10 ans de Xbox : une certaine idée du jeu vidéo

10 ans d'évolutions techniques

En annonçant la Xbox au début des années 2000, Microsoft n’a pas manqué de faire saliver son auditoire avec des spécifications alléchantes : avec un processeur basé sur un Pentium III et cadencé à 733 MHz, 64 Mo de mémoire vive et une carte graphique Nvidia proche de la GeForce 3, la console s’annonçait comme la plus puissante du marché, et de loin. Les spécifications de la PS2, sa principale concurrente, paraissaient en effet bien faibles à côté. Le constructeur a même poussé sa communication jusqu’à montrer comment il était possible de copier un CD sur le disque dur de 8 Go, pour ensuite écouter ses musiques et même les utiliser en plein jeu.

Mais les avantages techniques de la console se sont avérés problématiques pour la suite, puisqu’avec une telle puissance, la Xbox était ni plus ni moins qu’un PC bon marché, équipé d’un disque dur, d’un lecteur DVD et d’un processeur rapide, et a donc rapidement attiré l’oeil des pirates. Il n’a pas fallu bien longtemps avant que ces derniers apprennent à modifier le système de la console, changer son disque dur, autoriser l’utilisation de jeux copiés, la lecture de DivX et bien d’autres. 

Une Xbox toujours plus puissante

Avec la Xbox 360, Microsoft présente une console qui donne toujours autant dans les chiffres astronomiques : un processeur PowerPC triple coeur cadencé à 3,2 GHz, 512 Mo de mémoire vive et une carte graphique ATI à 500 MHz composent la console. Des caractéristiques équivalentes à la plupart des PC de l’époque, mais cette fois Microsoft a pris ses précautions : le disque dur n’est plus inclus en série, et il s’git désormais d’un boîtier en option dans lequel le disque est enfermé et solidement protégé, matériellement comme logiciellement, faisant ainsi efficacement reculer le piratage.

À contre courant de ses concurrents, Microsoft a décidé de ne pas inclure de carte Wi-Fi dans sa console, ce qui forcera les joueurs à acheter un appareil supplémentaire au prix fort pour en profiter. Cette erreur sera toutefois corrigée lors du redesign de la console. Beaucoup ont également regretté que, contrairement à la PS2, le matériel de la première Xbox ne soit pas compatible avec cette nouvelle version, obligeant les joueurs à racheter câbles optionnels et manettes. De même, la compatibilité avec les jeux de la première console, assurée par sa concurrente, reste très sélective sur Xbox 360 via un émulateur qui oblige Microsoft à porter les jeux au cas par cas. Ainsi, seulement moins de 500 jeux Xbox sont officiellement supportés sur Xbox 360.