Internet : mieux gérer sa vie privée

Effacer ses données

La mention légale CNIL sur les Pages JaunesLa mention légale CNIL sur les Pages JaunesSans avoir forcément à passer une organisation ou une entreprise, l’utilisateur peut directement agir sur certaines données le concernant.

Le premier réflexe à avoir est de contacter le webmaster du site concerné. « Dans la majorité des cas, les responsables de sites sont compréhensifs et retirent les données sensibles ou dérangeantes », précise Guillaume Sessa. Mais cela n’est possible qu’avec des acteurs locaux et bien identifiés : « je vous souhaite bien du courage pour arriver à faire effacer du contenu de sites comme Google, YouTube ou Facebook », ironise à ce sujet Ludovic Baumgartner. Albéric Guigou, cofondateur de ReputationSquad, confirme ces propos, mais précise : « Google ne supprime que très
rarement du contenu à l'exception de certains liens pornographiques graves. » PagesJaunes, qui affiche désormais les résultats 123 People en plus des numéros de téléphone, propose également de retirer ces données. Un droit de retrait et de modification est possible conformément à la loi Informatique et Libertés, mais il n'a rien de simple. Il faut en effet pour cela envoyer sa demande par courrier accompagnée d'une photocopie de sa carte d'identité.         

D’autres cas particuliers seront en revanche impossible à gérer. Récemment, plusieurs cas de chantage à la webcam ont vu le jour. Dérivée des arnaques dites « à la nigériane » qui se font en général par e-mail, celle-ci s’opère en sympathisant sur un site de rencontre. Après avoir noué un lien étroit avec la victime, l’arnaqueur propose d’échanger par webcam certains jeux érotiques. Il ne lui en faut pas plus pour enregistrer la séquence et la monnayer ensuite contre une forte somme d’argent (plusieurs milliers d’euros) sous peine de la diffuser. Impossible dans ce cas-là d’opposer un quelconque droit à l’oubli à l’extorqueur de fonds. Une association de défense de ces victimes, AVEN France, a même été créée

Contre ces données impossibles à effacer, il est conseillé de lutter de manière plus maline, tout simplement en occupant le terrain. L’une des techniques les plus courantes est de faire en sorte de reléguer les résultats de recherche gênants dans les pages plus lointaines de Google. Pour cela, il faut produire du contenu. « Un blog rédigé sous son propre nom est un bon moyen d’être référencé facilement dans les moteurs de recherche et de maitriser les informations publiées sur soi » conseille Stéphane Tauziede. Cette technique est également confirmée par Ludovic Baumgartner qui conseille également de « faire bien attention à séparer son prénom de son nom dans l’URL de son blog, sinon Google le considérera comme un seul mot. Tous les billets devront également être signés du nom complet. Enfin, n’hésitez pas à linker le blog depuis tous vos profils (Facebook, Twitter, LinkedIn, etc.) et y cliquer depuis ces derniers pendant les premières semaines de sa création ».

Si les réseaux sociaux ne vous passionnent pas, pensez tout de même à réserver chaque profil à votre nom, même s’ils restent inactifs, cela évitera que quelqu’un d’autre le fasse.