Xbox 360 S : la non-révolution

Un régime light

En cinq ans d’existence, c’est la première fois que la Xbox 360 change de visage. Plus petite de quelques centimètres, elle ne parvient pas non plus à égaler les 33% d’amincissement de la PS3 Slim. De la poudre aux yeux, on en a également avec les 600 grammes qu’elle perd. Tout comme un ordinateur de bureau, une console de salon n’est pas un objet que l’on déplace continuellement. Aussi, cet argument n’en est pas un. Certes, certains préfèrent une console plus petite et plus légère pour différentes raisons. Néanmoins, ces deux premiers points ne justifient pas une augmentation du prix de la Xbox 360.

Nouvelle robe

Toujours sur la partie design, on s’aperçoit que Microsoft a changé radicalement de style. Ainsi, c’est de noir laqué que se pare la Xbox S. L’effet laqué, c’est joli, mais ça accroche aussi la poussière. Un détail qui peut paraître banal, mais au moins sur une vieille 360 mâte, ne s'en encombrait pas.

Enfin, les boutons Power et Eject de la console sont désormais tactiles. Aucune raison particulière à ce choix, mis à part l’aspect design. À l’usage, on s’aperçoit qu’ils sont très sensibles. Le problème est que le bouton Eject est très proche de la tranche de la Xbox 360 S, ce qui risque d’en surprendre plus d’un si la console est manipulée en plein jeu...