[Test] Huawei Mate 9 : le top des phablettes Android

Annoncé officiellement ce jeudi par Huawei, le nouveau Mate 9 est la nouvelle phablette du constructeur chinois. Celle qui succède au Mate 8 est surtout la seule phablette haut de gamme à pouvoir faire face à l’iPhone 7 Plus depuis la catastrophe du Galaxy Note 7 de Samsung. Commercialisé tout de même à près de 700 euros, ce Huawei Mate 9 vaut-il quand même le coup ? Pour le savoir, la rédaction de Tom’s Guide l’a testé pour vous.

>>> A lire : comment choisir son smartphone ?

Le nouveau Huawei Mate 9Le nouveau Huawei Mate 9

Deux versions du Mate 9 ont été présentées par Huawei. Une version Porsche Design avec un écran Amoled 2K de 5,5 pouces QHD aux rebords incurvés, 6 Go de RAM et 256 Go de stockage, et une version classique avec un écran IPS plat Full HD de 5,9 pouces, 4 Go de RAM et 64 Go de stockage. Nous avons testé la version classique, commercialisée à 699 euros, tandis que le modèle Porsche Edition sera disponible à 1395 euros.

Prise en main et design

L'écran du Mate 9 est imposant par rapport à la taille du smartphoneL'écran du Mate 9 est imposant par rapport à la taille du smartphone

Le Huawei Mate 9 ressemble à un smartphone hybride entre le Mate 8, sorti en janvier dernier, et le Huawei P9 commercialisé depuis avril 2016. En façade, on retrouve ainsi les grandes lignes de la précédente phablette de Huawei avec son grand écran de 5,9 pouces (6 pouces pour le Mate 8) qui recouvre plus de 77 % de l’appareil (78 % pour le Mate 8), contre 67 % pour l’iPhone 7 Plus, à titre de comparaison.

Au dos, Le Mate 9 rappelle légèrement le dernier flagship de Huawei, le P9, surtout en raison de son double capteur photo. On notera toutefois que les deux capteurs ne sont cette fois pas positionnés à l’horizontale, mais à la verticale. C’est également là que Huawei a logé son capteur d’empreintes digitales, rond cette fois. Une approche qui peut s’avérer gênante pour déverrouiller son smartphone lorsqu’il est posé sur le bureau, mais qui permet de profiter d’un écran plus grand que s’il était placé en façade.

Le double capteur photo du Mate 9Le double capteur photo du Mate 9

Du côté de la tranche, le smartphone est relativement fin avec 7,9 mm d’épaisseur, sans toutefois se distinguer particulièrement par rapport à ses concurrents. Le Mate 9 dispose d’une prise jack en haut de l’appareil, à côté de laquelle on va retrouver un émetteur infrarouge pour l’utiliser comme télécommande. En dessous, Huawei a positionné une prise USB-C ainsi que deux haut-parleurs stéréo. Sur les côtés enfin, on retrouve les boutons de volume et de mise sous tension, ainsi que la trappe pour insérer une carte SIM ou une carte microSD.

Le Huawei Mate 9 mesure 7,9 mm d'épaisseur, mais son capteur photo dépasseLe Huawei Mate 9 mesure 7,9 mm d'épaisseur, mais son capteur photo dépasse

Dans l’ensemble, avec sa coque en métal et son revêtement plastifié, le Huawei Mate 9 inspire un sentiment de solidité. Le capteur d’empreintes digitales tombe parfaitement sous l’index lorsque l’on tient la phablette en main et, si l’on peut considérer que le format phablette avec un écran de six pouces peut s’avérer particulièrement encombrant, notamment pour ceux ayant l’habitude de tenir leur smartphone à une main, c’est avant tout une histoire de goût personnel.

Écran

Avec son affichage de 5,9 pouces de diagonale, l’écran est sans nul doute le principal argument du Huawei Mate 9, du moins celui qui poussera les ex-futurs acheteurs du Galaxy Note 7 à songer à passer vers la phablette de Huawei.

L'écran du Huawei Mate 9L'écran du Huawei Mate 9

On l’a déjà dit, avec une occupation de plus de 77 % du smartphone, l’écran du Mate 9 est considérable. Si on rajoute à ça une diagonale de 5,9 pouces et un affichage de 1920 pixels par 1080, on s’aperçoit que la résolution est plutôt correcte avec 373 pixels par pouce (ppp). Pour rappel, au-delà de 326 pixels par pouce, il devient particulièrement difficile de distinguer chaque point à une distance de 30 centimètres de l’écran, soit la distance normale d’observation. On notera cependant que pour la version Porsche Design du Mate 9, Huawei a décidé de Huawei permet de changer la colorimétrie de l'affichageHuawei permet de changer la colorimétrie de l'affichagemettre les petits plats dans les grands avec un écran, certes plus petit de 5,5 pouces, mais affichant 1440 pixels par 2560, soit une résolution de 534 ppp, largement superflue. A titre de comparaison, on notera que l’iPhone 7 Plus affiche 401 de résolution quand le regretté Galaxy Note 7 montait jusqu’à 518 ppp. Dans la plupart des cas, la définition Full HD du Mate 9 se révélera cependant amplement suffisante.

Pour sa phablette, Huawei s’est porté sur une technologie d’affichage IPS LCD et non pas AMOLED. Les couleurs semblent plutôt justes, avec des blancs particulièrement neutres comme c’est souvent le cas chez le fabricant. Pour les amateurs de teintes plus chaudes ou plus froides, il est cependant possible de modifier la colorimétrie générale dans le menu affichage à l’aide d’une palette de températures. On notera également que Huawei a intégré un nouveau mode nuit accessible directement depuis le panneau de notification, baptisé « confort des yeux ». Celui-ci ajoutera une teinte jaune dans tous les menus afin de reposer vos yeux en fin de journée et habituer votre cerveau à une lumière plus tamisée pour s’endormir.  

Performances

Le Huawei Mate 9 est le premier smartphone du constructeur à profiter du nouveau SoC Kirin 960 de HiSilicon. Une puce censée conserver la puissance de calcul du dernier Kirin 950 tout en boostant considérablement ses performances graphiques. Huawei annonce ainsi un processeur graphique 180 % plus rapide que celui du Kirin 950. Dans les faits, il est vrai que la génération précédente des smartphones Huawei commençait à souffrir de la comparaison face à des appareils équipés du Snapdragon 820 ou 821. Avec son Kirin 960, le Mate 9 corrige le tir.

Nous avons testé la phablette avec Asphalt 8, l’un des jeux les plus gourmands en termes de ressources graphiques, sans ressentir le moindre ralentissement, mais un peu de chaleur sur le haut du smartphone. Par ailleurs, nous avons également fait passer deux benchmarks au Mate 9 afin de voir comment il se positionne face à son prédécesseur ou à ses concurrents. 3D Mark vient mesurer les performances graphiques, tandis que Geekbench permet de comparer la puissance de calcul du processeur.


3D Mark (Sling Shot ES 3.1)
Geekbench multi-core
Huawei Mate 9
2223
5669
Huawei Mate 8
900
6207
Samsung Galaxy S7
2792
5213
iPhone 7 Plus
3923
5418
Nexus 6P
1487
4289

On le voit bien à travers les résultats du test de 3D Mark, si Huawei a fait de gros progrès en termes de puissance graphique par rapport à la dernière génération, le Mate 9 reste cependant en deçà des smartphones les plus hauts de gamme des concurrents comme le Galaxy S7 ou l’iPhone 7 Plus. Il devance cependant largement le Nexus 6P pour les jeux, mais il faut dire que la dernière phablette de Google a désormais plus d’un an et ne profitait que du Snapdragon 810, désormais dépassé par les modèles 820 et 821. En termes de puissance processeur pure en revanche, le Mate 9 reste particulièrement efficace, même s’il est étrangement devancé par le Mate 8.

Les résultats de benchmark du Huawei Mate 9Les résultats de benchmark du Huawei Mate 9

Là où Huawei promet de véritables changements avec le Mate 9, c’est en terme de fluidité et de durabilité. Alors que la plupart des smartphones Android perdent largement en fluidité au fur et à mesure de leur utilisation, Huawei annonce que ce ne sera pas le cas avec le Mate 9. Pour ce faire, la phablette apprend à connaître les habitudes de ses utilisateurs pour vider la mémoire RAM des applications les moins utilisées et allouer ainsi plus de mémoire pour les applications les plus gourmandes. Une affirmation impossible à vérifier après seulement deux jours d’utilisation, mais qui est particulièrement intéressante si elle est aussi performante qu’annoncée. De quoi ne pas passer tous les six mois par l’option « réinitialisation aux paramètres d’usines » afin de gagner à nouveau en fluidité. Nous reviendrons bien sûr sur ce point au cours des prochains mois.

Une autonomie exemplaire

En matière d'autonomie, le Huawei Mate 9 est probablement l'un des meilleurs smartphones que nous ayons testés à ce jour. Nous utilisons régulièrement PC Mark pour Android pour mesurer la longévité de la batterie d'un appareil, et les résultats obtenus sur le Mate 9 ont de quoi surprendre : selon l'application de Futuremark, le smartphone de Huawei est ainsi capable de tenir 11h36 sans aucune difficulté. À titre de comparaison, le Huawei Nova, qui nous avait justement séduits pour son autonomie, tient une heure de moins. De quoi lui laisser une confortable avance face à un Galaxy S7 Edge, qui nécessite une recharge au bout de 6h26, ou le Pixel XL de Google qui tient seulement 8h12.
En situation classique (donc beaucoup moins extrême que sous PC Mark), l'appareil ne nous a pas lâchés durant 3 jours complets. Enfin, nous avons également éprouvé la fonction de charge rapide annoncée par le constructeur. Là encore, c'est un sans faute : l'appareil est capable de se recharger à 60% en une demi-heure seulement. Notez au passage que cette fonction nécessite l'utilisation du chargeur livré avec l'appareil, et non un autre modèle.

Nouvelle interface EMUI 5.0

Comme tous les smartphones Huawei, le Mate 9 tourne sous Android, ici installé en version 7.0. Le smartphone bénéficie par ailleurs de la nouvelle surcouche Emotion UI 5.0 du constructeur, qui ajoute bon nombre de nouveautés pour le moins intéressantes.

On a longtemps reproché à l’interface EMUI de Huawei de proposer des icônes trop rondes, trop colorées, trop cartoon, bref trop enfantines. Pour cette version 5.0, le constructeur corrige le tir. Finies les icônes intégrées de force dans et aux angles arrondis, Huawei calme le jeu et propose désormais une interface bien plus sobre et neutre avec les icônes natives des applications.

Il est désormais possible d'avoir un tiroir d'applications dans le Huawei Mate 9Il est désormais possible d'avoir un tiroir d'applications dans le Huawei Mate 9

Il en va de même avec ce qui était jusqu’à présent l’une des signatures du constructeur sur Android : l’absence de tiroir d’applications. Comme sur iPhone, toutes les applications installées étaient accessibles uniquement depuis l’écran d’accueil. Il était par ailleurs impossible de les retirer sous peine de les désinstaller tout simplement. Désormais, Huawei propose, dans ses paramètres un menu « style écran d’accueil » où l’on peut sélectionner le mode traditionnel d’EMUI, baptisé « classique » ou un lanceur doté d’un véritable tiroir d’applications. Celui-ci propose quatre applications en suggestion, en fonction des plus utilisées, ainsi que toutes les autres, forcément rangées dans l’ordre alphabétique. Dommage cependant de ne pas pouvoir modifier l’ordre de ces applications pour voir apparaître d’abord les dernières installées par exemple.

Le Mate 9 a fusionné les notifications et les paramètres rapidesLe Mate 9 a fusionné les notifications et les paramètres rapidesEnfin, dernier détail marquant de cette interface EMUI 5.0, la barre de notifications a désormais fusionné avec celle des paramètres rapides. S’il fallait précédemment dérouler les notifications puis glisser vers la gauche pour découvrir ces fonctionnalités, elles sont désormais toutes affichées en même temps, comme sur n’importe quel smartphone doté de la version de base d’Android.

Dans l’ensemble, ces évolutions de l’interface EMUI semblent marquer un véritable tournant pour Huawei. Pendant longtemps, celle-ci ressemblait à s’y méprendre à celle de l’iPhone avec des icônes formatées et toutes présentes sur l’écran d’accueil. Désormais, on a presque l’impression que le constructeur est fier de faire ses propres smartphones avec sa propre interface, et même, risquons-nous à le dire, qu’il assume de proposer des smartphones sous Android. Tant mieux.

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire