[Test] Faut-il craquer pour la Pebble Time Round ?

4 raisons de craquer (ou pas) pour la Pebble Time Round

Lors de son annonce, la Time Round avait tout pour plaire. Smartwatch la plus fine du marché, elle semble aussi être l’une des plus réussies sur le plan du design. Mais pour cela, Pebble aura dû sacrifier la batterie, tandis que son écran ne prétend pas au panache de celui d’une Apple Watch. Par ailleurs, comparée aux autres modèles de la marque, elle ne supporte pas autant d’applications, la faute à son écran rond et non plus carré. Malgré tout cela, parvient-elle à convaincre ?

1 - Oui, pour son design

Avec seulement 7,5 mm d’épaisseur et 28 grammes, la Pebble Time Round est aussi discrète qu’élégante. Elle se fait rapidement oublier au poignet, d’autant qu’elle est disponible en deux versions. La première s’adresse en priorité aux hommes avec son bracelet de 20 mm, tandis que la seconde est plus féminine, l’attache passant à 14 mm. Dans les deux cas, un système de fermeture par une boucle ardillon est de la partie, très facile à manipuler.

Surtout, pour la première fois dans l’histoire de la jeune société, la montre connectée ressemble à une véritable montre, avec un dessin rond. Afin d’interagir avec, il n’est pas question d’écran tactile comme à l’habitude de la marque, mais à l’aide de boutons. Sur la droite du boitier, trois touches sont installées, tandis que la partie gauche se contente d’une seule. Elles permettent de naviguer dans les différents menus du système propriétaire (Pebble OS).

En raison de sa certification IP67, la montre pourra survivre à l’eau de pluie ou aux éclaboussures lors d’un lavage de main. Par contre, contrairement à la Pebble Time, il ne sera pas envisageable de l’immerger ou la porter sous la douche.

2 - Oui et non, pour son écran

Comparé aux écrans couleur et tactiles de l’Apple Watch des montres Android Wear, l’afficheur eInk (comme sur les liseuses électroniques) de la Pebble Time Round semble sombre et terne. Sa faible définition, avec ses 180 x 180 pixels, n’a évidemment pas la précision de ses concurrentes.

Cela étant, la technologie a ses avantages. La luminosité en extérieur est bonne, mais surtout l’écran est toujours actif, là où les écrans LCD doivent s’éteindre pour espérer conserver un peu d’autonomie. L’heure est affichée en permanence sans qu’il ne soit nécessaire de la réveiller.

Par contre, l’écran n’offre qu’une diagonale de 1 pouce, et il faut admettre que l’occupation sur la montre n’est pas optimale. On a l’impression que l’espace est gâché autour ce qui renforce d’autant plus la sensation de petitesse de l’afficheur. Reste que la dalle eInk est assez claire pour faire ressortir les nuances de couleurs dans l’interface et les cadrans, mais les teintes ont tendance à être délavées dès lors que le rétroéclairage est activé.

3 - Non, pour son manque d’application

Comparé à WatchOS ou Android Wear, le système d’exploitation de Pebble est très simpliste. Mais le manque de complexité n’est pas une mauvaise chose, surtout pour ceux intimidés par les nombreuses options. Plutôt que de glisser à travers une multitude de pages remplies d’icône, il suffit d’utiliser les quatre boutons. Quelques commandes vocales sont aussi de la partie, mais seules 11 applications sont compatibles pour le moment.

En bonne montre connectée, les notifications du smartphone sont en temps réel envoyé sur le petit écran, que l’on soit sous iOS ou Android. Grâce à des textes préenregistrés, il est possible de répondre à ses messages ou mail, sinon des notes vocales peuvent être enregistrées. Pebble offre également quelques options de tracking d’activité basique. L’application dédiée (mise au point par Misfit) peut alors utiliser l’accéléromètre intégré à la montre pour calculer pas, distances, calories brulées et même le sommeil. 

La gestion des applications est similaire aux autres Pebble. Le téléchargement se fait depuis le téléphone et les logiciels sont tous répertoriés dans un menu depuis la Time Round. Sauf que contrairement à la Pebble Time par exemple, il n’est pas question d’avoir accès aux 8 000 applications et cadrans. La faute à son écran, la Time Round ne peut prétendre qu’à 90 programmes et 275 watchfaces. Il faut donc attendre que les développeurs mettent à jour leurs applications pour espérer que ce nombre augmente à terme.

4 - Non, pour son autonomie

L’autonomie est le principal point fort de Pebble. Ses différents modèles sont en général capables de tenir une bonne semaine à l’abri d’un chargeur, le tout en ayant l’écran allumé en permanence. Cet avantage, directement lié à l’utilisation d’un écran eInk, n’est malheureusement pas présent dans la Pebble Time Round. La batterie a été sacrifiée sur l’autel de la silhouette et afin d’assurer une finesse record, il faut composer avec seulement 2 jours d’autonomie.

Alors bien sûr, ceux qui compareraient ce résultat à une montre sous Android Wear ou à l’Apple Watch pourront toujours dire que cela est dans la moyenne. Sauf qu’ici, il n’est pas question d’un écran particulièrement grand, pas spécialement détaillé et pas tactile non plus. Heureusement, le petit accumulateur a vite fait de se recharger, mais cela est une maigre compensation.

Lire : Smartwatch : comment choisir sa montre connectée ?

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
1 commentaire
    Votre commentaire
  • momo
    Vous êtes sévère là !
    La philosophie de cette smart Watch est différente des autres actuellement sur le marché, l’écran lisible en permanence en est évidement la démonstration.
    La batterie dure chez moi 2,5 jour en utilisation assez soutenue car comme c’est un nouveau joujou je n’arrête pas de la trifouiller.
    Je pense que même pour peeble, le prix de la finesse à été l’autonomie mais sachant qu’en 15 minutes de recharge je passe de nouveau à 100%, ce n’est vraiment pas un problème à l’usage (perso je la retire de toutes manière ma montre pour dormir)

    Les applications viendront, en tout cas le principal est d’ores-et-déjà là : notifications, météo, se diriger vers des coordonnées GPS, appel d’url, contrôle musique, chrono, alarme, traqueur d’activité…
    En même temps, je ne vois pas trop les autres services que pourraient m’apporter de nouvelles applications. Ce sont des besoins qu’il reste à inventer… et que j’ai hâte de découvrir. En tout cas un émulateur Nintendo 64 ne m’intéresse pas sur ma montre !

    Personnellement je me suis amusé à commander les chaines de ma télé en parlant à ma peeble (nodered coté serveur et l’appli ‘Send Message’ sur la peeble time round) et ça fonctionne bien (mon téléphone appairé à la montre est sous IOS)

    Finalement elle est élégante, fine, je ne la sens pas sur mon poignet. Enfin une smartwach qui ressemble à une montre et qui n’est pas une machine à gaz sur le poignet (surtout au niveau de l’épaisseur).

    Bref, j’en suis ravis même si j’aurais aimé qu’elle soit un poil moins chère.
    Vraiment, je ne comprends pas votre article.
    0