[Test] Faut-il craquer pour la Blaze, la nouvelle montre connectée de Fitbit ?

5 raisons de craquer (ou pas) pour le Fitbit Blaze

Fitbit n'en est pas à son coup d'essai et la marque a déjà six bracelets et montres connectés à son actif. Le Blaze s’adresse cette fois à des utilisateurs particulièrement actifs, mais pas au point d’avoir besoin d’une montre GPS comme son modèle Surge. Si l’écran couleur tactile et les bracelets interchangeables font du Blaze un appareil intriguant, il n’apporte malheureusement rien qu’un autre produit de la marque ne fait déjà.

1 - Oui et non, pour son design

Pour rester diplomates, nous dirons que la conception de la Fitbit Blaze divise, mais certains n’hésitent pas à la trouver moche. L’appareil est imposant et carré, et ne laisse aucun doute sur le fait qu’il s’agit d’un gadget high-tech. Pour autant, il faut bien noter que la montre est bien moins encombrante que de nombreuses montres connectées ou autres montres de sport. Alors si l’on est d’accord sur le fait qu’elle ne va pas remporter un prix pour son design, la Blaze n’est pas aussi moche que certains voudraient le faire croire.

Le matériau le plus utilisé reste le plastique. L’écran de 0,75 pouce est entouré d’un cadre noir bien imposant tandis que le dessous de la montre intègre un capteur de fréquence cardiaque. Plusieurs bracelets sont disponibles, mais il faut quand même noter que les versions en métal alourdissent considérablement l’ensemble.

Par ailleurs, et ce n’est vraiment pas le cas partout, le système de fermoir des différents bracelets (trois tailles différentes sont disponibles) est vraiment simple à manier. Enfin, l’appareil n’est résistant qu’aux éclaboussures, il faudra donc bien penser à l’enlever avant de rentrer sous la douche.

2 - Non, pour son interface

L’interface de la Blaze est partagée en cinq écrans différents : une horloge qui affiche le nombre de pas et les étages grimpés, un résumé sur les statistiques de la journée, la partie exercice Fitstar, un minuteur, une alarme et les paramètres.

Les notifications du smartphone sont également accessibles en glissant le doigt vers le haut depuis l’écran d’horloge. Pour autant, les informations y sont limitées : rappels du calendrier, messages texte et appels manqués. Et comme la plupart des montres de ce genre, il n’est pas possible de lire les notifications. Pour cela, il faudra toujours sortir le smartphone de la poche.

Depuis le smartphone, utiliser l’application Fitbit permet de choisir parmi les quatre cadrans différents, ainsi qu’ajouter certaines mesures telles que la fréquence cardiaque, les calories brulées ou les étages montés. Il serait intéressant que Fitbit fasse comme Garmin avec sa plateforme Connect IQ, c’est-à-dire permettre aux développeurs de créer des applications ou des cadrans pour la montre.

Contrairement au Fitbit Surge, le Blaze n’embarque pas de GPS. Si l’on souhaite suivre ses courses à pied comme en vélo, il faudra emmener son téléphone avec soi. Sinon, il faudra compter sur l’accéléromètre à trois axes intégré, dont la précision n’est pas parfaite.

3 - Oui, pour la partie Fitstar

L’une des fonctionnalités phares du Blaze est la partie Fitstar. Il s’agit d’une entreprise rachetée par Fitbit l’année dernière et qui est spécialisée dans le fitness. Deux types d’exercices sont intégrés par défaut : 7 minutes Workout et 10 minutes ABS. Les séances d’entrainement sont bien conçues et un personnage s’anime sur l’écran de la montre afin de montrer la bonne manière de réaliser les mouvements. En revanche, on ne peut les voir qu’avant de faire l’exercice, il aurait été encore mieux de pouvoir suivre en temps réel.

D’autres entrainements additionnels sont disponibles, mais il faut alors souscrire à un abonnement annuel à Fitstar. Le service s’accompagne de séances personnalisées consultables autant sur un smartphone qu’une tablette en passant par un ordinateur, avec des vidéos pédagogiques.

4 - Non, pour son manque de précision

Détail assez énervant du Blaze : il est impossible de le régler de manière à ce que son écran reste actif en permanence. Soit il s’allume lorsque l’on tourne son poignet, soit en appuyant sur un bouton sur la tranche. La réactivité de la détection n’est pas des plus flagrante et il n’est pas rare de devoir amplifier son mouvement pour arriver à ses fins.

En ce qui concerne les capteurs intégrés, il ne s’agit pas du matériel le plus précis que l’on ait eu la chance de pouvoir essayer. Sur une course de 6,4 km mesurée par le GPS d’un iPhone 6s, la montre a mesuré 6,8 km.

Au cours des essais, le Blaze a par ailleurs sous-estimé la fréquence cardiaque d’environ 10 battements par minute. Une sangle de poitrine Polar H7 a mesuré un rythme moyen de 158 bpm contre 149 bpm pour le Fitbit. La mesure du sommeil s’avère plus précise, les moments où l’on se réveille sont bien répertoriés par l’application.

5 - Oui, pour son autonomie

Fitbit annonce que le Blaze peut tenir jusqu’à 5 jours avec une charge complète. Dans nos tests, la promesse est tenue et c’est franchement pas mal pour une montre dotée d’un écran couleur. Le système de rechargement n’est pas spécialement simple à utiliser par contre. Il faut faire sortir le boitier du bracelet, l’installer dans son chargeur qu’il faut fermer pour que le chargement débute.

>>> Lire : [Comparatif] Montres de sport : quelle est la meilleure pour le running ?

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire