[Test] EOS M : Les qualités d’un reflex au format d’un compact ?

Une vélocité limitée

Une fois le bouton ON pressé il faut attendre environ 3 secondes pour que l’EOS-M soit réellement prêt à l’usage sans que le logo du mode choisi ne gêne la visée. Pour un usage amateur standard ce n’est pas vraiment gênant. Ce laps de temps est cependant trop long pour satisfaire les utilisateurs qui aiment les photos prises sur le vif.

Dans le même ordre d’idée, l’autofocus qui semblait très alléchant sur le papier donne des résultats corrects mais décevants. En proposant un dispositif hybride alliant corrélation de phase (comme sur un reflex) et détection de contraste (système présent sur les compacts) il laissait en effet présager de performances de haute tenue. En pratique il assure une mise au point plutôt précise, et le système de choix du point en touchant la zone désirée sur l’écran arrière marche plutôt bien, mais sa vélocité nous a laissé sur notre faim. Ses performances sont en effet plus proches de celles des compacts amateurs que des boitiers reflex en raison d’un tâtonnement trop long propre aux systèmes par détection de contraste.

En conséquence, le temps entre deux photos d’un même sujet fixe est très légèrement inférieur à 3 secondes (mesuré entre 2,8s et 3s selon les sujets) avec un obscurcissement de l’écran de visée assez long entre les deux. Ce fonctionnement rend impossible un usage sérieux en prise de vue sur le vif. Même si avec un peu de persévérance et de réussite on peut épisodiquement attraper une bonne image, le résultat tient plus du hasard que de la précision du photographe.

Bon point à signaler tout de même : le volume sonore de la mise au point et du déclenchement reste assez bas, assurant à l’EOS-M un bon niveau de discrétion.

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire