Reportage au Team Lagardère : pépinière de champions

Les technologies d’évaluation de l’athlète

L'ARIELAu Team Lagardère, on cherche à déterminer scientifiquement le potentiel maximal de l’athlète à un moment donné. On le teste à des moments clés de son entraînement. On évalue ainsi les progrès, les coups de fatigue, on prévient autant que possible les blessures et on voit si l’entraînement va dans le bon sens. Tout d’abord grâce à une machine, l’ARIEL, qui mesure, par des phases de poussée intenses, les qualités musculaires, comme l’explique Ontanon. « C’est un système pneumatique pour régler par le biais de l’informatique des vitesses de déplacement. L’athlète se place dessous, et on peut déplacer en vitesse constante ce qu’il met dans la poussée. Cela permet d’analyser la force musculaire en termes d’explosivité et d’estimer la force maximale. Les chercheurs renvoient l’information sur les écrans et les athlètes ont un feedback immédiat. »

Des appareils à la pointe

Le K4Le K4, lui, détermine les échanges gazeux respiratoires et analyse le fonctionnement du muscle à l’effort. « On mesure la consommation d’oxygène grâce à cet appareil portable. On peut évaluer la consommation maximale, voir si la séance est bien calibrée ou réajustée. » Le tapis de course avec armatures vient dans cette logique et peut monter jusqu’à 40km/h. La course peut se faire en descente ou en côte. La salle de musculation tient évidemment un grand rôle dans l’entraînement. Elle comporte tous les appareils nécessaires, rameurs, appareils à bras comme le Winch, qui permet à un athlète blessé aux jambes par exemple de pédaler avec les bras pour continuer de travailler. Il y a aussi les accéléromètres, qui mesurent la puissance et la vitesse d’accélération d’une charge. L’appareil, placé sur une barre, est équipé de boîtiers d’enregistrement. « On peut avoir ça dans certains pôles de l’INSEP, mais l’INSEP c’est une multitude de disciplines et le service biomécanique ne peut pas répondre à la demande en réactivité. Ici demain matin je demande une estimation et quelques heures après j’ai le traitement » apprécie Ontanon.