Faut-il craquer (ou non) pour la Garmin Forerunner 620 ?

A l’heure où les bracelets connectés et autres applications de quantified self ou de running se multiplient sur les smartphones, comment les acteurs historiques des montres de sport peuvent-ils faire face à la concurrence ? En apportant des fonctionnalités inédites et une précision supplémentaire dans les analyses répond Garmin qui lance sa montre running haut de gamme, la Forerunner 620. Mais est-ce suffisant pour convaincre les adeptes de sport et, surtout, justifier un prix d’achat nettement supérieur ?

Nous avons pu tester la Garmin Forerunner 620 pendant plus d’un mois à raison de deux ou trois sorties par semaine. Une prise en main validée par un test grandeur nature : le semi marathon de Paris. Assez de « souffrance », donc, pour pouvoir définitivement se prononcer et détermines si oui ou non il faut craquer pour la Forerunner 620.

Oui - Parce que c’est une vraie montre de sport ultra complète

La Forerunner 620 est une montre bardée de technologie. Ecran tactile, Bluetooth, Wifi, et même un gyroscope dans la ceinture cardiofréquencemètre ANT+ fournie avec la montre. Assez d’outils pour analyser tous les aspects de la course de son porteur en somme. Et pour cause, la dernière née de Garmin affirme pouvoir capter non seulement votre vitesse de déplacement mais aussi votre VO2max (la consommation maximale d’oxygène pendant un effort), l’oscillation verticale de son porteur ou encore le temps qu’il lui faut pour récupérer d’une séance. De fait, il est très facile de se prendre au jeu. Après quelques séances, on se surprend à tenter d’analyser d’obscures courbes de fréquence cardiaque ou de cadence.

En revanche, il faudra un peu de temps pour s’habituer aux différents menus de la montre et à la façon de passer d’un écran à l’autre. A ce propos, l’écran tactile peut également surprendre par sa réactivité limitée, en comparaison d’un smartphone à écran tactile par exemple.

Oui - Parce qu’elle sait déjà ce que vous valez en course à pied

Lorsque la Forerunner 620 a été annoncée par Garmin, certaines de ses fonctionnalités ont fait grand bruit dans la communauté des coureurs. Comment une montre pourrait-elle calculer sa VO2max ? Comment fait-elle pour évaluer le temps de récupération ? Et surtout : comment peut-elle deviner les performances des coureurs ?

Après un mois d’utilisation, il faut admettre que ces fonctionnalités sont assez bluffantes. S’il est difficile de vérifier scientifiquement la pertinence des temps de récupération et la VO2max, il en va autrement de l’estimation des performances. Au bout de quelques séances la prédiction de notre Forerunner 620, pour un semi-marathon, était de 1 heure et 47 mn. Quelques semaines plus tard, le temps effectivement réalisé était à 2 mn près celui indiqué par la montre (1:48:41).

Oui - Parce que c’est un coach connecté


Une montre qui analyse comment son utilisateur court, c’est bien. Celle qui lui dit comment il doit courir c’est encore mieux. Et c’est l’un des principaux progrès de cette nouvelle génération de montres chez Garmin. Ce coaching se concrétise notamment dans la fonction « entrainement »  de la montre. Il est désormais possible de programmer à l’avance une séance complexe (comme des séances de fractionné) et se laisser guider par sa montre pendant la sortie. Ces entrainements peuvent aussi être intégrés via Garmin Connect la plateforme en ligne, puis envoyés en Bluetooth ou en Wifi sur la 620. Libre au coureur de préparer de longues séances, ou de trouver sur Internet un programme d’entrainement à intégrer à sa montre.

Non – Parce qu’un coureur lambda peut se contenter de moins


N’allons pas froisser les puristes, mais aussi intéressantes soient elles, l’oscillation verticale, la taille de la foulée ou la durée des contacts avec le sol sont des mesures hyper techniques qui ne changeront pas la vie du coureur du dimanche. Pourtant, ce sont ces mesures et les technologies qu’elles impliquent qui justifient, au moins en partie, le prix de la Forerunner 620. Les coureurs les plus sérieux y trouveront probablement leur compte mais l’amateur, lui, pourra se contenter d’une montre moins performante et surtout moins onéreuse, raison pour laquelle Garmin a accompagné la sortie de son haut de gamme d’une version plus modeste : la Forerunner 220.

Oui – Parce qu’elle pousse à s’améliorer


Qu’il s’agisse de montres de bracelets ou de capteurs divers la principale limite des accessoires de sport connectés c’est qu’ils laissent souvent l’utilisateur seul face aux donnés qu’ils recueillent. La Forerunner 620 évite cet écueil en étant véritablement orientée vers la performance. Chaque course se termine par une « revue des records personnels », poussant ainsi l’utilisateur à s’améliorer à chaque sortie. Pas besoin non plus de passer par de longues séances de transfert de données entre la montre et son PC. Aussitôt rentré d’un footing, les données sont transférées sur Garmin Connect via Wifi ou l’application mobile de son Smartphone via Bluetooth. De quoi faciliter l’analyse de ses prouesses.

Verdict :

La Forerunner 620 définit un nouveau standard en matière de montres cardiofréquencemètres. Capable de mesurer énormément de données et surtout d’analyser réellement la course et les performances de son porteur elle contentera les coureurs les plus exigeants. En revanche, elle nous paraît légèrement surdimensionnée pour les « runners » amateurs, qui pourraient se contenter d’un modèle moins perfectionné. Pour les plus passionnés, pas de doute, c’est un must.

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire