[Test] Panasonic LUMIX FZ1000 : le bridge qui filme en 4K

Des performances mécaniques de très haut niveau

Lors des premières prises de vue, le FZ1000 surprend par sa réactivité. Il est en effet doté de deux obturateurs (mécanique et électronique) qui assurent une grande vélocité. La rafale atteint la vitesse de 50 images secondes (lors du choix de l’obturateur électronique), de 12 images/seconde (obturateur mécanique) ou 7 images/secondes avec un suivi du sujet réellement efficace comme on peut le voir sur les images ci-dessous.

Dans ce domaine le FZ1000 fait donc mieux que certains boitiers réflex au coût supérieur. De même, la vitesse d’obturation maximale atteint 1/16000e de seconde grâce à la présence d’un obturateur électronique qui permet également la présence d’un mode silencieux particulièrement discret (les amateurs de photo animalière seront comblés).

Une telle vélocité serait inutile sans la présence d’une mise au point AF également étonnamment performante pour un bridge. Son module par détection de contraste, dérivé de celui qui équipe le GH4, est redoutable d’efficacité et seuls des boitiers reflex haut de gamme font aussi bien. En pratique, un module d’assistance indique à l’AF s’il doit réduire ou augmenter la distance de mise au point. Cela permet à la fois de réduire le risque de tâtonnement traditionnel des modules à détection de contraste et d’assurer à la fois un suivi des sujets en mouvement et une sensibilité en basse lumière très efficaces, bravo ! Certes la taille du capteur, plus réduite que sur les boitiers reflex, procure une profondeur de champ plus étendue et facilite le travail. Toujours est-il que ces performances de haut niveau sont une excellente surprise.

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire