Accueil » Dossier » 15 applications bannies de l’App Store

15 applications bannies de l’App Store

Image 1 : 15 applications bannies de l'App Store

I am Rich

Certainement la plus connue des applications bannies de l’App Store d’Apple, I Am Rich n’a pas manqué de faire parler de lui. Vendue pour la somme exorbitante de 999 dollars, cette application n’avait pas d’autre fonction que celle d’afficher un diamant rouge sur l’écran de l’iPhone. Une dizaine de personnes sont tombées dans le piège et ont acquis l’application, avant que celle-ci soit retirée par Apple.

Image 2 : 15 applications bannies de l'App Store

Obama Trampoline

Apple ne plaisante pas avec le président des États-Unis. Lors de sa course à la Maison Blanche face, entre autres, à John McCain, Barack Obama a certainement été le candidat le plus médiatisé de toute l’histoire de la présidence américaine, et Internet n’y est certainement pas pour rien. Ce n’est donc pas une surprise si de nombreux jeux et sites parodiques ont vu le jour sur la toile, et l’iPhone n’a bien sûr pas été épargné. Obama Trampoline proposait donc d’incarner le président nouvellement élu, mais aussi 17 autres politiciens américains, dans un jeu de trampoline consistant à réaliser le meilleur score dans les couloirs de la Maison Blanche. Mais c’est sans compter la vigilance d’Apple, qui semble vouloir se passer de toute dérive politique extrême, et a donc interdit cette application de sa boutique en ligne.

Image 3 : 15 applications bannies de l'App Store

I Am Poor

Après la blague de I Am Rich, quoi de plus logique que la déclinaison, en version pauvre, de l’application la plus controversée de l’App Store ? C’est ce qu’a proposé l’éditeur Catamount, qui a voulu lancer l’application I Am Poor. Pour 99 cents, les possesseurs d’iPhone auraient donc pu acheter une application qui aurait simplement affiché des nouilles instantanées, une boîte de conserve et un paquet de pâtes. Ils auraient pu, si Apple avait eu le même sens de l’humour que ces développeurs.

Image 4 : 15 applications bannies de l'App Store

MyShoe

Georges Bush a eu dernièrement l’occasion de nous faire preuve de ses réflexes hors du commun, et l’image de sa magnifique esquive face au lancer de chaussures d’un journaliste irakien en colère a fait le tour du monde. La parodie n’a pas tardé à se décliner sous forme de jeu pour iPhone, mais une fois de plus, Apple a mis son véto et les possesseurs du téléphone de la marque ne pourront pas s’essayer à l’esquive de chaussures en plein vol.

Image 5 : 15 applications bannies de l'App Store

NetShare

Voilà une autre application dont les fonctions principales n’ont pas vraiment plu à Apple. Le principe ? Comme son nom l’indique, NetShare avait pour but de partager la connexion de votre iPhone 3G afin de l’utiliser sur un ordinateur portable à proximité, et ainsi surfer sur cet ordinateur en utilisant le forfait 3G du téléphone. NetShare n’a passé que quelques jours sur l’App Store avant d’être retirée par Apple.

Image 6 : 15 applications bannies de l'App Store

The South Park App

Les quatre garçons les moins polis de la télévision ont aussi eu droit à leur portage sur iPhone. S’ils sont connus pour être entrés dans le livres des records pour le plus grand nombre de jurons proférés dans un seul film d’animation, ils le sont également pour s’être vus fermer la porte de l’App Store. Apple a en effet jugé le contenu de l’application « potentiellement offensif ».

Image 7 : 15 applications bannies de l'App Store

Murderdrome

La violence non plus n’a pas droit de cité sur l’App Store, et l’application Murderdome en a fait les frais. Cette bande dessinée à la violence prononcée n’a pas passé les mailles du filet d’Apple, qui la retirée du service en invoquant un contenu inapproprié. Depuis, le moteur utilisé pour cette bande dessinée a été repris pour d’autres productions au contenu plus acceptable selon les termes d’Apple.

Image 8 : 15 applications bannies de l'App Store

Pull My Finger

Un « prout » lorsque vous déverrouillez votre iPhone, c’est excactement ce que proposait Pull My Finger, voilà une idée amusante. Enfin, pas pour Apple, qui s’est simplement contenté de refuser purement et simplement l’application. Pas de flatulences sur iPhone, donc.

Image 9 : 15 applications bannies de l'App Store

iBoobs

Les esprits lubriques auraient pu s’en donner à coeur joie si, une fois de plus, Apple n’avait pas décidé d’interdire l’application iBoobs. Ce programme, au nom plus qu’évocateur, proposait simplement d’afficher une paire de seins sur l’écran du téléphone, avec la fonction ô combien originale de faire bouger ceux-ci avec les mouvements du téléphone. Notez que l’application existe toujours sur l’App Store sous une autre forme (et un autre nom), et qu’elle propose les mêmes fonctions avec une photo personnalisée. Photo qui peut très bien être une paire de seins, notez…

Image 10 : 15 applications bannies de l'App Store

Podcaster

Podcaster n’est pas une application violente, ni sexuelle, ni même grossière, vulgaire ou insultante. Elle ne constitue pas une arnaque et ne permet pas de détourner l’utilisation initiale de l’iPhone. Elle propose simplement de télécharger et d’écouter des Podcasts sur son iPhone. Mais elle ne plaît pas à Apple quand même, et pour une raison simple : les Podcasts, c’est un domaine qu’Apple veut gérer lui-même. L’éditeur semble donc souhaiter que vous n’ayez aucun autre choix que celui de passer par l’iTunes Store pour télécharger vos Podcasts favoris.

Image 11 : 15 applications bannies de l'App Store

Freedom Time

Nous l’avons vu, la politique est un sujet qu’Apple ne préfère pas aborder, surtout s’il s’agit d’une controverse. Ainsi, Freedom Time, qui proposait de compter le temps restant avant la fin du mandat de Georges Bush en tant que président des États-Unis, s’est elle aussi vue retirée de l’App Store. Motif évoqué par Apple : elle constituait un caractère diffamatoire à l’égard du président alors en place.

Image 12 : 15 applications bannies de l'App Store

Knife Music

Voilà un autre cas particulier de rejet de la part d’Apple, et il s’agit cette fois d’une nouvelle écrite par un journaliste américain. Après que celle-ci ait été convertie en application iPhone et soumise à validation, Apple a refusé celle-ci en expliquant, tout en citant son contrat de licence, que « les applications ne doivent proposer aucun contenu obscène, pornographique, offensant ou diffamatoire ». Dans le cas de Knife Music, c’est certainement un passage décrivant un accouplement un brin bestial qui a dû choquer Apple.

Image 13 : 15 applications bannies de l'App Store

CastCatcher Radio

Autre cas particulier de rejet de la part d’Apple, et non des moindres. En effet, CastCatcher Radio propose tout simplement d’écouter la radio sur son iPhone, une fonction qui n’a rien d’exceptionnel, et qui est déjà proposée par d’autres applications sur le service. Mais celle-ci avait un point pour déplaire à Apple : elle consommait bien trop de bande passante, et l’éditeur a dû la retirer pour éviter la surcharge des réseaux à cause de son téléphone. Depuis, celle-ci a été mise à jour dans une version plus légère et soumise à une nouvelle validation, et est de nouveau disponible au téléchargement.

Image 14 : 15 applications bannies de l'App Store

Orange TV Player

Un partenaire d’Apple qui voit son application refusée sur l’App Store, quelle surprise ! C’est pourtant ce qui est arrivé à Orange et à son application Orange TV Player. Celle-ci devait proposer un service de télévison sur le téléphone d’Apple, mais ne verra pas le jour tout de suite puisqu’Apple l’aurait refusé, suite à des difficultés techniques selon Orange. L’application devrait toutefois voir le jour prochainement, c’est en tout cas ce qu’affirme l’opérateur, qui n’a pas vraiment donné de nouvelles à ce sujet depuis.

Image 15 : 15 applications bannies de l'App Store

Opera

Ce n’est pas vraiment une nouveauté : Apple n’aime pas beaucoup la concurrence sur son propre terrain. Voilà pourquoi, lorsqu’Opera Software veut proposer son propre navigateur sur le téléphone à la Pomme, cela crée quelques étincelles, surtout parce que l’iPhone dispose déjà de son navigateur, Safari Mobile. S’il existe bien aujourd’hui des navigateurs à télécharger sur l’App Store, tous sont basés sur le moteur de Safari. Verra-t-on un jour un véritable nouveau navigateur sur iPhone ? Rien n’est moins sûr…