Des voleurs virtuels de biens réels

Habbo HotelLa police hollandaise vient de passer les menottes à un jeune internaute de 17 ans. Son délit n’est pas d’avoir téléchargé illégalement de la musique, ni de s’être introduit dans les ordinateurs du Pentagone. Il est accusé d’avoir volé pour 4000 euros de biens dans le monde virtuel Habbo Hotel.

Depuis, l’affaire fait grand bruit sur Internet.

De vraies menottes pour un faux vol

À la manière de Second Life, tous les biens virtuels présents dans Habbo Hotel peuvent être vendus et avoir une valeur réelle dans notre monnaie. Les 80 millions d’inscrits au monde virtuel peuvent donc vendre et s’échanger des meubles et autres objets faits de pixels contre de l’argent. Dans Habbo Hotel, la monnaie en vigueur est le Habbo Credit, et cinq d’entre eux valent un euro.

Ainsi, le jeune hollandais est accusé de s’être introduit chez un résident du monde virtuel pour lui voler près de 20 000 Habbo Credits (4000 euros) de meubles qu’il aurait ensuite déplacés chez lui, ainsi que chez quatre complices âgés de 15 ans.

Notre avis : cette arrestation amène tout de même à une série de questions. Si le vol peut être monnaie courante dans un jeu vidéo sur Internet, doit-il être considéré différemment dès lors que les objets ont une valeur réelle, même s’ils restent virtuels ? Comment un juge peut-il gérer une telle affaire ? La France doit-elle s’inquiéter de voir ses internautes se faire arrêter à la chaîne pour des vols commis dans des mondes virtuels ?