Ils ont fait le peer to peer

1 : Les grands du peer to peer 2 : Shawn Fanning, le précurseur 3 : Jed McCaleb : pas du tout un âne 4 : Kazaa, détruit par les spywares 6 : Tom Pepper et Justin Frankel, accros au chocolat 7 : Dieter Seitzer : le génie de la compression 8 : Jérôme Rota : le français du DivX 9 : Jon Lech Johansen, l'as du crack 10 : Bram Cohen : un torrent d'innovation 11 : Andrej Preston, fan de Star Trek et de torrent 12 : 4 suèdois dans la baie des pirates 13 : Un retraité pour inaugurer le premier procès français de P2P 14 : Jamie thomas, celle qui se croyait invulnérable 15 : Gill et Ken Murdoch : Pirates malgré eux 16 : Celui qui voulait être le mot de la fin

Hendrik Breitkreuz : chargeur de mule

Ancien logo d’emuleLa petite mule est née le 13 mai 2002, sortie de l’imagination d’Hendrik Breitkreuz, un développeur allemand qui a voulu pallier les difficultés de l’interface originelle de Edonkey2000 en créant son propre logiciel client. Il a ajouté de nombreuses améliorations au système original de donkey2000. Sur le plan technique, emule a par exemple rendu les partages de fichiers plus équitables en partageant la vitesse de débit entre les différents clients. Ainsi, si une personne transmettait un fichier à 4 personnes avec une vitesse de 12 ko, chaque personne le recevait avec un débit de 3 ko chacune. Avec edonkey, les téléchargements se faisaient de manière plus anarchique sur ce point et pouvaient arriver très vite chez certaines personnes, et très lentement chez d’autres.

Une interface à la portée de tous

Mais ce qui a fait une bonne partie de la popularité d’emule à cette époque est une interface simple et soignée, qui permettait en même temps de donner un maximum d’informations à l’utilisateur. Les novices peuvent ainsi s’en servir simplement en laissant les paramètres définis par défaut, tandis que les plus geeks avaient la possibilité de fouiller dans les statistiques d’upload ou de connaître précisément leurs positions dans les files d’attente.

Razorback saisi, Kademlia prend le relai…

Ainsi, la petite mule a fait le tour du monde, accumulant des millions d’utilisateurs. En 2006, ils étaient environ 3,4 millions. C’est à ce moment que la police belge décide de se saisir du problème, en supprimant simplement Razorback, le plus gros serveur du système. Ils croyaient avoir ainsi trouvé le moyen de réduire de près d’un tiers le nombre d’usagers : un million de personnes étaient connectées au fameux serveur. C’était sans compter sur un autre type de réseau propre à emule, kademlia : il permet aux utilisateurs de s’échanger directement des fichiers entre eux, sans passer par un serveur.

Sommaire :

  1. Les grands du peer to peer
  2. Shawn Fanning, le précurseur
  3. Jed McCaleb : pas du tout un âne
  4. Kazaa, détruit par les spywares
  5. Hendrik Breitkreuz : chargeur de mule
  6. Tom Pepper et Justin Frankel, accros au chocolat
  7. Dieter Seitzer : le génie de la compression
  8. Jérôme Rota : le français du DivX
  9. Jon Lech Johansen, l'as du crack
  10. Bram Cohen : un torrent d'innovation
  11. Andrej Preston, fan de Star Trek et de torrent
  12. 4 suèdois dans la baie des pirates
  13. Un retraité pour inaugurer le premier procès français de P2P
  14. Jamie thomas, celle qui se croyait invulnérable
  15. Gill et Ken Murdoch : Pirates malgré eux
  16. Celui qui voulait être le mot de la fin