[Test] LG G Flex, dans la courbe des grands

Une interface maison

Une fois encore, Android a été assaisonné à la sauce LG. L’interface est donc retouchée et le style graphique change un peu par rapport aux précédents téléphones de la marque. Les icônes ont évolué vers quelque chose d’un peu plus minimaliste. Ce n’est pas pour déplaire à ceux qui jugeaient le système trop coloré et tape-à-l’œil. Par contre, il est surprenant qu’Android soit limité à Jelly Bean 4.2.2, déjà présent sur le G2 à sa sortie. Google en est maintenant au numéro de version 4.4 et un certain retard commence à s’accumuler de la part du constructeur coréen.

L’implantation d’Android 4.3 nous semble presque indispensable au regard des fonctionnalités que la mise à jour apporte :

  • un meilleur support du Bluetooth, dans sa version 4.0 LE (Low Energy), utilisé par une grande partie des bracelets connectés.
  • la prise en charge du TRIM, une commande qui permet d’optimiser la gestion du stockage dont l’impact sur les performances au long terme est important

Espérons qu’une mise à jour vienne rapidement combler ces manques. D’ici là, reconnaissons au moins au système du G Flex d’être fluide et peut gourmand en ressource, ce qui permet aux jeux et applications de tourner de manière optimale. Plusieurs fonctions spécifiques sont implantées, globalement on retrouve le travail qui a été amorcé sur le G2 : les raccourcis du volet de notification, les onglets dans le menu des paramètres…

Un vrai mode multitâche

Le vrai changement logiciel du G Flex, c’est l’apparition d’un mode multitâche. Sur les précédents appareils, il fallait se contenter du Qslide, des widgets dont il était possible d’ajuster l’opacité, mais qui n’étaient pas vraiment une bonne solution. La fonction est toujours de la partie, mais c’est ce nouvel essai qui botte vraiment en touche. On retrouve quelque chose qui esthétiquement est très proche du multitâche de Samsung. Tant pis pour cet emprunt, au moins peut-on enfin profiter de la puissance du téléphone pour faire deux choses en simultané. L’affichage est partagé en deux et l’on sélectionne manuellement quelle application est placée au-dessus ou en dessous de l’écran et a taille de chaque fenêtre est réglable. Seul inconvénient pour l’instant, tous les logiciels ne sont pas encore compatibles.

Verdict : Il est temps que LG s’applique à rattraper son retard en matière de version d’Android. Sortir en 2014 un système vieux de 2012 commence à être assez embarrassant. Mais l’évolution stylistique qui va un peu plus dans le sens de la sobriété et l’ajout d’un véritable mode multitâche témoignent d’une bonne volonté évidente.

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire