Le test des MacBook et MacBook Pro

À l’usage : le trackpad multitouch

Le trackpad en verre et multitouchAutre nouveauté ergonomique introduite avec la nouvelle gamme de MacBook : le trackpad multitouch en verre et sans bouton. Première nouveauté, l’utilisation du verre pour un tel élément peut paraître surprenante, mais il faut bien avouer qu’Apple a réussi son pari avec ce matériau. Ce dernier est vraiment très doux et très agréable au toucher. Du côté de la précision des déplacements, c’est également réussi, d’autant plus que l’absence de bouton a permis de dégager de la place pour l’agrandir. Autant dire qu’on se déplace d’un bout à l’autre de l’écran rapidement et en une seule fois.

La disparition du bouton de clic a également fait peur à beaucoup d’utilisateurs, notamment ceux qui n’utilisent jamais la fonction « toucher pour cliquer » d’un trackpad. Qu’ils se rassurent, il y a bien un clic mécanique sur cette nouvelle version du trackpad. Celui-ci se situe non pas sur toute la surface du trackpad comme l’affirme Apple, mais dans sa partie inférieure. On peut effectivement cliquer une une bonne partie du trackpad, environ les trois quarts inférieurs, passé cette limite, cela devient impossible.

Une ribambelle de gestuelles

Le panneau de configuration du trackpadEnfin, les fonctions multitouch ne sont pas une nouveauté en soi, puisqu’elles ont fait leur apparition sur le MacBook Air. On retrouve donc les gestuelles avec les deux doigts : faire défiler (naviguer au sein d’une photo zoomée), pivoter, écarter et serrer les doigts et le zoom écran en combinant la gestuelle avec la touche Control. En utilisant trois doigts, on peut « naviguer par balayage » comme passé d’une photo à l’autre dans un album.

La nouveauté vient donc du balayage haut/bas à quatre doigts pour Exposé. Un mouvement vers le haut permet de dégager le bureau de toutes ses fenêtres, vers le bas, elles seront réduites en miniatures. Enfin, le balayage gauche/ droite permet d’afficher la barre de changement d’application. Par contre, cette fonction reste peu aboutie puisqu’une fois celle-ci affichée, il faudra aller choisir avec sa souris la bonne application. On aurait aimé qu’un second balayage identique puisse le faire. Dommage sur ce point là.