[Test] On a testé une moto électrique : la Zero DS ZF 11.4

Un moteur et une batterie survoltés

C’est au démarrage que l’habitué des cylindres bruyants et vibrants aura un choc. Tournez la clé, attendez que la machine enchaine les différents contrôles et… c’est tout. Pas de bouton à presser pour « démarrer » le moteur, c’est déjà fait. Il suffit de rabattre la béquille latérale pour voir s’illuminer sur le tableau de bord une LED verte, synonyme d’enclenchement du moteur.

Le moteur, parlons-en. Nommé Z-Force, il a été développé intégralement en interne à Taiwan. Il développe une puissance de 54 chevaux. Mais c’est le couple qui impressionne : 9,2 m/kg, une valeur comparable à ce qu’offre un moteur thermique de quelque 900 cm3 !

La batterie fait appel à la technologie Lithium-ion, ici dans sa version 11,4 kWh. Cette dernière est développée pour supporter 2 500 cycles de charge avant de voir progressivement sa capacité baisser jusqu’à 80 % de ses performances initiales. Soit 497 000 kilomètres ! Autant dire qu’en terme d’entretien, la DS ne sera pas vraiment gourmande. Puisque son moteur et sa batterie en sont exempts, il suffira de respecter les échéances liées aux consommables, c’est-à-dire les pneus ou les freins.

Autonomie

Avec 11,4 kWh, la batterie de la DS offre, selon la fiche technique, une autonomie de 203 kilomètres en ville ou 122 sur autoroute à 88 km/h, soit une moyenne de 153 km. Une valeur que nous avons bien entendu cherché à vérifier. Au terme de plus d’une semaine d’essai avec des parcours divers (ville et route), nous sommes arrivés à 128 kilomètres avant que le dernier cran de la jauge de batterie ne se mette à clignoter lors de la première charge. La seconde nous aura permis de dépasser les 150 kilomètres d’autonomie, en roulant de manière plus souple.

Le câble pour la recharger est totalement standard, du même type que ceux des ordinateurs. On peut donc brancher sa moto absolument partout, ce qui garantit un chargement moins laborieux, même si ceux qui habitent en immeuble auront toujours des difficultés. Le chargement complet prend 8 heures sur notre modèle de test, avec un coût estimé de 1,49 €. Si ce délai vous semble un peu long, il est possible d’opter pour un chargeur rapide, qui divise par deux le temps. 


Sauf que le tarif n’est pas le même : 799,99 €. Tout cela pour « théoriquement » économiser de l’argent en roulant « vert », c’est un peu dur à avaler. Mais le pire reste tout de même le port de charge spécifique « CHAdeMO » (charge rapide) qui lui demande quelque 1899,99 € pour être implanté sur votre moto ! Alors certes, vous pourrez vous brancher aux équipements compatibles et vous verrez le temps de charge tomber à 1 heure et demie (1 heure pour atteindre les 95 % de la batterie), mais encore une fois, est-ce que cela les « vaut » vraiment ?

VerdictUn moteur puissant, une batterie performante… Sur la fiche technique, la Zero DS semble idéale. Mais c’est sans compter le détail de la logistique pour brancher la moto et le tarif des chargeurs rapides qui ont vite fait de rappeler que l’électrique reste un luxe encore assez peu grand public.
Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
2 commentaires
    Votre commentaire
  • Papounet17000
    Et oui mais comme toujours c'est des prix prohibitif.

    On se demande si ce n'est pas fait exprès pour éviter aux gens d'acheter de tel produits.

    Qu'ils divisent le prix par deux et il y aura beaucoup plus de gens qui achèteront vert.

    Les lobbies du pétrole et les états (taxes sur l'essence) ont encore de beaux jours devant eux.

    Le jour ou tout ce petit monde sera jeté purement et simplement aux ordures (c'est ce qu'ils sont), on pourra enfin avancer dans l'énergie verte à moindre coût.
    0