[Test] Panasonic LUMIX FZ1000 : le bridge qui filme en 4K

Un objectif à (presque) tout faire

Doté d’une grande amplitude, l’objectif du FZ1000 n’en est pas moins lumineux et propose une ouverture glissante de 2,8-4. Comme souvent la variation de focale assurée par la bague électrique qui entoure le déclencheur est rapide mais n’autorise pas vraiment de fines variations, un défaut assez bien corrigé lors de l’emploi de la bague qui entoure l’objectif sans rivaliser cependant avec une bague mécanique.

La stabilisation optique de l’objectif est très efficace, c’est un point très important vu l’amplitude focale. Bref, les amateurs de photo sportive ou animalière y trouveront leur compte et se verront proposer des performances traditionnellement réservées à des boitiers beaucoup plus onéreux tout en disposant d’une versatilité optique inédite à ce niveau de qualité et d’encombrement.

Un mode macro est également disponible et les longues focales proposées permettent de détacher très nettement le sujet du fond malgré la taille réduite du capteur par rapport à l’APS-C ou au plein format.

En clair, toutes ces qualités, associées à une très grande versatilité optique, permettent au FZ 1000 de proposer une très large palette d’usages, et son utilisateur ne se trouvera que très rarement devant une impossibilité technique venue du boitier.

Sur le plan qualitatif, le piqué de l’objectif est globalement bon. Petite limitation, l’ouverture du diaphragme est bridée à f/8 en photo (f/11 en vidéo), néanmoins la taille du capteur permet au FZ1000 de proposer une profondeur de champ importante si nécessaire. En fait c’est une bonne idée, car cela permet surtout d’éviter au FZ-1000 d’être trop sujet à la diffraction afin d’assurer une qualité d’image optimale.

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire