Ils ont fait le peer to peer

1 : Les grands du peer to peer 2 : Shawn Fanning, le précurseur 3 : Jed McCaleb : pas du tout un âne 4 : Kazaa, détruit par les spywares 5 : Hendrik Breitkreuz : chargeur de mule 6 : Tom Pepper et Justin Frankel, accros au chocolat 7 : Dieter Seitzer : le génie de la compression 8 : Jérôme Rota : le français du DivX 9 : Jon Lech Johansen, l'as du crack 10 : Bram Cohen : un torrent d'innovation 11 : Andrej Preston, fan de Star Trek et de torrent 13 : Un retraité pour inaugurer le premier procès français de P2P 14 : Jamie thomas, celle qui se croyait invulnérable 15 : Gill et Ken Murdoch : Pirates malgré eux 16 : Celui qui voulait être le mot de la fin

4 suèdois dans la baie des pirates

The Pirate BayHans fredrik neij, Per svart holm warg, Peter kolmisoppi et Carl lundström ont fait de leur site internet le symbole de la lutte contre les majors du disque. Ils sont les créateurs de the pirate bay, qui est selon eux «le plus gros site de téléchargement au monde ».

Ces Suédois se sont largement illustrés dans différentes affaires judiciaires, et ne le cachent pas : ils ont d’ailleurs créé une rubrique « legal threats » (menaces judiciaires) sur leur site. A l’intérieur, une liste de lettres de réclamations envoyées par des majors du multimédia : warner bros, sega, apple…  Pourtant, le navire est toujours à flot.

De la Suède aux Pays Bas…

La justice suédoise a bien réussi à le faire fermer, après une perquisition et la saisie de 200 serveurs. Mais il n’aura fallu que trois jours aux administrateurs pour trouver refuge ailleurs, aux Pays-Bas. Une dizaine de jours de plus et le vaisseau était de retour dans son pays natal, soutenu par une large communauté d’internautes suédois. Certains leur avaient même donné des serveurs.

Empereurs mégalos?

L’île de leurs rêvesPour exercer en toute légalité alors que la plupart des pays prenaient des mesures contre le piratage, the pirate bay eut ensuite l’idée de s’offrir une micro nation. Le site mobilisa ses supporters afin de réunir assez d’argent pour acheter l’île de sealand, mais le prince Michael Bates, propriétaire de l’île, qui refusa l’offre par principe d’opposition au piratage virtuel.

À l’abordage de mediadefender

Le vaisseau pirate n’est donc toujours pas à l’abri des poursuites. Mais a décidé de contre-attaquer… À sa manière. D’abord, en envoyant des fausses adresses ip générées au hasard dans son tracker, afin de fausser les identifications de pirates virtuels par la justice. Ensuite, en portant plainte lui même contre media defender (une société de chasseurs de pirates du net) de payer des hackers pour détruire leurs trackers. Ces petits éléments contiennent toutes les informations d’un torrent. Affaire à suivre…

Sommaire :

  1. Les grands du peer to peer
  2. Shawn Fanning, le précurseur
  3. Jed McCaleb : pas du tout un âne
  4. Kazaa, détruit par les spywares
  5. Hendrik Breitkreuz : chargeur de mule
  6. Tom Pepper et Justin Frankel, accros au chocolat
  7. Dieter Seitzer : le génie de la compression
  8. Jérôme Rota : le français du DivX
  9. Jon Lech Johansen, l'as du crack
  10. Bram Cohen : un torrent d'innovation
  11. Andrej Preston, fan de Star Trek et de torrent
  12. 4 suèdois dans la baie des pirates
  13. Un retraité pour inaugurer le premier procès français de P2P
  14. Jamie thomas, celle qui se croyait invulnérable
  15. Gill et Ken Murdoch : Pirates malgré eux
  16. Celui qui voulait être le mot de la fin