Se connecter / S'enregistrer

Résolu Assembleur PIC

Solutions (9)
Tags :
  • Communauté
  • Programme
  • Programmation
|
Bonjour à tous,

Je débarque dans votre communauté, je vous salue et j'en profite pour vous demander où est la rubrique active concernant le PIC programmé en assembleur?
Ma surprise vient de ce que quand je tape les mots "assembleur PIC" il n'arrive qu'une dizaine de messages et quand je tente d'y répondre, pour tous s'affiche une fenêtre avec le message "attention ce sujet est inactif depuis plus de 6 mois, etc..." donc c'est un forum mort concernant le plus répandu des microcontrôleurs dans le monde, et cela semblerait dire que d'une façon générale il n'y a personne sur ce forum, mais à l'accueil, on nous dit qu'il y a 140.000 adhérents au forum, alors je n'y comprends plus rien.

Une autre énigme, qui va avec la précédente, c'est que dans les seuls dix messages anciens concernant le sujet de la programmation du PIC s'élève une plainte générale contre l'assembleur qui serait un langage difficile etc, bref affublé de tous les maux de la Terre, mais cela sans aucun exemple évidemment puisque c'est totalement faux et il n'y a pas plus élémentaire et facile langage, par ex si je mets "CLRF PORTB,3" on voit bien que je sors un zéro sur la broche 3 du port B, et je ne vois pas ce que l'on pourrait faire de plus simple comme instruction de langage?

Tout cela est très curieux, comment se fait-il que sur mettons 4 programmeurs en général il n'y en ait au moins pas un qui fasse de l'assembleur avec des PICs. Le succès des PICs est tel donc la demande de formation rapide pour des ingénieurs que le fabricant des PICs a installé récemment 35 centres de formation dont un à Paris, et qui sature. Merci de m'expliquer, car je croyais trouver ici une énorme communauté de fans du PIC ASM, or c'est le vide!
pont
Contenus similaires
Meilleure solution
partage
|
Tu auras remarqué qu'il n'y a qu'une seule rubrique programmation, alors tu te doutes bien, que ça fait fourre-tout, et que ce n'est pas poussé dans un domaine particulier (je ne parle pas que de l'asm pic).

L'assembleur est basique dans le fonctionnement, complexe dans la conception logicielle. C'est vrai que pour programmer un PIC, en C ou assembleur, ça ne change pas grand chose tant que le logiciel n'est pas poussé.
  • Commenter cette solution |
Score
0
òh
òi
|
Merci Cricky pour votre réponse,

Des voiliers, il y en a une sacrée quantité juste devant chez moi, la femme qui récemment a fait le tour du monde (Maud Fontenoy) est partie de devant mon balcon et revenue devant mon balcon, autant te dire que je suis sur un site qui voit des voiliers. On l'a même filmée, c'est passé à la télé et c'est resté un certain temps sur Internet. On s'amuse.

Je vois ce que vous voulez dire, ce sont des moufles, le terme de palans est plutôt réservé à d'autres engins, palans à chaîne, palan à câble, avec le câble qui peut être mouflé, le mouflage c'est la multiplication des efforts par des poulies. Mais je n'ai pas de gros efforts, 25 ou 30kg à lever, le problème est la puissance, 120 watts minimum, et pas trop lourd ni encombrant, j'ai deux moteurs triphasés mais ils pèsent 13,5kg et sont gros, s'il faut que je promène ces masses pour rien ce n'est pas bon, c'est pourquoi je pensais à placer le moteur au bout du rail de guidage du chariot, et transmettre l'effort par câble; n'importe quel câble, même de frein de vélo peut tenir 30kg, mais sur la longueur de plus de 12m, je crains un peu d'élasticité, donc un manque de précision, la commande risque d'être molle, il faut que les câbles soient un peu tendus; pour le déplacement du chariot, sur 12mètres, cela va car je peux tendre le câble qui va faire l'aller/retour, je règle la tension en éloignant la poulie de retour du câble. Pour le levage il y a encore une autre solution, c'est de faire tourner un tube carré de 12m de long, par un moteur placé en fixe en bout de course, et le chariot portant juste une poulie traversée par le tube et pouvant glisser dessus. Cette poulie serait un pignon à chaîne qui pourrait lever la caisse. Mais la longueur de 12m est un peu grande pour cette solution, il faudrait que je trouve une solution à câble tendu, donc un circuit de câble en boucle. Je l'ai cherchée...

. . C'est fait je viens de trouver une solution, le câble ferait une sorte de deux systèmes de levage de grue à tour opposés, un levant l'autre forçant à descendre, le chariot pourrait bouger sans que la hauteur de la caisse varie, et on pourrait tendre le câble, donc on gagnerait sérieusement en précision de position. Je ne sais pas si c'est là ma solution définitive, mais disons que ça ressemble à un système pouvant marcher et léger, il y a 8 poulies ou plus dans ce système mais je peux mettre un moteur costaud et lourd puisqu'il n'aura pas à bouger. C'est grâce à vous que je viens de trouver cela, espérons que je n'y trouverai pas d'inconvénient. Dans les gros photocopieurs, il y a des systèmes de câbles difficiles à comprendre et qui sont très précis, pour déplacer des miroirs devant l'objectif. Les câbles, c'est un système qui marche bien. Mais il faut les tendre si on veut de la précision et c'est ce qui est fait dans les photocopieurs. Et pour être certain qu'il ne glisse pas sur la poulie motrice, je peux le remplacer en partie par un morceau de chaîne de vélo. La poulie motrice devient alors un pignon. Finalement vous n'étiez pas loin d'une solution!
A plus
  • Commenter cette réponse |
Score
0
òh
òi
|
Citation :
quand le treuil électrique tire sur le câble, le chariot ne bouge pas, sa 1e poulie tourne, la 2e côté bout de la flèche ne bouge pas ainsi que sa partie de câble, et résultat quand le câble côté treuil est tiré de 1 mètre, la charge au crochet monte de 1/2 mètre, puisque le 2e brin de câble ne bouge pas, il ne fait que résister à l'effort.

Quand je parlais de palan, c'est pour quelque chose comme ça: démultiplier les forces en augmentant la longueur à tirer (pour obtenir un même quantité d'énergie).
En voile (pratique aussi pour les nœuds ;)  ), il y a des palans à 6 brins, ce qui démultiplie par 6 les efforts (ce qui permet aussi de gagner en précision).

Tu peux aussi utiliser la technique des engrenages et crémaillères pour démultiplier les forces et pousser un tiroir (comme le tiroir d'un lecteur DVD).
  • Commenter cette réponse |
Score
0
òh
òi
|
CRicky a dit :


Et en utilisant un ensemble de palans ?


Rebonjour,

Je n'ai pas compris votre solution d'un ensemble de palans, pourriez-vous me l'expliquer?
palans électriques, à main, et comment sortir une caisse d'une étagère avec un palan, cela paraît difficile, cela irait avec les stockages empilés, sans étagères, comme sur les ports maritimes, ils mettent tout l'un sur l'autre, maiis pour sortir un contener qui est en dessous, il faut qu'ils enlèvent les 4 qui sont dessus, et les mettre où? C'est difficile le système des ports, c'est pourquoi j'opte pour celui des étagères, qui permet de tirer une caisse qui est en bas, sans bouger les autres
. . .Le système classique, c'est une barre verticale qui se déplace devant les étagères, guidée en haut et en bas par deux rails, et qui porte un curseur se déplaçant verticalement, qui a son tour porte un guidage horizontal pour entrer ou sortir une caisse, ou une palette portant de gros objets. L'inconvénient des palettes est que cela prend de la place en hauteur, c'est donc inutilisable pour des étagères serrées tous les 20cm de haut environ.
. . .Chez les concessionnaires auto, les étagères de pièces détachées n'ont pas de système automatisé, et on compte beaucoup sur la mémoire des magasiniers pour retrouver les pièces. Et comme il n'y a pas de contenants, pour mieux voir les pièces et les sortir à la main, l'inconvénient c'est que c'est assez dangereux, des pièces peuvent tomber, et ils ne peuvent remplir à fond l'espace sur étagère comme avec des caisses, et ils ne peuvent pas automatiser, cela tomberait partout. Leur système est adapté à leur fonctionnement qui inclut des magasiniers, alors que je suis tout seul, et qu'une caisse sera pleine de diverses pièces donc lourde (25kg max) ce qui me permettra un stockage plus compact, en fonction de mon peu de place disponible au sol, je mets cela au grenier. Je n'ai pas de cave sous la maison. J'ai prévu d'en faire une, mais ce n'est pas le moment.
. . Dans l'actualité, j'apprends à la radio que le stock de pièces pour réparer les tracteurs de la coopérative agricole a brûlé hier, ils pensent à un incendie "criminel" venant d'un concurrent réparateur voulant se débarrasser de leur concurrence. Cela va être difficile à prouver, il y aurait pour 10 millions d'euros de dégâts, je me demande pourquoi ils n'ont pas arrêté le feu. Je vois derrière chez moi et ailleurs, les feux ne sont jamais arrêtés par les pompiers, tout est brûlé à chaque fois.
A plus
  • Commenter cette réponse |
Score
0
òh
òi
|
CRicky a dit :
On vit dans un monde où l'on facilite les choses pour produire vite et donc plus.
Ce que je voulais dire au début, c'est que si tu veux faire de système de reconnaissance visuelle, tu ne vas pas t'embêter avec l'assembleur, mais je suis d'accord avec toi. Je rajouterais même que ça permet de mieux comprendre comment la machine fonctionne, et comprendre permet de résoudre plus facilement certains problèmes.

Citation :
Et pour lever la caisse il faut que je refasse l'étude de ce déplacement vertical avec autre chose.

Et en utilisant un ensemble de palans ?


Bonjour,
La reconnaissance visuelle, ce n'est vraiment pas mes oignons, j'avais vu les efforts de RENAULT pour piloter un robot censé prendre des pièces en vrac dans une caisse, c'était difficile, je m'attèle à beaucoup plus simple et dont je sais que j'ai des chances normales d'y arriver. Mais l'assembleur peut très bien fonctionner comme gros langage, on fait les procédures qu'on veut, on les range dans une bibliothèque et on les appelle par leur nom, et elles sont paramétrables etc... comme les instructions des autres langages, on peut se fabriquer son propre "C", ce qui est utile quand on fait à répétition des programmes qui portent souvent sur les mêmes genres de choses. Sur le plan logique, l'assembleur commence très bas, très simple, mais peut monter à la hauteur qu'on veut.

Et quand par hasard je vois du "langage de haut niveau" compilé et désassemblé, on n'est pas admiratif, on dirait un travail bâclé, sans finesse, grossier, avec des tas de répétitions à la place d'une boucle etc... cela fait plutôt "bas niveau" sur le plan logique.

Et pour lever ma caisse, j'ai peut-être trouvé une bonne astuce, cela reste à approfondir au niveau mise en ouvre, le principe est celui du levage des grues à tour qui servent à construire les immeubles. La partie horizontale, la flèche, porte le chariot qui se déplace sur toute sa longueur et cela ressemble à mon chariot qui va se déplacer devant mes étagères, tenu en haut et en bas pour rester vertical. Dans la grue, outre le câble qui sert à bouger le chariot, il y a celui qui sert à lever la charge, c'est celui-ci qui m'intéresse, il est attaché au bout de la flèche, revient le long de la flèche jusqu'au chariot et passe sur une poulie portée par le chariot, puis descend à la poulie qui porte le crochet et la charge, puis remonte au chariot, passe sur une poulie et se dirige vers le treuil, placé au centre de la grue.
quand le treuil électrique tire sur le câble, le chariot ne bouge pas, sa 1e poulie tourne, la 2e côté bout de la flèche ne bouge pas ainsi que sa partie de câble, et résultat quand le câble côté treuil est tiré de 1 mètre, la charge au crochet monte de 1/2 mètre, puisque le 2e brin de câble ne bouge pas, il ne fait que résister à l'effort.
. . Et le truc génial du système de chariot, c'est que quand on veut déplacer la charge horizontalement, le treuil de levage ne bouge pas, mais on agit sur le câble de déplacement, et quand le chariot bouge, ses deux poulies tournent dans le même sens, et la poulie du crochet en sens inverse, ce qu'elle prend de câble d'un côté, elle le rend de l'autre et donc reste à la même place en hauteur et suit la verticale du chariot donc se déplace horizontalement; celui qui a trouvé cela est vraiment génial et le monde entier utilise son invention!
. . .Et pour lever ma caisse si je fais pareil, je ne promènerai plus de groupe moto-réducteur, soit 10kg de moins, je peux alors mettre un treuil fixe en bout du rail de guidage de mon chariot, lequel devient plus simple. La difficulté à résoudre ce sera la précision, il me faut obtenir le millimètre car mes caisses vont être quasiment collées l'une contre l'autre. Le guidage sera précis, mais le câble le sera-t-il, ne va-t-il pas faire ressort? Il est à peu près certain que je devrai positionner le chariot par des trous dans le rail et une pièce conique rentrant dans le trou, poussée par un ressort. J'aurai un trou à faire tous les 40cm (largeur de la caisse), et un électroaimant sortira le cône du trou à chaque besoin de déplacement, cela semble faisable. Mais ce n'est pas certain que je fasse comme ça, car si je trouve une solution pour alimenter mon chariot en air comprimé, c'est à dire un tuyau assez rigide mais capable de s'enrouler sur un tambour à ressort; je profiterais de l'aide des vérins qui sont légers, peu encombrants, et assez forts justement pour cette application. Et ça marche pas mal les petits automatismes pneumatiques, ce n'est pas compliqué, pour commander un frein, un loquet de position, un petit déplacement, et la relation avec l'électrique est facile, donc il faut étudier ces deux solutions. Le vérin n'est pas cher, il est d'une construction simple, il n'y a pas de cuivre. Il faut voir quelle est la solution la plus simple, que choisiriez-vous?
Bon mardi!
Henri



  • Commenter cette réponse |
Score
0
òh
òi
|
On vit dans un monde où l'on facilite les choses pour produire vite et donc plus.
Ce que je voulais dire au début, c'est que si tu veux faire de système de reconnaissance visuelle, tu ne vas pas t'embêter avec l'assembleur, mais je suis d'accord avec toi. Je rajouterais même que ça permet de mieux comprendre comment la machine fonctionne, et comprendre permet de résoudre plus facilement certains problèmes.

Citation :
Et pour lever la caisse je comptais sur un moteur faisant 180 watts, vu que je n'ai besoin que 100 watts, et en sortie du réducteur il n'y a plus que 53 watts, le rendement est de 30% je n'ai jamais vu ça, donc il faut que je refasse l'étude de ce déplacement vertical avec autre chose.

Et en utilisant un ensemble de palans ?

  • Commenter cette réponse |
Score
0
òh
òi
|
Bonjour CRicky,

Merci de m'avoir envoyé un message, je n'ai toujours pas trouvé de forum français parlant du PIC en assembleur et je vois que dans certains lycées ils utilisent des générateurs de code, donc ils ne savent pas exactement ce qu'ils programment.
Pour des communications standard relevant de normes, que l'on utilise les procédures prédéfinies c'est normal, mais pour son programme, rien ne peut remplacer sa propre création, c'est comme en menuiserie, si on fait des cadres de portes, il n'y a rien à inventer, mais si on crée un meuble nouveau, on ne l'aura pas par assemblage de tiroirs standards et d'un plateau standard, les meubles en aggloméré sont créés par logiciel, on voit le résultat!

Je suis en pleine période de création d'étagères, disons d'un rangement "automatisé" comme ils appellent ça, j'ai trouvé la solution pour construire les étagères, démontables et transportables, et avec peu d'usinage, mais je bute sur les détails du système qui sortira ou remettra une caisse en place dans le rangement. Et pour lever la caisse je comptais sur un moteur faisant 180 watts, vu que je n'ai besoin que 100 watts, et en sortie du réducteur il n'y a plus que 53 watts, le rendement est de 30% je n'ai jamais vu ça, donc il faut que je refasse l'étude de ce déplacement vertical avec autre chose. Je n'en suis pas encore au stade de la programmation, mais je devrais commander des PICs à 40 pattes, le temps qu'ils arrivent, il y faut un mois, je vais peut-être pouvoir raccourcir cela grâce à l'aide d'une employée du fabricant des PICs, car c'est leur transporteur conventionné qui fait mal son travail, d'ailleurs je lui ai sonné les cloches et deux jours après ma commande arrivait, mais j'avais attendu un mois, donc il vaut mieux ne pas lui confier la marchandise dès le départ.

Je ne sais pas si vous bricolez, mais ce n'est pas tellement facile de faire simple, en plus, j'aime bien que ce soit solide, qu'il n'y ait pas à réparer. Et c'est la première fois que je fais des étagères automatisées, pour ranger des quantités de petits objets qui actuellement sont disséminés, quasiment perdus, je ne sais pas où ils sont, aussi ce sera l'occasion de faire une grande remise en ordre chez moi. Je compte récupérer entièrement une pièce qui va me permettre de faire des cours pour gagner quelques sous.
Bonne soirée!
  • Commenter cette réponse |
Score
0
òh
òi
|
Je suis loin de bien connaitre le PIC. J'avais juste vu ça pour le contrôleur d'interruption d'un PC avec des PIC intel en cascade, mais je n'ai jamais bidouillé ça pour l'utilisation classique.
  • Commenter cette réponse |
Score
0
òh
òi
|
Merci Cricky de m'avoir répondu,

Donc j'imagine que pour pouvoir faire des comparaisons, tu dois être un grand spécialiste du sujet, ce que je ne suis pas, mais ce que je ressens, avec le peu de lumières que j'ai, c'est que déjà, même sans utiliser les fonctions analogiques du PIC, c'est à dire en ne faisant que des entrées sorties digitales, donc très simples comme l'exemple que j'ai donné, je peux faire une énorme quantité de choses, comme une minuterie, une horloge donnant l'heure, un automatisme de portail, un automate programmable, le bloc de commandes d'un ascenseur, un variateur de vitesse d'un moteur, etc... c'est comme qui dirait qu'un maçon, s'il sait mettre un agglo, il peut bâtir un mur, après c'est juste une quantité de travail à fournir, comme dans tout métier, par ex un apiculteur, s'il sait gérer comme il faut une ruche, va pouvoir en gérer 100, c'est ce qui se passe actuellement avec mon fils, je l'entends qui nettoie ses corps de ruches au chalumeau car il a vu des moisissures, et il est brutalement passé de 3 ruches à une vingtaine, récemment.

L'assembleur est facile d'accès, il n'y a pas besoin de connaissances initiales, le seul problème, c'est que toutes les docs sont en anglais, alors ça c'est un barrage, je mets un temps important à traduire et des fois je comprends mal les tournures, je ne trouve pas le mot dans le dictionnaire, des fois c'est du jargon incompréhensible, et même il y a des trucs faux dans les docs, par ex pour le PIC16F88 que j'utilise, il est impossible avec la doc constructeur d'écrire la ligne de configuration, l'exemple donné dans l'aide est faux, et on ne sait pas que c'est faux, donc on cherche partout ce qui ne va pas et la data sheet n'indique rien à ce sujet. Il faut trouver un copain qui a lui-même reçu l'info d'un autre copain etc... d'où l'utilité des forums d'entr'aide. On prend des plus forts et on répercute aux plus faibles.

Et finalement je m'aperçois, avec retard, que je n'ai pas misé sur le bon cheval avec ce modèle de PIC qui a 18 pattes. Oui, il manque des pattes, il y faut un 28 pattes, mais apparaît un drôle de problème, c'est que le Textool 18 pattes est courant, mais hélas il n'existe pas de Textool 28 pattes, c'est fou d'être bloqué par ce détail mécanique. Ce qui fait que je vais tenter de multiplier les pattes de mon PIC, mais je ne sais pas si c'est possible. Pour cela il me faut au moins un port entier, donc les 8 pattes du port B et 5 pattes pour les commandes, dans ces commandes il y a une patte pour dire si le port doit être en entrée ou sortie, et 4 pattes pour donner les 16 adresses, il manque une sortie ALE (adress latch enable) qui n'existe pas sur le PIC, et donc je ne sais pas si cela va marcher, avez-vous déjà essayé?

Bonne journée
pont
  • Commenter cette réponse |

Ce n'est pas ce que vous cherchiez ?

Tom's guide dans le monde
  • Allemagne
  • Italie
  • Irlande
  • Royaume Uni
  • Etats Unis
Suivre Tom's Guide
Inscrivez-vous à la Newsletter
  • ajouter à twitter
  • ajouter à facebook
  • ajouter un flux RSS