[Test] Sony Alpha 6000 : l'hybride qui veut concurrencer les reflex

Un pilotage plutôt malin

On retrouve sur le dessus de l’appareil, on trouve une molette de choix du mode de prise de vue : PSAM, vidéo, mode panoramique, scènes, auto, auto+, MR. À côté se trouve une première molette de réglage. Le déclencheur entouré de la couronne de mise sous tension se trouve sur le dessus de la poignée à proximité une commande C1 personnalisable.

Au dos de l’appareil, on retrouve au-dessus de l’écran les touches Menu et de commande du flash ainsi qu’un bouton de mémorisation de l’exposition. À droite de l’écran, on retrouve la très intelligente touche « Fn » qui permet d’accéder directement aux principaux réglages de prise de vue. En dessous, on retrouve les touches lecture et C2 (personnalisables) ainsi que la roue codeuse qui fait office de trèfle et de seconde molette de réglage. Cela peut sembler anodin, mais constitue en réalité une différence fondamentale avec la plupart des boitiers reflex amateurs concurrents. En haut à droite on trouve enfin le bouton d’enregistrement vidéo.

Les menus, clairs et plutôt bien organisés, sont très complets. On peut signaler la présence d’un mode pour les amateurs purs expliquant chaque grande catégorie de réglage, qui donne néanmoins directement accès aux menus classiques sans information supplémentaire. Dans la plupart des cas le recours au mode d’emploi est donc nécessaire au néophyte.

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire