Casque antibruit : test du Tinteo Premio ABA 122

Ce modèle à la particularité d’être le seul casque de ce comparatif de conception française. La société bucco-rhodanienne est notamment soutenue dans son développement par l’agence Oseo et la région PACA. Pas évident pour une PME de se faire de la place sur un marché dominé par des mastodontes, mais pourtant cette entreprise française tente sa chance avec ce Premio ABA 122. 

Retrouvez notre comparatif des casques antibruit

Annoncé comme réduisant 85 % des bruits parasites, ce modèle peine toutefois à convaincre en environnement très bruyant. Sa forme supra-aurale n’est pas des plus adaptées à l’isolation passive. Le son à traiter est donc bien plus important qu’avec un modèle circa-aural et le résultat forcément moins probant. On perçoit également un léger souffle lorsque l’on active le système, ce qui peut gêner à faible volume. On regrette également que sur ce type de casque plus petit, la pile soit déportée.

Léger donc confortable

Ce qu’il perd en efficacité de traitement du bruit, ce casque le gagne en confort. Bien plus léger qu’un modèle circa-aural, son port n’est pas pénible. La pression très bien dosée de son arceau ne serre pas trop les oreilles. Même si les rembourrages de l’arceau et des écouteurs sont un peu chiches, cela n’est pas pour autant inconfortable. La finition est, quant à elle, plutôt réussie et ne laisse passer aucun jeu d’assemblage ou de grincement désagréable.

Enfin, la qualité sonore est ici relativement honnête. Comme beaucoup de casques sur le marché l’orientation donnée va vers les bas-médium, ne permettant pas aux aigus de s’exprimer pleinement. En ressort donc une impression de son étouffé, manquant quelque peu de relief. Ce modèle tient toutefois son rang pour sa gamme de prix et surprend positivement pour un premier modèle de cette marque récente.

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire