Le test des MacBook et MacBook Pro

Des arguments pour craquer ?

Le clavier rétroéclairé du MacBookComme on l’a vu, la nouvelle gamme de MacBook Apple n’est pas exempte de défaut. L’absence de FireWire et les écrans brillants en font partie (pour certains utilisateurs du moins). Certains ratages ergonomiques existent également, comme l’obligation de fermer et relancer sa session sur le MacBook Pro pour passer d’une solution graphique à une autre (le nouveau Sony VAIO Z le fait à la volée, on penche donc plutôt pour un problème de pilote). Les performances d’autonomie ne sont pas non plus très convaincantes, voire inférieures aux anciennes gammes. Enfin, ne parlons pas de la pingrerie d’Apple qui opère avec ses machines le même processus qu’avec ses iPod : une boite vide d’accessoires (à part heureusement le chargeur). Un comble pour un prix de vente pas du tout en baisse.

Une boite videPar contre, de vrais avantages existent à commencer par le design et la finition tout simplement superbes. Sur le second point il sera difficile, voire même impossible, de trouver mieux chez les marques concurrentes. L’écran LED du MacBook est également une réussite, lumineux, contrasté, avec des angles de visions excellents. Les performances graphiques fournies par le nouveau chipset GeForce 9400M sont aussi un bon en avant sur les MacBook. Encore une fois Apple joue donc la carte de la séduction plutôt que celle de l’équipement technique. Et encore une fois Apple réussit son tour de passe-passe.

Le cache de la batterieLe disque dur facilement accessible