[Test] TomTom Touch : que vaut le premier traqueur d’activité de TomTom ?

Cinq raisons de craquer (ou pas) pour le TomTom Touch

La plupart des traqueurs d’activité laissent à désirer quand il s’agit de perdre de la masse graisseuse et de prendre du muscle. Ils se contentent généralement d’enregistrer des informations sur votre activité physique sans que vous sachiez vraiment ce qui se passe. Le TomTom Touch a une approche différente en vous indiquant la proportion de muscles et de masse graisseuse dans votre corps. Et il ne s’adresse pas uniquement aux athlètes qui veulent se sculpter un corps d’Appolon. Quels que soient votre forme et votre poids, ce petit gadget va vous aider à suivre votre progrès dans le temps.

>>> Retrouvez notre comparatif des meilleurs bracelets connectés

Credit: Jeremy Lips / Tom's GuideCredit: Jeremy Lips / Tom's Guide

Oui, si vous êtes droitier, non si vous êtes gaucher

Le TomTom Touch compte parmi les plus petits traqueurs d’activité du moment avec 19 mm de largeur. L’appareil en lui-même intègre un petit écran tactile et il vient se loger dans un bracelet en plastique. L’ensemble est néanmoins plus épais que le Fitbit Flex 2, mais l’encombrement reste raisonnable et le TomTom Touch se fait rapidement oublier même en le portant 24h/24.

Le TomTom Touch se démarque de ses concurrents avec un capteur en métal qui fait office de bouton pour activer l’écran tactile. Celui-ci affiche l’heure, le nombre de pas, la distance parcourue, le temps passé en activité et le suivi du sommeil. Une pression sur le bouton suivie d’un balayage vers le bas permet de passer le traqueur en mode exercice afin de mesurer la composition corporelle et de suivre le rythme cardiaque.

Credit: Jeremy Lips / Tom's GuideCredit: Jeremy Lips / Tom's Guide

L’écran tactile est bien pratique, mais il faut au moins deux étapes avant de pouvoir afficher le nombre de pas. Sur d’autres modèles concurrents tels que le Fitbit Charge 2, les choses sont plus simples en affichant cette information tout simplement en tournant le poignet vers le haut.

Le plus difficile avec le TomTom Touch, c’est qu’il faut le porter très serré. À tel point que le bracelet et le capteur de composition corporelle laissent une marque sur la peau. Et quand vous vous lavez les mains abondamment, il est bien difficile de se débarrasser de l’excès de savon sous le capteur. Mais le plus grand défaut de conception réside dans le fait que le TomTom Touch a avant tout été conçu pour les droitiers. Vu la taille de l’écran qui est tout en longueur, les chiffres les plus longs sont affichés de côté et la lecture est plus aisée en portant le bracelet sur le bras gauche. Le cas échéant le texte est affiché à l’envers. Contacté par nos soins, TomTom indique qu’il n’est pas possible de changer l’orientation de l’écran même si le constructeur envisage cette possibilité. Quoi qu’il en soit les bracelets se déclinent dans deux tailles, petit et large, avec différents coloris.

Credit: Jeremy Lips / Tom's GuideCredit: Jeremy Lips / Tom's Guide

Oui, pour la composition corporelle

Pour juger de votre état de santé, le TomTom Touch analyse votre composition corporelle et notamment le pourcentage de gras et de muscle. Pour une femme, on recommande généralement entre 21 et 33% de gras, et entre huit et 19% pour un homme. En affichant votre score et en le mesurant régulièrement dans le temps, vous êtes en mesure de suivre vos progrès et de savoir si votre activité physique vous permet de perdre de la masse graisseuse ou de gagner de la masse musculaire. Pour ce faire le TomTom Touch effectue une analyse d’impédance bioélectrique. Schématiquement l’appareil envoie un signal depuis la partie inférieure du TomTom Touch qui traverse le bras et le haut du corps jusqu’à atteindre le capteur à l’avant.

Le meilleur moment pour prendre une mesure est au réveil, juste après avoir bu un verre d’eau et avant même d’aller aux toilettes d’après le constructeur. Pour prendre une mesure, il suffit d’appuyer sur le bouton sur la face avant du TomTom Touch et de faire glisser son doigt dessus à trois reprises jusqu’à que le signe pourcentage apparaisse. À partir de là, gardez le doigt appuyé sur le capteur pendant quelques secondes. Le TomTom Touch vous indiquera quand la mesure est terminée et les résultats seront visibles dans l’application une fois la synchronisation effectuée. La valeur est arrondie au demi-pour cent.

Nos premiers essais se sont soldés par un échec jusqu’à ce que nous suivions la recommandation de TomTom d’humidifier les capteurs avant et arrière du Touch avant la mesure. Par la suite, il s’est avéré que cette étape était indispensable pour mesure la composition corporelle avec notre exemplaire du TomTom Touch, même si le constructeur affirme que ce n’est pas nécessaire la plupart du temps. La majorité des appareils qui sont capables de mesurer la composition corporelle font appel à un système d’analyse de l’impédance bio électrique. C’est notamment le cas des balances connectées telles que celles que nous avons testées ici. D’après TomTom, les résultats du Touch sont similaires à ceux des balances de ce type. Cependant le constructeur précise que les résultats peuvent différer, car le système utilisé effectue une mesure sur le haut du corps tandis que les balances se concentrent sur le bas du corps. Et lors de notre test nous avons effectivement constaté des résultats diamétralement opposé entre le TomTom Touch et la balance Qardio. À en croire le Touch nous étions en meilleure forme que la moyenne tandis que la Qardio nous considérait en surpoids. TomTom nous a indiqué que tous ces outils de mesure ont une précision de l’ordre de 5% environ. De sorte que si la mesure du TomTom Touch est sous-évaluée de 5% et celle de la balance surévaluée de 5%, la différence à deux chiffres que nous avons constatée ne surprendra pas ceux qui sont familiers avec cette technologie.

Credit: Jeremy Lips / Tom's GuideCredit: Jeremy Lips / Tom's Guide

En règle général l’analyse par impédance bio électrique n’est pas aussi précise qu’avec un scanner professionnel DXA qui lui préfère les rayons X. Mais elle a l’avantage d’être beaucoup plus abordable pour mesurer la composition corporelle et faire un suivi dans le temps. Un dernier point qui a son importance. On l’a dit, cette technologie fonctionne en envoyant un signal électrique de faible intensité dans le corps. Si vous avez un quelconque implant métallique (vis, pacemaker), il ne faut surtout pas utiliser ce type de traqueur d’activité.

Oui, pour le cardiofréquencemètre

Les traqueurs d’activité de milieu de gamme intègrent de plus en plus souvent un cardiofréquencemètre pour répondre aux attentes des utilisateurs. Généralement pour que la mesure soit bonne il faut porter le bracelet suffisamment serré autour du poignet. Comme d’autres produits de ce type, le TomTom Touch est équipé de LED vertes au dos afin d’envoyer de la lumière dans les vaisseaux sanguins et ainsi mesurer le rythme cardiaque.

Lors d’une session de vélo elliptique de 30 minutes, le TomTom Touch a relevé un rythme cardiaque moitié moindre que le cardiofréquencemètre intégré aux poignets de la machine. Ce dernier affichait par exemple 123 pulsations par minute (ppm) quand le TomTom Touch mesurait 59 ppm. Et la valeur n’a pratiquement pas changé pendant les 15 premières minutes de l’entrainement. Néanmoins les mesures réalisées lors de sessions ultérieures se sont avérées plus précises.

Nous avons fait part de ce problème à TomTom qui nous a indiqué qu’il était recommandé de porter le Touch au moins pendant 15 minutes avant un exercice, avec le bracelet bien serré légèrement au-dessus du poignet. Ce qui n’arrange rien au confort surtout quand on commence à bouger et à suer, sans parler des marques que laisse l’appareil sur la peau et même des fourmis dans les doigts. Enfin, nous avons également évalué le cardiofréquencemètre au repos avec des mesures entre 65 et 80 ppm ce qui est en phase avec d’autres capteurs.

Non, pour l’absence de suivi automatique des activités sportives

Lors de balades nous avons constaté que le podomètre n’était pas des plus précis. Le TomTom Touch a ainsi calculé 341 pas quand nous en réalisions 380 sur le même parcours. Pour un suivi plus précis des activités sportives, il faut impérativement passer le Touch en mode sport. Comme on l’a vu plus haut, il faut donc appuyer sur le bouton tactile pour activer l’écran et le faire défiler jusqu’à l’icône appropriée. Reste encore à valider pour afficher les informations telles que le rythme cardiaque et le nombre de calories brulées en balayant l’écran. Une fois l’exercice terminé appuyez deux fois sur le bouton. Dommage que le TomTom Touch ne suive pas automatiquement les activités sportives comme c’est le cas pour le Fitbit. De plus, si vous omettez de lancer le mode sport, l’application n’enregistrera pas vos données. Du moins pour le moment comme nous l’a confirmé le constructeur.

Non, pour l’application TomTom

À propos de l’App TomTom, celle-ci ne nous a pas paru très intuitive. En appuyant sur une icône en haut à gauche, on fait apparaitre plusieurs onglets afin de personnaliser le TomTom Touch et l’app MySports.

Comme son nom l’indique, l’onglet « objectifs » vous permet de fixer des objectifs quotidiens : nombre de pas, distance parcourue, durée d’exercice ou calories brulées. Vous pouvez définir un nombre d’activités à effectuer chaque semaine afin de les diversifier et améliorer votre forme. Pour ceux qui veulent surtout suivre leur composition corporelle, le Touch propose également une option adéquate. Il peut s’agir au choix d’un pourcentage gras dans votre poids total, ou de muscle.

>>> Fitness, Quantified Self : les applications Android pour rester en forme

L’onglet « progrès » permet de suivre vos progrès, mais la page affiche trois menus avec différentes informations. Il n’est donc pas évident de trouver immédiatement ce que l’on cherche. Le menu sur la gauche affiche les progrès, les activités, les objectifs, mais aussi les informations et les préférences de compte. Sur la droite, vous pouvez changer la période que vous voulez analyser, pour par exemple comparer une semaine après l’autre ou un mois après l’autre. Vous accédez également à la liste complète des activités qui ont été enregistrées.

En faisant défiler la page « progrès » jusqu’en bas, on accède à un autre menu qu’on peut faire défiler de gauche à droite afin de consulter le nombre de pas, la distance parcourue, le nombre d’heures de sommeil et le temps pendant lequel vous avez été actif pendant la journée.

Sans l’aide de TomTom il nous aurait fallu pas mal de temps pour comprendre que sous l’onglet « progrès » se trouve une courbe qui affiche le temps de sommeil. Celle-ci compare également la valeur aux autres jours de la semaine et même du mois. C’est également en bas de la page « progrès » que vous trouverez les enregistrements correspondants au rythme cardiaque. L’app affiche les données hebdomadaires pour analyser les temps de récupérations, et les données quotidiennes pour consulter les pics de rythme cardiaque dans la journée.

L’app MySports de TomTom permet également de configurer les notifications du smartphone qui s’afficheront sur le TomTom Touch. Néanmoins ce dernier n’affiche aucun détail comme le nom ou le numéro de téléphone de l’appelant, ou encore le contenu du SMS reçu. De plus il n’est pas possible de configurer des alarmes silencieuses. Enfin, MySports ne synchronise pas ses données avec les applications les plus populaires telles que MyFitnessPal, Endomondo, Jawbone ou encore MapMyFitness.

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire