[Test] Bluetens : faut-il craquer pour le kiné connecté ?

Jusqu’à maintenant, la grande majorité des objets connectés étaient passifs, c’est-à-dire qu’ils se contentaient d’analyser notre vie quotidienne. Avec le Bluetens ces objets passent à l’action. Ce petit boitier dont le nom vient de la contraction de Bluetooth et de Tens, l’appellation générique des électrostimulateurs, est connecté sans fil à des appareils sous Android et iOS. Il se présente donc comme un « kiné connecté » grâce à de l’électrostimulation. 

4 raisons de craquer (ou non) pour le Bluetens

Le terme peut prêter à sourire, tant il a pu être associé à des rêves de corps sculptés sans le moindre effort dans les télé-achats. Pourtant, ce dispositif est surtout utilisé par des kinésithérapeutes pour traiter certains patients ou pour de la relaxation. Ce sont toutes ces fonctions qui sont promises par la technologie. Réussit-elle alors à faire du bien là où ça fait mal ?

1 - Oui, pour sa simplicité

La Bluetens se compose de deux principaux éléments : un petit boitier en plastique particulièrement léger et quatre électrodes autocollantes, reliées entre elles par un long câble blanc. Le maitre mot ici est simplicité : entre le moment où l’on décide de s’en servir et l’instant où les stimulations commencent, il se passe une minute tout au plus. Depuis l’application, on sélectionne le programme correspondant à ses besoins, selon trois catégories : soin, relaxation et fitness. Pour chacune d’entre elles, différentes parties du corps sont accessibles, avec à chaque fois plusieurs programmes. L’idée est de cibler avec précision la zone et les envies de chacun des utilisateurs.

Une fois son choix fait, il suffit d’installer les quatre électrodes puis d’allumer le boitier avec le seul bouton disponible. À partir de là, les stimulations débutent tandis qu’un compteur de temps va encadrer à la seconde près la session. Il est alors possible de gérer la puissance de deux manières : soit depuis le boitier grâce à une molette placée sur la partie supérieure, soit depuis l’écran de son smartphone ou de sa tablette.

2 - Non, pour son application qui bug encore

L’application Bluetens est disponible pour iOS et Android. Pour nos tests, elle a été essayée sur un iPhone. En terme d’ergonomie, elle est particulièrement simple. D’un glissement de doigt on choisi le type de stimulation (soin, relaxation ou fitness), de l’autre la zone à traiter. Seulement, il arrive que l’illustration indiquant où placer les électrodes ne corresponde pas. Ce bug serait toutefois corrigé sur une version plus récente du logiciel.

Par ailleurs, la connexion entre le boitier et le téléphone est parfois perturbée. Lorsque la liaison se rétablit, le compteur du programme en cours a la fâcheuse tendance de se remettre à zéro. Conséquence : si l’on n’y fait pas attention, la session peut durer plus longtemps que prévu initialement. C’est surtout gênant dans le cadre d’une activité « fitness » où les 5 premières minutes sont dédiés à la chauffe des muscles. Il faut alors reprendre complètement la séance.

3 - Oui, parce que ça fonctionne

Après avoir essayé les différents programmes du Bluetens, le constat est clair : tous fonctionnent parfaitement bien.

Fitness : n’espérez pas développer vos muscles en étant assis devant la télévision, cette promesse de téléachats est et restera un fantasme. Cette fonction s’utilise en réalité pendant une séance de sport pour intensifier l’effort sur un muscle et ainsi le travailler plus en profondeur. Si les premières minutes sont déstabilisantes, on se prend rapidement au jeu en augmentant progressivement la puissance sur le boitier afin de sentir son muscle se contracter de manière optimale.

Soin : l’idée de la partie soin n’est pas de remplacer un kinésithérapeute, mais plutôt de soulager. En règle générale, un minimum de deux niveaux de traitement « antidouleur » est disponible, selon l’intensité. Nous avons notamment essayé d’atténuer une douleur au poignet et une au bras. Force est d’admettre que les stimulations font à chaque fois faite effet, en apaisant les tiraillements.

Relaxation : il s’agit ici de l’équivalent d’un massage, qui peut être doux comme soutenu, tandis que la molette du boitier permet d’ajuster en temps réel la puissance. Il est important de ne rien faire d’autre pendant la séance, pour laisser les muscles se décontracter au maximum. Après une dizaine ou une vingtaine de minutes selon le programme sélectionné, on se sent clairement détendu.

4 - Oui, pour son tarif

Le Bluetens est commercialisé à 149 euros, soit un prix bien bien inférieur aux « stimulateurs » traditionnels tout en étant très simple d'utilisation. Pour ce tarif, un kit composé de 12 électrodes est intégré. Elles s’utilisent par quatre à la fois et leur durée de vie moyenne est d’un mois. Le kit supplémentaire est facturé 14,90. Il est important de bien respecter la méthode de conditionnement, pour éviter de faire sécher le gel qui assure le contact entre les électrodes et la peau. Ce n’est pas vraiment contraignant, tout juste faut-il les recoller sur le bon côté de leurs supports et bien refermer le sachet qui les contient.

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
1 commentaire
    Votre commentaire
  • rglmcm
    reçu hier et testé. Première impression tout à fait positive en terme d'efficacité. Après le boitier semble tres fragile et de facture approximative. Pas de bug constaté
    0