BD sur Internet : Angoulême n’a qu’à bien se tenir

1 : BD 2.0 ? 2 : Les spécificités de la Web BD 4 : Web contre papier : une lutte vaine ? 5 : Deux supports complémentaires

Un excellent moyen de promotion

Yves Barros (DR)

De plus en plus nombreux sont les auteurs et illustrateurs sur le web à gagner de l’argent grâce à leur passion, souvent via une édition papier des travaux qu’ils publient en ligne. Le blog BD est ainsi devenu un moyen incontournable pour promouvoir son travail. « La Bande Pas Dessinée est clairement le tremplin web de mes autres projets, j’y fais ponctuellement la promotion d’autres créations », précise Navo. Son blog BD est ainsi une vitrine pour ses différents projets, en court de création ou déjà lancés, comme la web-série « les voisins du dessus ».

Se passer de l’éditeur

Pour Maliki, le web est surtout le moyen de court-circuiter le rôle de l’éditeur : « Avant les blogs BD, pour se voir publier, il fallait monter un dossier, aller voir un éditeur qui va décider seul, selon ses goûts et son expérience, si votre BD vaut le coup ou non. » Selon lui, il est beaucoup plus facile de se faire remarquer par un éditeur, grâce à Internet : « Sur un blog BD, il n’y a pas d’intermédiaire, votre travail est directement proposé au public, qui peut réagir immédiatement s’il aime ou s’il n’aime pas. Désormais, quand un blog BD fait beaucoup de visites, il est souvent édité en format papier. C’est une sorte de suffrage universel ou de démocratie qui sélectionne les auteurs méritants et au goût du public. Et les éditeurs y trouvent leur compte, car ils ne prennent pas beaucoup de risques lorsqu’ils savent qu’un auteur a déjà fédéré une communauté de fans avant même d’être publié sur papier ».

En clair, si vous vous sentez l’âme d’un auteur de bande dessinée, la création d’un blog BD est désormais incontournable pour avoir une chance d’être un jour édité. Mais c’est aussi un excellent moyen de montrer que vous allez de l’avant, comme le précise Navo : « Pour ce qui est de mon travail d’auteur, mon blog est une bonne vitrine et je pense que ça donne un côté « j’ai attendu après personne pour faire des trucs » ». Yves Barros nuance toutefois ces propos. S’il estime que le web est devenu incontournable, sa fonction première reste le dessin et le Net ne reste qu’un support. « Je ne me bats pas pour être omniprésent sur le web. Je suis dessinateur, pas webmaster », précise-t-il.

Sommaire :

  1. BD 2.0 ?
  2. Les spécificités de la Web BD
  3. Un excellent moyen de promotion
  4. Web contre papier : une lutte vaine ?
  5. Deux supports complémentaires