[Test] Samsung Galaxy S5 : la perfomance ne fait pas tout

Des performances de haut vol

Difficile d’imaginer un Galaxy S qui n’est pas au zénith de la performance. Le Galaxy S4, lorsqu’il s’est présenté sur le marché, était équipé d’une puce Snapdragon 600. Certes puissante, elle a vite été dépassée par une nouvelle version, le Snapdragon 800, bien supérieure. La concurrence plus tardive ne s’est pas privée d’y avoir recourt, donnant un rapide coup de vieux au smartphone de Samsung.

Cette fois, il ne s’y fera pas prendre. Le Galaxy S5 embarque le dernier né de la gamme Snapdragon, pour l’instant utilisé uniquement par le HTC One M8 sorti quelques semaines avant lui, le 801. Toujours 32 bits, il se distingue du 800 essentiellement par des optimisations et une fréquence de fonctionnement supérieure, ici 2,5 GHz. Il s’agit tout simplement de la puce la plus rapide jamais installée sur un téléphone grand public commercialisé dans nos contrées.




Contrairement au Galaxy Note 3, ce ne sont pas trois, mais deux gigaoctets de mémoire vive qui sont implantés. Cela n’a pas de quoi inquiéter les amateurs de performances, les résultats sont sans conteste au-dessus de la concurrence. La suprématie du HTC One M8, testé la semaine dernière, n’aura pas été très longue. Qui dit mieux ?

En ce qui concerne la batterie, Samsung a revu sa capacité : 2 800 mAh. L’autonomie est tout simplement excellente et offre près de deux jours nomades selon les conditions. Plusieurs modes d’économies d’énergie sont accessibles. Le premier, diminue les performances et laisse la possibilité de passer l’affichage en noir et blanc (pour une consommation de l’écran en baisse). Le second va encore plus loin en réduisant drastiquement l’interface au strict minimum en optimisant les connexions réseau. Résultat, avec seulement 10 % de batterie restante, l’appareil pourrait tenir 24 h loin d’une prise. Un dispositif astucieux que partage son concurrent taïwanais, le HTC One M8.

Capteur photo

En matière de capteur photo, les chiffres ne cessent de grimper de génération en génération. De 5 mégapixels sur le premier Galaxy S, puis 8 sur les deux générations qui ont suivi et enfin 13 sur le récent S4, cette cinquième version embarque pas moins de 16 mégapixels. Au regard de la compétition, Sony et Nokia en tête avec leurs 20 mégapixels, voire même 41 dans le cas du second, la valeur n’impressionne pas vraiment. Mais c’est tout de même autant qu’un S4 Zoom ! Pour quel résultat ? Rien à redire tant qu’il y a de la lumière.

Les photos sont équilibrées, détaillées et les couleurs sont cohérentes. Si le Galaxy S4 avait mis la barre haute, le S5 parvient à la repousser encore un peu. On peut surtout remercier l’autofocus diablement réactif afin de ne jamais passer à côté d’un moment que l’on tient à immortaliser.
Mais dès que la lumière baisse, la donne change. Le focus est plus lent et les clichés manquent terriblement de luminosité et la myriade d’options dans les menus n’aide en rien. L’ajout d’un stabilisateur optique aurait certainement été un plus, avec une exposition plus longue. Pourtant, comme Sony et contrairement à Nokia, Samsung fait encore l’impasse. C’est d’autant plus dommage que la vidéo en aurait également tiré profit, sachant que le S5 permet de filmer en 4K (au même titre que le Note 3 avant lui).

Verdict« Comme prévu », le Galaxy S5 reprend sa place de leader en matière de performance. Cela se joue de peu, aux quelques mégahertz en plus du côté de la puce intégrée. Il est de toute façon bien difficile de se distinguer là-dessus désormais, tant les configurations tendent à être similaires entre les différents smartphones. Par contre, la photo parvient à s’améliorer par rapport au S4, exception faite des clichés de nuit : sur ce point, il y a encore du progrès à faire !
Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
3 commentaires
    Votre commentaire
  • MonMotDePasseEst123456
    C'est un texte ou un catalogue de fonctionnalités ?

    Parce que moi personnellement j'ai lu cet article juste pour trouver les test de la dite étanchéité du smartphone, et de son capteur d'empreinte et aucun d'eux n'ont été testés dans votre article (ou bien en tout cas vous n'avez pas mis les résultats de vos essais).

    Ridicule comme test.
    0
  • leidantoura
    Le secteur d'empreinte, pas au point et l'étanchéité sont parfaitement évoqués.
    Ce Galaxy devient effectivement un catalogue de fonctionnalités.
    Devant ce catalogue, les mauvaises photos de nuit sont impardonnables .
    0
  • leidantoura
    Le secteur d'empreinte, pas au point et l'étanchéité sont parfaitement évoqués.
    Ce Galaxy devient effectivement un catalogue de fonctionnalités.
    Devant ce catalogue, les mauvaises photos de nuit sont impardonnables .
    0