Sarkozy pour une police anti-piratage

Sarkozy culture piratageÀ moins de trois semaines du premier tour des élections présidentielles, le candidat de l’UMP, Nicolas Sarkozy, a donné ses positions sur un certain nombre de sujets en rapport avec le piratage, le Peer-to-Peer et tout ce qui peut graviter autour de ces thèmes. C’est lors d’un discours tenu hier soir lors d’une rencontre-débat organisée avec les professionnels de la culture (au Showcase de Paris) que le candidat a clarifié ses opinions.

Contre la licence globale

Premier point important, Nicolas Sarkozy s’est déclaré avec virulence contre toute forme de licence globale, qualifiant cette proposition de « vol organisé sous prétexte de jeunisme ». Il estime en effet qu’un tel système de rémunération aurait pour seule finalité de « tuer définitivement toute forme de création ».

Cette proposition de licence globale qui avait été proposée par de nombreux parlementaires lors des réflexions sur la loi DADVSI, est toujours gardée sous le coude par Ségolène Royal.

La loi DADVSI à compléter

Sur cette loi DADVSI, Nicolas Sarkozy propose de faire un bilan fin 2007. Il semble en effet souhaiter la remise en place du système de ripostes graduées qui avait été invalidé par le Conseil Constitutionnel. Les sanctions induises par un tel système serait gérées par une sorte de police anti-piratage, qui appliquerait des mesures restrictives aux internautes-contrevenants. On parle ainsi de réduction des débits des connections Internet, de coupures de service, et d’amendes en cas de récidive. L’aspect systématique et automatique des sanctions est l’une des particularité du système, censée le rendre efficace.

paris showcase police piratage emule

Un débat sans fin ?

Tout ceci n’est possible que si les fournisseurs d’accès jouent un rôle important dans l’application de ces sanctions. C’est d’ailleurs un des points qui avait posé problème au Conseil Constitutionnel, ainsi qu’à la CNIL, étant donné les problématiques liées à la conservation des données de connexions des internautes.

Voilà donc un sujet bien complexe sur lequel les candidats jouent gros, étant donné l’importance jouée par Internet et par les nombreux blogs qu’on y trouve sur les élections présidentielles. Quoi qu’il en soit, les positions du candidat de droite ont été particulièrement bien accueillies par les personnalités présentes lors de cette rencontre, parmi lesquels on peut citer Pascal Nègre, Elie Chouraqui et évidement Renaud Donneudieu de Vabre. Le discours du candidat est disponible en streaming sur son site de campagne.

Laissez-nous vos commentaires sur ces prises de position.