[Test] Nokia Lumia 635

Les amateurs Windows Phone n’ont pas besoin de vider leurs poches pour s’offrir un téléphone abordable profitant des qualités de l’OS mobile de Microsoft, Windows Phone. Nokia est le principal représentant du système, avec une gamme Lumia qui n’oublie pas les bourses les moins bien loties et le Lumia 635 en est un digne exemple.

Les points forts

Windows Phone 8.1 — Windows Phone a longtemps fait figure de marginal dans le monde de la mobilité, avec une interface différente de ses concurrents que sont iOS d’Apple et Android de Google. Bonne nouvelle, la dernière mise à jour (Windows Phone 8.1) apporte plusieurs éléments qui conservent ce qui fait l’identité de l’OS (un système de tuile intuitif), tout en introduisant un centre de notification qui lui faisait défaut ou encore une meilleure gestion des applications. Le Nokia Lumia 635 est l’un des premiers appareils à en être équipé, preuve qu’il s’agit de tout, sauf d’un smartphone au rabais.

Double SIM — Deux logements SIM sont disponibles sous la coque amovible du Lumia 635, ce qui s’avère bien pratique lors des déplacements à l’étranger. Si le second port se limite aux réseaux 2G, le premier supporte parfaitement la dernière norme mobile, la 4G. La vitesse maximale dont l’appareil est capable n’est « que » de 100 Mbit/s par contre, contre 150 pour les plus véloces. Juste à côté des emplacements SIM, une petite place est faite pour insérer une carte microSD, ce qui n’est pas un mal compte tenu de la faible capacité de stockage interne, limitée à 4 Go.

Les points faibles

La RAM est faible — Windows Phone est réputé pour sa faible consommation de ressource, lui permettant de rester fluide y compris sur des appareils peu puissants. Le Lumia 635 est doté d’un processeur à quatre cœurs cadencé à 1,2 GHz, ce qui s’avère suffisant dans la majorité des situations. Seulement, la mémoire vive est limitée à 512 Mo, là où un giga-octet aurait garanti une réserve plus confortable lors d’un usage multitâche.

La photo bâclée — Au dos du téléphone, un capteur photo de 5 mégapixels est implanté. Si ce chiffre n’est dans l’absolu pas rédhibitoire, l’absence de flash l’est ! Les clichés en faible luminosité sont donc inenvisageables, d’autant que les performances du capteur n’ont rien d’époustouflant. Autre manque : aucun acteur frontal ne pourra satisfaire les envies de selfies, ce qui est plutôt étonnant compte tenu de l’ampleur de cette mode.

Lire : Smartphone pas cher : quel téléphone choisir à moins de 200 euros ?

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire