[Test] Faut-il craquer pour la Whitings Activité Steel ?

4 raisons de craquer (ou pas) pour la Withings Activité Steel

Withings a été l’une des premières firmes à se lancer sur le secteur des montres analogiques équipées de capteurs d’activités avec la bien nommée Activité. Ce garde-temps doté d’un boitier en acier inoxydable et d’un verre en saphir est toutefois vendu à un tarif élevé : 390 euros. Il existe une version bien plus accessible, l’Activité Pop, mais il faut alors se résoudre à abandonner l’élégant boitier en acier au profit du plastique. Avec la nouvelle Activité Steel, plus besoin de faire cette concession. Elle reprend l’essentiel de l’Activité, à commencer par son design et une partie de ses matériaux, tout en s’ouvrant enfin à un public plus large puisqu’elle est proposée à seulement 169 euros.

Lire : Montres connectées à aiguille : comment choisir sa smartwatch horlogère ?

1 - Oui, pour son design

De toutes les montres équipées d’un traqueur d’activité, la Withings Activité Steel est probablement l’une de celles qui attirent le plus l’attention. Ce n’est pas difficile de voir pourquoi, avec son boitier en acier inoxydable poli, ses fines aiguilles et son cadran d’une finition irréprochable. À première vue, il n’est pas évident de différencier l’Activité Steel à 169 euros de l’Activité classique à 390 euros. Elles partagent la plupart des éléments, à commencer par ses fonctionnalités : suivi des pas, du sommeil, des distances parcourues et les calories brûlées.

Mais lorsque l’on se concentre un peu, on note plusieurs nuances. Le cadran n’est pas protégé par du saphir et le bracelet est en silicone plutôt qu’en cuir. Sinon, le meilleur moyen de les différencier est de regarder l’aiguille de progression dans ses objectifs : sur l’Activité Steel, elle n’est pas d’une couleur différente de celles dédiées à l’heure.

Avec un diamètre de seulement 36,3 mm et un poids plume - 37 grammes - la Steel est beaucoup plus petite et plus légère que d’autres montres connectées équipées d’un suivi d’activité. On pense notamment à la Runtastic Moment Elite, avec son imposant boitier de 46 mm et ses 240 grammes. Si certaines personnes peuvent préférer une montre au design massif de temps en temps, la petite taille de la Withings la rend beaucoup plus confortable à porter la nuit, lorsqu’il est question de traquer son sommeil.

2 - Oui, pour son application

L’application qui accompagne la Withings est bien pensée. Le tableau de permet offre plusieurs manières de voir ses informations, selon plusieurs catégories : poids, activité, sommeil, etc. Pour chacune, les données liées à ses performances quotidiennes s’affichent afin de pouvoir suivre sa progression, exprimée en pourcentage autant qu’en valeur brute.

Les statistiques sont nombreuses et il est possible de lire en détail les données collectées dans une interface simple et claire. Surtout, l’application laisse accès à tout l’historique, ce qui n’est plus si évident de nos jours. Runtastic par exemple demande de passer à la caisse pour consulter n’importe quelle information antérieure à 7 jours.

Finalement, on ne regrette qu’une chose, c’est qu’il ne soit pas possible d’avoir un résumé de ses performances autrement que sur une journée ou une semaine. On aurait également souhaité pouvoir voir ses progrès sur un mois, voire une année.

3 - Oui et non, pour sa précision

Pour mesurer les mouvements de son porteur, l’Activité Steel dispose d’un accéléromètre MEMS à trois axes. Sa précision est satisfaisante d’après nos tests, tant que l’on s’en tient à une activité légère plutôt qu’intensive. Ainsi, notre marche de 800 pas a été analysée à 814 pas, ce qui est assez bon par rapport à d’autres capteurs d’activités que nous avons pu essayer.

Lorsqu’il s’agit de courir par contre, le résultat est plus décevant. Sur un parcours de 11 kilomètres, la Steel n’a « calculé » que 9,6 km. Pour ce genre d’activité sportive, les accéléromètres n’arrivent décidément pas à remplacer une puce GPS, bien plus précise - mais aussi plus énergivore.

En ce qui concerne l’analyse des nuits, c’est à peu près le même constat. La bonne nouvelle, c’est que l’Activité Steel dispose d’un mode de détection automatique du sommeil, ce qui signifie qu’il n’est pas nécessaire d’appuyer sur un bouton avant d’aller au lit. Par contre, la précision du calcul reste quelque peu aléatoire. Durant la première nuit passée en sa compagnie, elle a raté 3 heures de notre sommeil. Les données captées les deux nuits qui ont suivi ont néanmoins été un peu plus fidèles à la réalité.

4 - Oui, pour son Autonomie

La plupart des montres connectées souffrent d’un problème de batterie récurrent. Avec l’Activité Steel, il n’est pas question de devoir la brancher tous les soirs en rentrant chez soi. En l’absence d’écran, l’autonomie s’envole et Withings annonce jusqu’à 8 mois d’utilisation avant de devoir remplacer l’accumulateur. Il s’agit d’une pile « bouton » CR2025 dont le coût est en plus dérisoire, inférieur à 2 euros. Cela n'empêche pas la montre d'être bien équipée, entre un vibreur pour assurer une fonction réveil ou encore une puce Bluetooth 4.0 pour la communication avec le smartphone, qu'il soit sous iOS ou Android.

Lire : Smartwatch : comment choisir sa montre connectée ?

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire