[Test] Surface Pro 3 : que vaut la nouvelle tablette de Microsoft ?

En octobre 2012, Microsoft se lançait sur le marché des tablettes avec un produit novateur : Surface. Un appareil faisant office à la fois de tablette et d’ultrabook, pouvant remplir toute sorte de tâches et fonctionnant sous Windows. À vrai dire, ce n’était pas une première pour Microsoft, qui avait déjà commercialisé des « Tablet PC » au début des années 2000. Mais depuis, le géant de Redmond avait totalement abandonné le marché, et s’était fait voler la vedette par Apple et son iPad, ainsi que les innombrables modèles fonctionnant sous Android.

Une première version assez mal accueillie

A gauche la Surface Pro 3, à droite la Surface Pro 2A gauche la Surface Pro 3, à droite la Surface Pro 2En 2012 donc, Microsoft est revenu sur le devant de la scène en lançant, en même temps que Windows 8, deux tablettes : la Surface Pro d’un côté, et la Surface RT de l’autre. Si l’éditeur n’a jamais communiqué les chiffres de vente de ses deux appareils, il semble néanmoins que les premiers modèles aient été très difficiles à écouler. Le grand public a plutôt mal accueilli la Surface RT, car il ne pouvait pas y installer ses logiciels classiques Windows, mais uniquement celles du Windows Store (encore peu nombreuses à l’époque). Quant aux professionnels, ils ne voyaient pas bien l’intérêt de la Surface Pro, un produit jugé trop « hybride », qui ne remplaçait pas véritablement un PC portable et lançait par défaut l’écran d’accueil Metro de Windows 8. Un véritable sacrilège dans le monde de l'entreprise...

Jamais deux sans trois

Le bouton Windows de la Surface Pro 3 change de placeLe bouton Windows de la Surface Pro 3 change de placeEn 2013, le vent a cependant tourné avec la Surface Pro 2 et la Surface 2. Windows est tout d’abord passé en version 8.1 : Microsoft n'a plus contraint ses utilisateurs à passer par l’écran Metro pour exploiter l’appareil, un vrai-faux bouton Démarrer a fait son apparition et le système est devenu globalement plus mature. La tablette s'est révélée plus légère et son autonomie bien meilleure. Bref, même si les ventes sont bien loin d’égaler celles d’un iPad ou d’une Nexus 7, la deuxième génération de tablettes Surface parvient à séduire certains utilisateurs.
Mais voilà que la troisième évolution de Surface Pro pointe le bout de son stylet. Si les changements entre la Surface Pro et la Surface Pro 2 étaient surtout destinés à « corriger le tir », les nouveautés sont ici beaucoup plus flagrantes (taille, stylet, poids...). Alors la Surface Pro 3 constitue-t-elle vraiment le produit miracle, celui par lequel Microsoft peut enfin inquiéter ses concurrents, ou s’agit-il juste d’un peu de poudre de perlimpinpin ? Et surtout : au bout de trois essais, celui-ci est-il vraiment le bon ? Réponse aux pages suivantes…

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire