la BTS50 cible un public plus jeune et dynamique.

Lire notre comparatif des meilleures enceintes Bluetooth

Design et prise en main

La SRS-BTS50 de Sony propose un design relativement compact et un large choix de couleurs. Une proposition qui saura séduire les audiophiles nomades les plus jeunes. Particulièrement adaptée à une cible jeune et urbaine, l’enceinte que nous avons testée propose un revêtement en caoutchouc blanc sur toute sa longueur, ses finitions et ses boutons quand le reste de l’enceinte adopte un tissu bleu légèrement maillé. L’ensemble n’est pas sans rappeler l’enceinte Boom d’Ultimate Ears avec des matériaux dynamiques et plutôt légers  et une forme de prisme triangulaire.

Au niveau des différents connectiques et boutons, l’enceinte fait le choix du minimalisme. Si elle propose des boutons pour augmenter ou diminuer le volume, ainsi qu’un bouton d’appel téléphonique sur la droite, ce sont là les seuls disponibles sur l’appareil. Toujours à la manière de l’UE Boom, Sony a également choisi de proposer un crochet afin de pouvoir fixer l’enceinte à une sangle de sac à dos ou à une ceinture en cas de déplacement. Le côté droit de l’appareil, enfin, propose évidemment un bouton de mise sous tension de l’enceinte ainsi qu’une position « hold » afin de bloquer les contrôles. L’étiquette NFC vient quant à elle se loger au-dessus des boutons de volume et se signale par un logo présent sur le revêtement en tissus. Sur le côté gauche de la BTS50, on retrouve les différentes connexions, masquées par un cache afin de les protéger d’éventuelles éclaboussures. Si ce cache héberge la prise d’alimentation, on y retrouve également une prise d’entrée et une autre de sortie audio afin d’y connecter une source filaire ou de profiter de sa musique au casque. Enfin, deux voyants sur le dessus de l’enceinte permettent de voir si l’alimentation ou le Bluetooth sont allumés.

Simplicité d’utilisation

Sans être simpliste, l’enceinte Bluetooth de Sony n’innove pas fondamentalement en termes de fonctionnalités techniques.

Le SRS-BTS50 permet ainsi d’appairer simplement son smartphone ou sa tablette compatible à l’aide d’une étiquette NFC. Pour appairer manuellement, il faut appuyer sur le bouton Bluetooth, situé sur le dessus de l’enceinte au niveau de la LED. Par ailleurs, on apprécie le deuxième bouton invisible situé de ce côté de l’appareil. En pressant dessus, il est possible d’avoir une estimation de l’autonomie restante, restituée par la voix de l’enceinte et convertie en nombre d’heures en fonction du niveau du volume sonore. Mesurée au même volume, relativement fort, que les autres enceintes, la BTS50 s’en sort relativement bien avec 7h d’autonomie au compteur.

Parmi les autres fonctionnalités de l’enceinte, on notera également la possibilité de passer, mais surtout recevoir des appels. Testée avec un smartphone Android, on n’a pu en effet réussir à lancer un appel depuis l’enceinte. En revanche, le bouton téléphonique situé sur l’enceinte permet très simplement de répondre à un appel et de pouvoir prolonger la communication en mode haut-parleur grâce au micro intégré.

Qualité sonore

Autant le dire d’emblée : la qualité sonore est le gros point négatif de l’enceinte de Sony. A commencer par sa puissance. Si la puissance n’est certes pas synonyme de qualité, on regrette que l’enceinte soit limitée à 5 watts, soit deux haut-parleurs de 2,5 watts.

L’enceinte ne propose pas de bouton pour booster les basses ou ajouter un effet surround à votre musique. Néanmoins, pour activer un effet spatialisé, il suffit de redresser l’enceinte vers le haut. De cette manière l’accéléromètre va repérer la position de la BTS50 et proposer un son à la fois plus spatialisé et surtout plus riche. C’est d’ailleurs le véritable problème : ce son spatialisé est bien meilleur que le son par défaut de l’enceinte et on se demande pourquoi Sony n’a pas décidé d’en fait le son de base de son appareil.

En effet, sans aucun effet, l’enceinte propose un son à la fois faible, mais qui manque également d’ampleur, s’avère plutôt sec et monte trop dans les graves. L’effet surround permet quant à lui d’optimiser le rendu sonore avec des aigus plus précis et donc une musique plus équilibrée, mais également une stéréo qui se ressent d’autant mieux. Si l’enceinte s’avère efficace sur du rap ou de l’electro, elle l’est beaucoup moins sur des musiques plus équilibrées avec davantage de nuances comme le jazz ou la musique classique.


Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire