[Test Antivirus] Kaspersky Total Security 2016

6 raisons de faire confiance (ou pas) à Kaspersky Total Security 2016

Chez Kaspersky, on ne badine pas avec la sécurité et la vie privée de l’utilisateur. L'éditeur fait preuve d'une volonté de mettre l’expertise technologique au seul service de la sécurité. Et de la technologie, cette suite en a à revendre. Pour qui prend le temps de maîtriser l’ensemble de ses paramétrages et de ses boucliers, elle transforme le PC en forteresse inviolable. Elle protège efficacement le PC, mais aussi votre vie privée. L’édition 2016 vient encore apporter quelques modules et options supplémentaires, mais c’est surtout le centre de contrôle Web « My Kaspersky » qui justifie à lui seul l’acquisition de cette édition, dès lors que le foyer comporte plusieurs machines à protéger et que l’on veut pouvoir les piloter où que l’on soit. Malgré tout, la copie n’est pas parfaite et quelques défauts obligent à mettre des bémols à notre opinion globalement très positive.

1 - Oui, parce qu’il allie simplicité et sophistication

Reprenant la recette de l’an dernier et l’excellente interface utilisateur, Kaspersky 2016 allie, avec subtilité, technicité des protections et convivialité. Aussi personnalisable et performante soit-elle, cette suite reste très simple d’emploi. L’écran d’accueil se focalise sur l’essentiel. Mais les utilisateurs avertis découvriront rapidement que la suite n’a rien perdu de sa richesse de réglages et paramétrages. On aime les automatisations qui déclenchent des nettoyages avancés lorsqu’une menace importante a été détectée, qui renforcent les protections dès que vous basculez sur un réseau WiFi non protégé, ou qui vous bloquent l’accès aux banques et sites de paiement lorsque votre système présente encore des vulnérabilités qui devraient être corrigées.

2 - Oui, parce que ses protections sont super avancées

Techniquement, il n’y a pas photo. Kaspersky Total Security 2016 est la suite technologiquement la plus avancée du marché et la plus riche en fonctionnalités. Elle est très solide face aux codes inconnus et protège très solidement votre vie privée que ce soit lors de la saisie des mots de passe sur les navigateurs, lors des transactions bancaires (fonction SafeMoney), ou lors de vos navigations Web grâce à une nouvelle extension navigateur (Private Browsing) qui joue un rôle similaire à Ad-Blocker et bloque les collectes d’informations personnelles.
Kaspersky 2016 surveille activement les connexions réseau et les ports de communication, empêche l’utilisation de la Webcam à votre insu, analyse la réputation des fichiers téléchargés, bloque automatiquement les redirections vers certains domaines, signalent les occurrences dangereuses lors des recherches. Singulièrement, la suite a toujours proposé des réglages plus avancés pour les utilisateurs les plus paranoïaques, et sa nouvelle fonction d’anti-phishing, qui était déjà la meilleure du marché, a encore été améliorée. Il n’a laissé passer aucun de nos faux sites bancaires français et ne s’est laissé piéger que sur un site factice iTunes qui n’aurait piégé que des utilisateurs très inattentifs.
Là où Kaspersky 2016 déçoit un peu, c’est dans la lutte contre les adwares et crapwares. Le logiciel est intraitable pour défendre les navigateurs contre les barres publicitaires. Mais il laisse encore passer l’installation d’applications indésirables (pseudo gestionnaires de pilotes ou d’optimisations système) qui ne présentent aucun danger pour l’utilisateur, mais impactent le système et affiche des messages pour encourager l’acquisition de versions complètes. Le nouveau Norton 2016, par exemple, fait bien mieux en la matière et lutte plus efficacement contre ce fléau très francophone.

3 - Oui, parce qu’il offre une vue absolue de son système

En sécurité, savoir c’est déjà se protéger à 50%. Savoir que l’on est attaqué, savoir qu’un réglage n’est pas optimal, savoir que des éléments vulnérables ne sont pas à jour, savoir que des processus en cours d’exécution utilisent telle ou telle fonction du système et communiquent avec tel ou tel port… La suite offre plein d’outils de surveillance et de diagnostics. Elle repère (et bloque) tous changements apportés aux navigateurs Web et au système. Elle permet de restreindre les droits des applications inconnues ou douteuses, analyse la pertinence de vos paramètres système, corrige les réglages erronés,  signale les logiciels périmés et les vulnérabilités, renforce les réglages du système, nettoie les historiques, caches, logs et autres traces.

4 - Oui, parce que l’on peut piloter la sécurité du foyer

Comme bien d’autres suites du marché, Kaspersky 2016 offre enfin une interface Web qui permet de piloter le déploiement des protections sur tous les appareils (PC, Mac, Smartphones, Tablettes) du foyer et de vérifier qu’elles sont bien actives. Mais alors que la concurrence s’arrête généralement là, Kaspersky Total Protection va bien plus loin puisqu’il permet d’interagir à distance avec les protections pour réactiver des protections désactivées, renforcer des boucliers, déclencher des analyses, etc.
Et puisque nous parlons de protéger le foyer, on regrettera que le contrôle parental soit aussi basique. Même s’il est très complet en termes de fonctionnalités, il manque franchement d’intelligence quand il s’agit de bloquer les images choquantes ou d’empêcher les recherches sur un vocabulaire argotique ou sexuel. En outre, il n’est pas vraiment pilotable à distance.

5 - Non, parce que cette Total Security ne vaut pas son prix

Le contrôle parental décevant de la Suite illustre à la perfection les incohérences de cette « Total Security 2016 ». Pour une raison incompréhensible, la suite embarque l’ancienne protection parentale au lieu du système Web « Kaspersky Safe Kids ». Ce dernier n’est pas plus pertinent en matière de protection, mais il est beaucoup plus évolué en termes d’administration distante et au final bien plus pratique et bien plus simple à mettre en œuvre. Du coup, il paraît plus logique d’opter pour « Safe Kids » dans sa version gratuite plutôt que d’utiliser le contrôle parental de la suite ! Pas très malin !
Dans le même esprit, on regrettera que les modules de sauvegarde et de protection des mots de passe soient aussi « old school ». Ils fonctionnent et vous pouvez avoir totalement confiance en eux, mais le support Cloud de la sauvegarde est risible et les fonctionnalités de Password Manager ne rivalisent pas avec celles de Dashlane ou LastPass.
Enfin, comble du ridicule, là où certains introduisent des packs avec nombre d’appareils illimités, Kaspersky propose des logiciels, soi-disant « multi-device », dont la licence se limite à 1 poste ! Autrement dit, pour 69,99 €, Total Security ne protège qu’un seul appareil ! Il faut débourser 99,99 € pour couvrir à peine 5 appareils (sic) ! Tout cela pour une seule année bien sûr.
Bref Kaspersky devrait se poser, réfléchir à ses offres actuelles, regarder ce que fait la concurrence et réimaginer la conception des différentes déclinaisons de sa suite pour offrir des compositions plus équilibrées et plus attractives. L’offre actuelle est tout bonnement incohérente à nos yeux.

6 - Non (pour le moment), si vous avez Windows 10

Le vrai hic de cette édition 2016, c’est qu’elle possède une liste longue comme le bras de fonctionnalités et protections désactivées sous Windows 10, car non adaptées au nouvel OS de Microsoft. Une mise à jour majeure attendue en fin d’année ou au début de l’année 2016 devrait restreindre considérablement cette liste et redonner à Kaspersky 2016 toute sa pertinence sous Windows 10. Mais en l’état actuel, la suite paraît tout simplement inadaptée au nouveau Windows bien que compatible.

Kaspersky Internet Security 2016 – Multi Device : 49,99 € 1 an / 1 appareil
Kaspersky Total Security 2016 – Multi Device : 69,99 € 1 an/1 appareil

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire