[Test] Bracelet connecté : Polar a-t-il loupé le Loop ?

Acteur historique des équipements sportifs, Polar ne pouvait faire l’impasse sur la dernière tendance à la mode : les bracelets connectés. Face aux Nike FuelBand, Misfif Shine et autres Fitbit Flex, Polar a choisi de donner une couleur différente à son bracelet. Le Loop est complètement tourné vers le sport. Non pas qu’il ne puisse être porté en dehors d’activités physiques, mais c’est bien au cours d’une course, d’une séance de natation ou d’une sortie sportive qu’il prend tout son sens. Mais que vaut ce bracelet connecté sportif ?

Les points forts

Le sport même sous l’eau - Pas de doute, le Loop est bien un bracelet orienté sport. S’il permet de mesurer les mêmes données que ses concurrents (nombre de pas, calories brûlées, sommeil) il brille particulièrement lorsqu’il s’agit de s’activer sur un terrain, une piste de course ou en piscine (le Loop est étanche jusqu’à 20 mètres de profondeur).  Surtout, le bracelet de Polar est compatible avec les ceintures cardiofréquencesmètre disposant de la technologie Bluetooth smart. Seul bracelet à proposer cette fonctionnalité il offre ainsi des mesures plus précises et plus complètes.

Ecran total - Tous les bracelets connectés n’ont pas un écran. Et ceux qui ont en un prennent souvent l’avantage sur les autres. Celui du Loop est simple mais particulièrement lisible. Il s’active via la petite touche situé sur le dessus du bracelet et permet d’afficher les données quantifiées ainsi que l’heure.

Application appliquée - Le Loop ne fonctionne pas seul,  il est nécessaire de le coupler à l’application « Polar Flow » (iOS uniquement pour le moment). Celle-ci est très claire, détaillée et instinctive.  Mais ce qui est appréciable c’est que l’application demande à son porteur de définir sa journée type (« principalement assis », « principalement debout », « principalement en mouvement ») adaptant ainsi les mesures et le coaching en fonction du profil retenu.

Les points faibles

Réglage à l’ancienne - L’ergonomie du Flex à coup sûr son principal point faible. Dès le déballage, la configuration du bracelet donne lieu à une séance tout simplement invraisemblable : il faut couper son bracelet avec des ciseaux pour l’ajuster à son poignet. Cette opération est indispensable, déjà pour être à l’aise avec son gadget mais surtout parce que l’écran du Loop ne fonctionne que si le bracelet est en contact avec la peau. Rassurez-vous Polar offre une petite réglette en papier pour vous aider dans cette délicate opération…

Design massif - Le Loop ne marquera pas les esprits par son design. Plus large et plus massif que les autres bracelets il ne fait pas dans la discrétion avec ses lisérés argentés qui entourent l’écran.

Autonomie mini - Polar annonce 5 jours d’autonomie pour son Loop. La réalité est légèrement inférieure à la prédiction officielle. Trois jours au mieux et un peu moins lorsque le bracelet passe sous l’eau.

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire