[Test] SoshPhone 4G

La logique derrière le Soshphone de Sosh est la même que celle qui a motivé Bouygues avec l’Ultime 5 : équiper ses clients d’un téléphone 4G accessible. Pour se faire, l’opérateur a confié son sort entre les mains du chinois ZTE, le Grand S Flex, en améliorant certains points

Les points forts

Un grand écran — Rares sont les téléphones disposant d’un aussi grand écran à être vendu si peu cher ! Le Soshphone peut s’enorgueillir d’offrir un affichage 5 pouces, aussi imposant qu’un Nexus 5. Et pour une fois, la définition ne vient pas jouer le trouble-fête, avec 1280 x 720 pixels. Cela permet de conserver une résolution intéressante, à 294 pixels par pouce. Il reste donc sous la barre symbolique des 300, impliquant une finesse d’affichage perfectible. Mais à 169 euros, ce serait faire la fine bouche que de s’en plaindre.

Android Kitkat ! — Sur le Grand S Flex, ZTE n’a pas jugé utile d’implanter la dernière version d’Android. On en est même loin, puisqu’il s’agit de Jelly Bean 4.1. En passant sous le nom Sosh, un véritable bond en avant est réalisé avec Kitkat 4.4 dans sa mise à jour la plus récente. Un très bon point qui assure aux utilisateurs les dernières fonctionnalités du système mobile de Google. Et pour ne rien gâcher, l’interface n’est pas recouverte d’une lourde surcouche, laissant profiter de l’expérience Android telle qu’imaginée par les développeurs de Google.

Les points faibles

Le capteur photo — Les fiches techniques sont parfois trompeuses. En intégrant un capteur photo de 8 mégapixels, ZTE formule une certaine promesse en terme de qualité. Dans les faits, ce n’est pas vraiment ça. Les couleurs ont bien du mal à rester fidèles et il ne faut pas compter sur le mode « HDR » pour espérer corriger cela. Aussi, il faut oublier les vidéos en Full HD, le Soshphone étant limité au 720p.

Pas de lecteur microSD — Malgré un bel écran 5 pouces et un processeur à quatre cœurs plutôt apte à gérer des fichiers multimédias (l’autre grosse différence avec le ZTE, doté de seulement deux cœurs), le Soshphone pèche par l’absence d’un lecteur de carte microSD. Cela lui aurait permis d’étendre sa capacité de stockage, limitée à seulement 16 Go (sachant que le système occupe bien 2 Go).

Lire : Smartphone pas cher : quel téléphone choisir à moins de 200 euros ?

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire