Le Ministère de l’Agriculture passe sous Linux

Infos-du-Net.comTout administrateur réseau digne de ce nom le sait : un serveur a besoin d’être le plus à jour possible afin de contrer les éventuelles attaques extérieures.
À ce titre, le système d’exploitation joue un rôle important dans cette sécurité, notamment par le support qui est fourni ou des mises à jour de sécurité régulières.

Les serveurs du Ministère de l’Agriculture (dont le nom complet est en réalité : Ministère de l’Agriculture et de la Pêche) fonctionnaient jusqu’à maintenant sous l’obsolète Windows NT 4.0 server.
Le support pour ce système d’exploitation ayant été arrêté par Microsoft il y a un peu plus de six mois, il devenait de première nécessité d’en changer afin d’assurer la pérénnité des réseaux.

Ainsi, un appel d’offres a été lancé, et Microsoft y a répondu en proposant une solution à base de Windows Server, mais à un tarif trop élevé pour l’administration, se plaignant d’un prix dix fois plus cher qu’une solution libre.

C’est donc la principale raison pour laquelle elle s’est tourné vers une licence libre : le prix.
Et il se trouve que Mandriva, anciennement Mandrake (et/ou Conectiva), qui avait également répondu à l’appel d’offre, proposait une solution connue sous le petit nom de Mandriva Linux Server Corporate 3.0 (vivent les noms à rallonge…) permettant justement la migration d’un serveur sous Windows NT 4.0 vers le système susnommé, le tout de manière simplifiée et automatisée.

C’est donc la proposition qui a été retenue, et à l’instar du Ministère de la Culture, c’est maintenant le Ministère de l’Agriculture et de la Pêche qui passe sous Linux.

Cette solution devrait répondre aux exigences de l’administration leur permettant de conserver les services existants, tout en ayant une facilité dans la migration des serveurs et en utilisant des standards ouverts.

Cette migration ne concerne en revanche que les serveurs, la totalité des postes clients de l’administration resteront sous Windows.

Le contrat avec Mandriva inclut un support technique de trois ans, et fournis donc le système d’exploitation accompagné d’un kit de migration, ainsi qu’un serveur de fichiers libre Samba.

À savoir également que le kit de migration proposé au ministère sera décliné en plusieurs langues et distribué librement sous licence GPL d’ici la fin de l’année.

Source : Linuxfr