[Test] HearthStone : on craque ou pas ?

C’est l’heure de passer aux aveux. Depuis maintenant plusieurs mois nous jouons à HearthStone, le jeu de cartes en ligne de Blizzard, premier Free-to-play de l’éditeur de Starcraft, Warcraft et autres Diablo. Alors ? Alors il est temps d’en parler ! Après quelques centaines de parties, des maux de têtes « dolipraniens » et quelques jalousies on répond à la question fatidique : HearthStone on craque ou pas ?

Cinq raisons de craquer (ou pas) pour HearthStone

1-    Oui - Parce que c’est plus cool que le poker et moins élitiste que Magic

On dit souvent du poker qu’il faut quelques minutes pour en apprendre les règles et toute une vie pour le maîtriser. HearthStone c’est encore plus simple : quelques secondes pour comprendre ses mécanismes et quelques jours pour tirer son épingle du jeu. Celui-ci fonctionne sur le même principe que le traditionnel « Magic : l’Assemblée » à ceci près que l’approche y est bien plus grand public. Le tuto donne le ton : une seule ressource à gérer (les cristaux de mana) et au maximum deux pouvoirs par carte. Les héros ne sont pas plus complexes puisqu’ils ne disposent que d’une habilité. L’ensemble avait donc tout pour en faire un jeu limité. Mais c’est l’inverse qui se produit lorsqu’on joue au Free-to-play de Blizzard. Les parties s’enchaînent rapidement, les stratégies varient suffisamment pour qu’on ne s’y ennuie pas et  surtout le style de jeu varie d’un héros à l’autre.

2-    Oui - C’est un Free-to-play et non un Pay-to-win

Le mal qui hante tant de jeux gratuits touche-t-il également HearthStone ? Car sous couvert de gratuité, il apparaît que de nombreux jeux « Free-to-play » favorisent très nettement les joueurs qui sont prêts à dépenser quelques euros pour progresser plus rapidement que leurs adversaires moins portés sur la carte bleue. Sur HearthStone aussi il est possible de faire valoir ses pièces sonnantes et trébuchantes, soit pour acheter des packs de cartes, soit pour s’offrir des tickets d’entrée à l’arène (un mode de jeu qui peut rapporter gros). Pour autant le jeu de cartes gratuit de Blizzard n’est pas un Pay-to-win. Sans dépenser un centime, la progression sera certes plus lente mais suffisamment cohérente pour ne pas frustrer le joueur. En revanche comme souvent chez Blizzard, le temps de jeu est fortement récompensé. Celui qui enchaîne les parties aura au moins autant de chances de voir son deck de cartes bien rempli que celui qui sort le porte-monnaie.

3-    Oui - Parce qu’on sera toujours des WoW addicts


Si World of Warcraft ne cesse de s’essouffler, Blizzard n’entend pas pour autant abandonner son univers mythique. Dans HearthStone on joue donc les personnages de l’univers de Warcraft et précisément les classes de WoW. Neuf au total et autant de souvenirs pour les anciens joueurs du RTS ou du MMORPG de Blizzard. La nostalgie joue à pleins tubes lorsqu’on choisit de jouer Thrall Uther ou Malfurion ; Une excellente idée qui risque bien de faire la différence entre ce jeu de cartes et ses concurrents tels que Faëria ou Duel of Champions.

4-    Oui - Pour ouvrir des paquets de cartes comme si on avait 8 ans

Outre botter les fesses de son adversaire grâce à une stratégie élaborée de longue date il y a un autre plaisir propre aux Trading Card Games (TCG) : ouvrir des paquets de cartes ! Blizzard l’a compris et en joue très largement : l’ouverture d’un nouveau paquet est un événement en soi avec l’animation qui l’accompagne et l’ambiance sonore de rigueur. Même la découverte d’une carte rare est scénarisée. Objectif : faire retomber le joueur en enfance, lui donner l’impression qu’il a sept ans et qu’il ouvre son premier paquet de cartes Panini. C’est réussi. 

5-    Non - Parce qu’on fait vite le tour

Et si le principal atout de HearthStone était aussi sa plus grande faiblesse ? L’accessibilité du jeu de cartes le rend jouable par un très grand public mais  les efforts de Blizzard pour simplifier chaque phase de jeu et le rendre abordable font que les joueurs les plus exigeants y trouveront assez vite des limites. Le fait qu’il n’y ait qu’une ressource ou que les interactions entre les cartes soient limitées est un premier frein. L’impossibilité d’échanger ses cartes avec les autres joueurs en est un autre, beaucoup plus pénalisant en matière de TCG. Mais là encore c’est Blizzard qui détient la réponse. Quelques mises à jour et le tour est joué… A condition que ce soit le souhait de l’éditeur or rien n’est moins sûr.

Verdict : HearthStone est un excellent jeu. Simple à prendre en main, jouable à l’envi. En plus d’être gratuit, le jeu de cartes de Blizzard sera aussi jouable sur smartphone et tablettes via une application. Autant dire que Blizzard risque d’être aussi dominant sur le TCG qu’il l’est déjà sur les MMORPG et les RTS.

Note : 4/5

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire