http://media.bestofmicro.com/Q/I/564714/original/musique_en_ligne.jpg

Apple Music, Spotify, Deezer... Quel est le meilleur service de musique en ligne ?

Toute votre musique en ligne

La sortie toute fraîche d’Apple Music est l’occasion de se poser pour de bon la question de savoir quel est le meilleur service de musique en ligne. Beaucoup de chemin a été fait depuis le lancement de Blogmusik en 2006, depuis devenu Deezer. Aujourd’hui, de nombreux services proposent d’écouter de la musique sur Internet. Au fil des années, ils se sont perfectionnés au point de surpasser largement la simple écoute de morceaux en ligne, notamment avec l'arrivée de radios ou de vidéos.

Aujourd’hui, ces services vous proposent toujours plus de nouveau contenu, analysent vos habitudes, vous donnent des suggestions sur la musique qui est la plus susceptible de vous plaire. Tous tentent donc de faire valoir un point fort, un détail qui en ferait le service incontournable par rapport à une concurrence qui refuse de lâcher le moindre centimètre carré de terrain. 

Pourtant, il y bien des critères pour les différencier. Taille de la bibliothèque musicale (nombre de titres disponibles), qualité audio, application mobile et prix en sont un exemple. Nous avons testé les six services de musique en ligne les plus populaires. Voici l'état des lieux et nos conseils pour choisir où écouter votre musique entre Spotify, Deezer, Apple Music et autres Qobuz.

Nos services de musique en ligne préférés


Tous les services, du gratuit au payant

L’argent ne fait peut-être pas le bonheur, mais il joue en tout cas la musique sur nos ordinateurs et nos téléphones. Si chacun de ces services musicaux y va de son propre modèle économique plus ou moins audacieux, tous demanderont en revanche de sortir le porte monnaie pour en profiter pleinement.

Les offres gratuites avec publicité

Deezer et Spotify, par exemple, sont les deux seuls services de notre comparatif qui croient en un modèle gratuit financé par la publicité. Concrètement, cela signifie que tout le catalogue de ces deux services peut être écouté sans débourser un centime, mais il faudra en revanche supporter des coupures publicitaires régulières. Cette contrainte n’est en revanche pas la seule, puisque pour le prix de la gratuité, les utilisateurs de Deezer et de Spotify ne pourront pas non plus profiter de ces services sur mobile. Seuls les services Web pour PC et Mac sont accessibles sans payer, le reste étant soumis à des abonnements plus ou moins coûteux.



Offres payantes : le mobile à l'honneur


Car le financement par la publicité ne fait pas tout. Aussi, les deux services proposent un abonnement payant, qui porte dans les deux cas le surnom de « Premium ». Et il n’y a pas que le nom qui est commun aux deux sites, mais aussi le prix : 9,99 euros par mois. Pour ce prix, on se débarrasse évidemment de la publicité, et on gagne surtout la possibilité d’écouter le catalogue depuis un mobile, ainsi que de télécharger morceaux sur un appareil pour pouvoir les écouter n’importe où, par exemple dans les transports en commun où la connexion à Internet peut être capricieuse, voire inexistante. Dernier point, qui tient un peu plus du détail mais que les deux marques tiennent à faire valoir : la qualité des morceaux se voit améliorée dès lors qu’on choisit une formule Premium : on passe à une compression à 320 Kbit/s dans les deux cas, ce qui est supérieur à une bonne partie des contenus trouvables sur le Net.

9,99 euros, c’est en fait le prix classique pratiqué par la plupart des services de musique illimitée sur le Net. Même le tout nouveau Apple Music s’est aligné sur ce tarif, qui est également partagé par Google Music, Qobuz et Tidal. Seuls ces deux derniers proposent des formules plus onéreuses. Tidal intègre en effet une offre dite « HiFi », à 19,99 euros, dont le seul intérêt est de profiter d’une musique non compressée, et donc de meilleure qualité. Qobuz, quant à lui, pousse le bouchon un peu plus loin dans la même direction, et propose pas moins de cinq formules différentes, allant de 4,99 euros par mois (qui ne propose globalement que l’écoute en streaming sur un PC) jusqu’à une offre « Sublime », à 219,99 euros par an, et qui offre la possibilité de télécharger des morceaux « Hi-Res 24-Bit », dont la qualité est largement vantée sur le site. Trop onéreuse pour les simples amateurs, cette dernière offre se réserve aux puristes qui dépensent sans compter.




Les alliances avec les opérateurs

D’autres services ont fait un choix plus pragmatique pour se rendre uniques, en signant directement des partenariats avec des opérateurs téléphoniques. C’est le cas de Deezer, allié à Orange, et Spotify, qui a prêté allégeance à Bouygues Télécom. Concrètement, cela ne signifie pas que ces services sont inaccessibles chez les autres opérateurs, mais au contraire que certains forfaits vous permettront d’y accéder sans surcoût, l’option étant comprise dans le prix de votre abonnement téléphonique. Aussi, les abonnés d’Orange peuvent choisir un forfait leur permettant d’écouter Deezer Premium dans payer un euro de plus, et les abonnés Bouygues peuvent en faire autant avec Spotify Premium. Un argument qui ne manquera pas de jouer en faveur de ces deux services auprès des abonnés concernés. Attention toutefois à bien vérifier que l'option concerne votre forfait, notamment en ce qui concerne les forfaits low cost.


Des petits plus pour chaque service

Proposer de la musique en accès illimité pour une dizaine d’euros par mois, c’est très bien, mais c'est en substance ce que propose déjà la totalité des services testés par nos soins. Il est donc nécessaire d'imaginer la fonction exclusive qui va ringardiser la concurrence, et tous l’ont bien compris. Cela pourrait d’ailleurs être ce critère qui sera le plus à même de faire pencher la balance pour certains utilisateurs, en tout cas plus que le prix, qui est de toute manière assez proche d’un service à l’autre.

De la musique agrémentée de clips


Se différencier pour se détacher de la masse, voilà l’objectif de ces quelques fonctions proposées comme des “plus” pour l’utilisateur. Tidal, par exemple, a décidé de miser sur d’autres formats que la simple musique. Le service, racheté en début d’année par le rappeur Jay Z, propose en effet près de 75 000 clips musicaux, qui sont automatiquement accessibles à tout utilisateur s’achetant un abonnement. Cela permet de compléter les 25 millions de titres au catalogue (c'est conséquent, mais cela reste inférieur à la concurrence), mais aussi de proposer un service absent des autres plateformes du genre.


Des radios pour tous les goûts

Deezer, de son côté, a décidé de proposer à ses utilisateurs un service assez original pour découvrir de la musique, baptisé Flow. Ce service analyse en permanence les morceaux écoutés et les favoris de l’utilisateur, et établit ainsi une liste de lecture composée d’artistes similaires et de morceaux pouvant convenir au même public. Plus qu’une manière de découvrir des artistes, Flow permet également d’obtenir de la musique en un simple clic, la fonction étant directement proposée dès la page d’accueil de l’application. Une bonne manière de trouver des pistes intéressantes quand on ne sait plus trop quoi écouter.


Du côté d’Apple, le service Music propose sa propre radio, nommée Beats 1. Plus qu’une simple diffusion de morceaux de musique en continu (à la manière de Flow chez Deezer), il s’agit d’une véritable station de radio, animée par plusieurs DJ et disposant de ses propres plages horaires pour des diffusions thématiques. La sélection musicale n’est donc pas simplement effectuée par un ordinateur, et il est assez plaisant d’écouter un véritable DJ nous faire découvrir ses morceaux préférés, que l’on peut d’ailleurs consulter et ajouter à sa propre bibliothèque au moment de leur diffusion, pour une écoute ultérieure.

Enfin, Qobuz a fait un choix un peu plus particulier, puisqu’il vise une clientèle qu’on pourrait qualifier de niche : les plus puristes des mélomanes. Seul service de notre comparatif à proposer 5 forfaits différents, il est certainement celui qui offre aussi la meilleure qualité d’écoute, pour peu qu’on y mette le prix. Les forfaits dépassant les 10 euros par mois proposent par exemple de la musique en qualité CD, compressée sans perte, une fonction absente des autres services.

Interface et simplicité d’utilisation

De manière générale, écouter de la musique devrait être aussi simple qu’un clic. Il est donc essentiel de disposer d’une interface simple et compréhensible, mais aussi performante pour naviguer efficacement à travers les plusieurs millions de titres proposés par chacune des plateformes. Malheureusement, dans ce domaine, tous ne sont pas logés à la même enseigne.

Spotify et Deezer font incontestablement partie des services qui proposent une interface des plus agréables. Leurs applications mobiles évitent intelligemment la multiplication de menus inutiles, et permettent de faire à peu près ce que l’on veut en quelques clics. Les deux proposent également un système de création de playlist assez simple et agréable d’utilisation, qui permet de garder ses morceaux préférés dans un coin de son téléphone pour les retrouver à tout moment, toujours en quelques clics. Seul bémol : un usage un peu trop prononcé du fameux menu latéral, où toutes les fonctions sont bien sagement cachées, notamment pour l’application de Deezer. Si ce menu permet de retrouver toutes les fonctions simplement, ce qui est en soi un avantage, on aurait aimé un meilleur usage de l’espace disponible sur l’écran, au moins pour accéder aux fonctions les plus courantes.



C’est justement ce que propose Apple Music dans son interface, qui rappelle beaucoup les standards de ce qu’on retrouve dans la plupart des applications iOS : cinq boutons proprement alignés en bas de l’écran, accessibles à tout moment, et qui permettent de jongler entre les différentes fonctions proposées. Pourtant, si ce point fort est à souligner pour l’application d’Apple, son interface pêche dans presque tous les autres domaines. Assez peu ergonomique, notamment en ce qui concerne les réglages concernant son compte, elle aura vite fait de perdre l’utilisateur lors de son premier lancement, le laissant tâtonner pour découvrir tout ce que le service peut offrir. De manière générale, l’unique façon d’accéder à la fiche d’un artiste et à sa discographie est de passer par le champ de recherche, et cela même si on est déjà en train d’écouter un de ses morceaux. Impossible, par exemple, de cliquer simplement sur son nom pour cela, une fonction pourtant proposée par les applications concurrentes.

L’application de Tidal propose également une interface qui gagnerait à être clarifiée. Si elle est originale, elle n’est pas des plus intuitive, et repose un peu trop sur l’ouverture de menus à la chaîne pour parvenir à ses fins. Cela est notamment dû au fait que l’application ne propose pas que de la musique, mais aussi des vidéos, ce qui étoffe son catalogue mais ne sert pas la sacro-sainte simplicité d’utilisation.

Bilan des offres

Loading...

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire