[Test] Fitbit Flex : le bracelet connecté qui fait tout

Fitbit Flex, le bracelet connectéFitbit Flex, le bracelet connecté
Le bracelet connecté de Nike, le FuelBand, n’a qu’à bien se tenir. Depuis quelques jours il n’est plus le seul gadget à surfer sur la vague du quantified self. Cette tendance qui consiste à mesurer et partager ses données personnelles (poids, calories brulées, nombre de pas effectués, heure de sommeil effectives, etc.) a un nouveau représentant avec le Fitbit Flex. Dernière production de ce spécialiste des gadgets sportifs, le Flex sera disponible en France dès le 27 mai. Annoncé moins cher et plus complet que son concurrent chez Nike, le bracelet connecté de Fitbit tient-il toutes ses promesses ? Après 10 jours passés en sa compagnie, voici les conclusions de notre test.

Lire notre comparatif : quel est le meilleur bracelet connecté

5 raisons de craquer (ou pas) pour le bracelet connecté

1 - Parce qu’il est vendu en France, lui

Aussi basique soit-il le critère de la disponibilité n’en reste pas moins important. Et si le FuelBand de Nike est une référence en matière de bracelets connectés, il n’en reste pas moins qu’il n’est toujours pas vendu en France. A l’inverse le FitBit sera disponible en boutique et sur Internet. Pas besoin de supplier l’oncle d’Amérique ou la cousine qui passe son week-end à Londres pour s’équiper. Et ça ne risque pas de changer de si tôt puisque Nike se refuse toujours à annoncer une date de sortie pour son bracelet en France.

2 – Plus complet, tu meurs

Le FitBit Flex sait tout mesurer ou presque. S’il est, avant tout, un podomètre (nombre de pas et kilomètres parcourus) il se présente également comme un coach numérique. Ainsi on peut lui indiquer son alimentation, l’eau consommée, ses différentes activités sportives mais aussi sa période de sommeil. C’est lui qui se charge ensuite de convertir ces données en éléments d’analyse de sa propre activité. Malheureusement, à l’exception du nombre de pas, toutes les autres informations doivent être rentrées manuellement par l’utilisateur, sur l’application ou sur le site de Fitbit. Par exemple, pour l'analyse des calories consommées, l'utilisateur doit estimer la valeur énergétique de son repas et renseigner cette information sur l'application. Un processus laborieux qu’on oublie rapidement limitant ainsi l’intérêt du bracelet.

3 – Une application et un site au taquet

N’étant pas doté d’un écran, le Fitbit Flex s’en remet très largement à son application pour interagir avec son utilisateur. Dérivée du site, celle-ci est très bien faite et permet de choisir les données qu’on souhaite voir affichées ainsi que leur hiérarchie. Mis à part quelques légers bugs dans la rubrique « sommeil » de l’application nous n’avons rencontré aucun souci au cours de ces 10 jours de test. En résumé : simple et efficace.

Le tableau de bord FitbitLe tableau de bord FitbitLe rapport hebdomadaire du Fitbit FlexLe rapport hebdomadaire du Fitbit Flex

4 – Un gadget frustrant

Le principal souci de ce Flex de Fitbit c’est justement l’absence d’affichage sur le bracelet. Mis à part les quatre voyants LED et les vibrations émises par le gadget il n’y a pas d’autre interaction possible entre le Flex et son porteur. Contrairement à un FuelBand qui sert également de montre ou qui affiche directement via son petit panneau de LED les informations demandées, Fitbit oblige son possesseur à le synchroniser en permanence avec son mobile et à consulter l’application. De fait, alors qu’on se surprend à regarder sans cesse son FuelBand pour voir si on approche notre objectif quotidien, ou simplement pour consulter l’heure, on en arrive à oublier le Flex.

5 – Ajustable mais pas sans contraintes

A l’inverse du très rigide FuelBand, le Flex de Fitbit s’ajuste plus facilement au poignet d’autant plus que chaque boite comprend deux bracelets de taille différente (taille S ou L) afin de choisir le plus adapté. A l’utilisateur ensuite d’intégrer le capteur électronique dans le bracelet qu’il utilise. Ce choix s’avère moins pertinent lorsqu’il s’agit de recharger le bracelet. En effet, un accessoire USB se charge d’accueillir le capteur qui doit à chaque fois être enlevé puis remis dans le bracelet. Même contrainte pour la synchronisation, là c’est un dongle qui occupe l’un des ports USB de votre ordinateur

Télécharger l'application FitBit pour iPhone

Télécharger l'application FitBit pour Android

Verdict :

A bien des égards, le Flex de Fitbit est un bracelet bien sympathique. Très complet, il permet de mesurer quantité de données personnelles et de les partager. Très simple à utiliser il sait également se faire oublier tout en continuant à faire son office, y compris la nuit lorsque son porteur dort. Malheureusement pour Fitbit son concurrent n’est autre que Nike et son FuelBand qui même en étant plus limité dans ses mesures et ses analyses reste un gadget beaucoup plus agréable à utiliser, notamment grâce à son affichage LED. Pour autant Fitbit a deux arguments imparables : un prix inférieur (99€ contre 139€ pour Nike) et une disponibilité en France.

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
1 commentaire
    Votre commentaire
  • LaGrosseBrioche
    Oui enfin bon le fitbit flex sera vite dépassé.
    Entre le withings pulse qui fait fréquencemètre et altimètre pour le même prix (sortie prévu en juin).
    Le jawbon up version 2 qui est deja sortie est disponible. Le LG smart activity en développement.. ect... Je trouve que le FitBit Flex est deja hors course...
    0