Eten glofiish X800 : vrai GPS ou faux smartphone ?

Windows Mobile marque le pas

Question logiciel, le glofiish embarque bien entendu Windows Mobile dans sa version 6. Là aussi, on sent que le système d’exploitation a des difficultés à rivaliser avec l’OS X embarqué dans l’iPhone. Du moins en terme d’ergonomie, plutôt que de fonctionnalités.

Un affichage VGA trop gourmand

Le \On apprécie bien sûr la qualité de l’écran VGA (640 x 480 pixels) qui permet par exemple un meilleur lissage des polices. Malheureusement, il demande beaucoup de ressource à l’appareil. Conséquence, l’affichage est vraiment très lent, le carnet d’adresses peut prendre pas loin de 5 secondes à s’ouvrir.

L’appareil photo met à peu près le même temps à se lancer. Un peu dommage si l’on veut capturer une scène sur le vif. D’autant plus qu’Eten avait fait l’effort d’y intégrer un processeur Samsung cadencé à 500 MHz. Un processeur graphique aurait donc pu être nécessaire ou au moins une RAM un peu plus conséquente que les 64 Mo proposés.

Enfin, la résolution plus importante sur un écran de même taille peut poser un problème de lisibilité du test affiché. Fort logiquement, il sera plus petit que sur des écrans de résolution moindre. On conseille donc à ceux ayant une mauvaise vision de prêt de manipuler le X800 avant son achat !

Un temps d’apprentissage

L'accès à l'appareil photoCeux qui ne connaissent pas l’OS embarqué de Microsoft ne doivent pas s’attendre à retrouver exactement le même fonctionnement que sur XP ou Vista. Seul repère vraiment familier, le bouton Démarrer, qui se trouve ici en haut à gauche.

Les zones tactiles étant relativement petites, l’usage du stylet est donc indispensable. On peut aussi se déplacer avec la molette multidirectionnelle, mais c’est plus fastidieux. Malgré tout, le stylet requiert une manipulation supplémentaire puisqu’il faut l’extraire de son logement. On préfère donc largement le système de l’iPhone qui propose de grandes icônes accessibles du bout des doigts.

Une arborescence laborieuse

Enfin, il faut bien avouer que Windows Mobile demande quelques jours de pratique pour être pleinement exploitable. Sa conception est quelquefois peu logique, mais avec un peu d’entrainement on apprend à s’en servir convenablement. Il faut dire que certaines fonctionnalités peuvent être perçues comme cachées, car au bout d’une longue arborescence.