[Test] Surface Pro 3 : que vaut la nouvelle tablette de Microsoft ?

Au final, que vaut cette tablette hybride ?

Cette nouvelle version constitue finalement un assez bon cru de la gamme Surface. Malgré sa grande taille, elle n’est reste pas moins très maniable, notamment grâce à son poids plume. L'appareil ne pèse en effet que 804 grammes nu. Et une fois nanti de sa type cover, il atteint tranquillement le poids 1,1 kg, ce qui en fait l'un des utrabooks les plus légers du marché, si on le considère comme tel. On regrettera néanmoins que l’appareil chauffe autant dès que le CPU est un peu trop sollicité. Certes, celui-ci est censé adapter sa fréquence à l’usage que l’on fait de l’appareil, mais il n’empêche que le processeur chauffe de manière anormale dans certaines situations, et qu’il est difficile de maintenir la main sur le côté droit de la coque de la tablette plus d’une dizaine de secondes dans ce genre de cas.

Malgré tout, la tablette reste un bon produit, doté d’un stylet fonctionnel, qui devrait plaire à celles et ceux qui ont un besoin constant de prendre des notes, de réaliser des petits schémas ou tout simplement de manière plus précise l’OS qu’avec le touchpad du clavier. Seul le prix de l'ensemble risque d'en rebuter plus d'un. Si la version en Core i3 est à peu près abordable, les tarifs des éditions en Core i3 ou Core i7 s'envolent (voir tableau ci-dessous). D'autant qu'il est important de préciser que l'appareil est livré sans type cover ni touch cover. Il faudra donc ajouter 130 euros, afin de transformer la tablette en netbook. De quoi alourdir la facture pour un accessoire qui est, somme toute, vraiment indispensable.

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire