Accueil » Dossier » 12 projets abandonnés qu’on aurait aimé avoir

12 projets abandonnés qu’on aurait aimé avoir

Image 1 : 12 projets abandonnés qu'on aurait aimé avoir

Drone Lily

Avec 34 millions de dollars récupérés en précommandes, on aurait pu croire que Lily allait être un succès retentissant. C’est finalement par son échec que ce drone a marqué son histoire.

Développé par la société Lily Robotics, ce quadricoptère avait la particularité de suivre à la trace son utilisateur grâce à une liaison permanente entre sa puce GPS et un bracelet porté par le sujet filmé. Certes, une telle fonction paraît aujourd’hui banale puisqu’on la retrouve facilement sur les drones de DJI, par exemple. Mais en 2015, il s’agissait d’une véritable révolution qui emballait alors tous les spécialistes.

>>> Le drone Lily de kickstarter fait un flop

Début 2017, après avoir repoussé à plusieurs reprises la sortie de son drone Lily Robotics annonce l’abandon de son projet et le remboursement de l’ensemble des 60 000 précommandes. En cause, un coût de recherche et développement bien trop élevé pour les cofondateurs de la start-up, Henry Bradlow et Antoine Balaresque. Au final, il ne restait plus d’argent dans les caisses pour passer en phase de production.

Pour le mot de la fin, Lily Robotics renaît de ses cendres en 2018 avec Lily Next-Gen, un drone retravaillé et déjà disponible sur son site. Il reprend bien évidemment le concept de suivi automatique, mais passe à un capteur de 13 mégapixels capable de filmer en 4K. Il est aussi plus compact et trois fois plus léger que le modèle de 2015.

>>> Quel est le meilleur drone ? Comment choisir ?

Image 2 : 12 projets abandonnés qu'on aurait aimé avoir

Mattel AI device

En octobre 2017, Mattel annonce qu’il abandonne son plan de commercialisation d’Atistotle, un assistant domestique dédié aux enfants.

Utilisé par les petites têtes blondes, il devait les divertir tout en aidant les parents à garder un oeil sur ceux. Pour cela, il était doté de deux intelligences artificielles, d’un haut-parleur, d’un micro et d’une caméra. Un ensemble très Big Brother qui a rapidement alerté quelques associations américaines et même des parlementaires. 15 000 signataires ont pointé du doigt l’exploitation des données personnelles, mais aussi les risques de piratage informatique ou d’exposition des plus jeunes à la publicité.

Malgré un bon accueil au CES 2017, il n’en a pas fallu plus pour faire reculer Mattel. En fin d’année dernière, le constructeur a mis de côté son projet, avançant dans un communiqué qu’il n’était pas « pleinement aligné avec la stratégie de nouvelles technologies de Mattel. »

Image 3 : 12 projets abandonnés qu'on aurait aimé avoir

Pebble Time 2

Racheté par Fitbit en 2016, Pebble a mis la clé sous la porte, et ce, très prématurément. Les dernières montres financées via Kickstarter, dont la Pebble Time 2, ne verront jamais le jour. Les backers n’auront d’autre choix que d’accepter le remboursement de leurs participations.

Toujours avec un écran à encre électronique (e-ink), la Time 2 devait introduire un capteur de rythme cardiaque et peaufiner son affichage qui passait de 1,26 à 1,5 pouce avec une définition revue à la hausse (200 x 228 pixels). Une belle promesse qui reprenait également la coque métallique de la Pebble Steel. Mais les 13 millions de dollars récoltés via Kickstarter en mai 2016 n’auront pas permis de la sauver, tout comme les autres modèles de la marque d’ailleurs.

Les comptes restent alors dans le rouge, la marque ne lance plus de nouvelles montres et met son service après-vente à l’arrêt. Même le rachat par Fitbit pour un montant estimé à un peu moins de 40 millions de dollars, ne suffira pas à éponger les dettes de la société. 

>>> Les meilleures smartwatch 2018

Image 4 : 12 projets abandonnés qu'on aurait aimé avoir

Microsoft IllumiRoom

CES 2013, Microsoft Research hypnotise tous les joueurs avec IllumiRoom, un système de projection immersif qui fait sortir l’affichage du jeu du cadre du téléviseur. La technologie peut soit apporter quelques touches de couleurs dans la pièce ou complètement transformer les murs en y étendant les décors du jeu.

Un Kinect et un vidéoprojecteur étaient alors les deux seuls éléments nécessaires au prototype de Microsoft. Et puisque ce projet n’était qu’un brevet encore quelques mois auparavant, on s’attendait à ce qu’il soit commercialisé dans les années suivantes.

Mais Albert Penello, alors responsable des plannings produits Xbox, a rapidement repris la communication en main : « Ne vous attendez pas à voir ce produit. Il s’agit d’une technologie vraiment très très cool, mais pour les consommateurs, cela requiert des tas de choses, des projecteurs… C’est vraiment super si vous êtes dans un labo et que vous disposez de l’argent de Microsoft, mais nous avons regardé de près, pour les clients grand public, cela coûterait des milliers de dollars. »

>>> IllumiRoom : l’accessoire trop cher pour la Xbox One

Image 5 : 12 projets abandonnés qu'on aurait aimé avoir

Google Glass

En 2015, soit deux ans après leur présentation, Google décide d’abandonner ses Glass, ou tout du moins leur commercialisation auprès du grand public. Un choix qui doit être en lien avec les polémiques concernant le respect de la vie privée, lesdites lunettes connectées disposant d’une caméra pouvant être activée par un simple clignement d’oeil.

Google explique alors que « nous fermons le programme afin de pouvoir nous concentrer sur ce qui viendra ensuite. » Et c’est en 2017 que l’on découvre les nouvelles Google Glass. Seule différence, elles ne sont plus destinées au grand public, mais uniquement aux professionnels dans un package Glass Enterprise Edition comprenant les lunettes ainsi qu’un logiciel propriétaire pour la modique somme de 1500 €.

>>> Google relance ses Google Glass… pour les entreprises

Image 6 : 12 projets abandonnés qu'on aurait aimé avoir

Microsoft Courier

 Il y a quelques années, Microsoft avait eu comme projet de lancer une tablette à double écran. Nommée Courier, elle est finalement restée à l’état de concept, faute d’entente entre les pontes de Redmond.

Imaginée bien avant les Surface, elle était pensée comme un complément du PC. Fonctionnant sous une version allégée de Windows, elle était tactile, mais également utilisable avec un stylet.

Une approche qui, comme le rapporte Cnet.com, n’était pas du goût de Steven Sinofsky, alors patron de la division Windows. Lui, souhaitait une tablette pour une version de Windows dédiée à la tablette, soit Windows RT qui est arrivé plus tard.

Steve Ballmer s’en était alors remis à Bill Gates, lequel avait jugé le projet trop éloigné des fondamentaux de Microsoft. Un jugement qui a définitivement enterré Courier.

Dernier rebondissement en date, selon les informations du site Windows Central, Microsoft travaillerait actuellement sur Andromeda, un appareil pliable avec un double écran qui fonctionnerait sur un système de stylet et d’encre numérique. Un concept qui pourrait être né sur les cendres de feu Courier.

Image 7 : 12 projets abandonnés qu'on aurait aimé avoir

Intel Projet Alloy

Le Projet Alloy d’Intel était un casque de « réalité mixte » autonome constitué de composants Intel et destiné à être une plateforme de référence.

Équipé de caméras RealSense pour numériser l’environnement et le reproduire en 3D dans le casque, il n’était pas orienté gaming et ses performances graphiques n’étaient pas de premier ordre. Néanmoins, il était en mesure d’intégrer des éléments virtuels dans l’environnement réel, ce qui lui valait d’être un casque de réalité mixte.

À l’été 2017, faute de partenaires, Intel décide d’enterrer son casque. Depuis, Microsoft a repris ce concept de réalité mixte avec Hololens.

>>> Bose AR : des lunettes de réalité augmentée sonore

Image 8 : 12 projets abandonnés qu'on aurait aimé avoir

Cicret Bracelet

Présenté en 2014, le Cicret Bracelet est issu d’une start-up française. Connecté, il est équipé d’un picoprojecteur ainsi que de capteurs sensoriels. Cette interface lui permet de projeter l’image d’un smartphone (en mirroring) directement sur le bras de son propriétaire qui peut alors tapoter sur sa peau pour naviguer dans ses applications.

Une idée complètement fascinante qui devait voir le jour à la fin de l’année dernière avec l’ouverture théorique des précommandes. Celle-ci n’a pas eu lieu et les canaux de communication de la start-up sont au point mort. Autant de signaux qui laissent à penser que le projet est mort ou, au mieux, a entamé une profonde restructuration.

>>> Cicret : un projet de bracelet vraiment douteux

Image 9 : 12 projets abandonnés qu'on aurait aimé avoir

Xbox Watch

En 2013, Microsoft aurait travaillé sur le prototype d’une montre connectée, a-t-on appris début 2018. Des photos accompagnant l’information indiquent qu’elle était pourvue d’un écran tactile de 1,5 pouce. Elle intégrait une puce GPS, un gyromètre, un accéléromètre, mais aussi un capteur cardiaque et diverses applications de suivi d’activité.

Résolument pensée pour le sport, elle adoptait une interface calquée sur l’univers Xbox. Finalement, elle n’aura pas su retenir suffisamment l’attention de Microsoft qui s’en serait détourné pour se consacrer à ses bracelets connectés, les Band 1 et 2, eux aussi abandonnés fin 2016.

>>> Une vidéo montre un prototype de Xbox Watch

Image 10 : 12 projets abandonnés qu'on aurait aimé avoir

Google Projet Ara

Initié par Google avec Motorola en 2013, le Projet Ara avait pour but de créer des smartphones modulaires, soit des appareils composés de plusieurs blocs amovibles correspondant chacun à une fonction (capteur photo, écran, processeur, etc.). L’intérêt d’un tel concept était de proposer un smartphone qui puisse s’adapter aux besoins de chaque utilisateur et évoluer au fil du temps avec des modules de remplacement qui auraient été plus performants d’année en année.

>>> Ara : Motorola présente son concept de smartphone modulable

En charge du projet, le groupe Google ATAP a carte blanche pour ses développements avec pour seule consigne d’être commercialement viable au bout de deux ans. Le Projet Ara aura tenu trois ans avant de sombrer dans l’oubli.

Google jette l’éponge à l’automne 2016 et suspend le Projet Ara. En cause, de lourds problèmes de conception. Au fil des mois, les ambitions ont été revues à la baisse. Plutôt que d’être entièrement modulaire, le prototype s’est alors architecturé autour d’un squelette central comprenant déjà quelques éléments fixes, dont l’écran. Ensuite, les ingénieurs ont aussi rencontré des difficultés au niveau de l’alimentation des modules via induction, mais aussi de leur fixation magnétique.

>>> [Test] Moto Z2 Play : que vaut le nouveau smartphone modulaire de Motorola ?

Image 11 : 12 projets abandonnés qu'on aurait aimé avoir

Nexus Q

Présenté lors de la Google I/O 2012 en même temps que la Nexus 7, le Nexus Q n’aura pas eu la même destinée que cette tablette.

Hub Android, il devait permettre de streamer des contenus de Play Musique, Play Films ou encore YouTube sur un téléviseur en utilisant un smartphone Android en guise de télécommande, via une application dédiée. Avec une connectique et une connectivité complète, le Nexus Q faisait penser à l’Apple TV.

Affiché en précommande sur le Google Play, il en a finalement été retiré. Son prix serait la raison principale de cet abandon. À 300 $, peu étaient enclins à l’acquérir. À noter que Google a rebattu les cartes peu de temps après avec son Chromecast lancé en 2013. Plus compact, discret et surtout bien moins onéreux, il s’est rapidement imposé.

>>> Google veut créer un service de streaming de jeux vidéos

Image 12 : 12 projets abandonnés qu'on aurait aimé avoir

Nintendo Playstation

« Fin 1992, Sony sortira la Nintendo Playstation, qui sera un appareil périphérique que l’on attachera à la Super Nintendo et grâce auquel on pourra jouer à des jeux sur CD. » Telle était la déclaration d’Olaf Olafsson, président de SCE, lors du CES 1990.

Ça aurait dû être les premiers pas de Sony en tant que constructeur de consoles. Mais de nombreux désaccords sur des points de licences ont eu droit de ce partenariat naissant entre Nintendo et Sony.

Finalement, c’est en 1994 que Sony a obtenu sa revanche avec la sortie de la PlayStation. Quant à la Nintendo Playstation, il aura fallu attendre 2015 pour la voir apparaître. Durant des années, des rumeurs circulaient concernant des prototypes en circulation. L’un d’entre eux a fait surface. Fonctionnel, il a été acheté aux enchères pour 75 $ par un collectionneur. Une belle affaire, d’autant plus que son port cartouche fonctionnait. Il aura fallu un peu plus de temps à son propriétaire pour animer son lecteur CD. En 2017, il a annoncé qu’il était enfin capable de lire un CD de musique et même un jeu. Il s’agit de Super Boss Gaiden, un titre spécifique puisqu’uniquement développé pour cette machine après sa découverte en 2015.

>>> Des fans développent un jeu pour la PlayStation de Nintendo