Expulsé pour avoir découvert une faille dans son école

Trouver une faille dans le réseau de son école peut voir de fâcheuses conséquences. C’est l’enseignement qu’aura tiré Ahmed Al-Khabaz, renvoyé après avoir découvert une faille dans le réseau du collège Dawson de Montréal, qui aurait compromis les informations personnelles de plus de 250 000 étudiants.

Ce n’est pas vraiment la découverte de la faille qui a attiré des ennuis à l’étudiant. Le 26 octobre, il lance un simple morceau de code sur le réseau afin de s’assurer que Skytech, l’entreprise qui fournit et entretient le réseau de l’école, a bien colmaté la faille. Mauvaise nouvelle : ce n’était pas le cas, et quelques minutes après avoir lancé son test, il reçoit un coup de téléphone d’Édouard Taza, responsable de l’entreprise, qui l’accuse d’avoir lancé une attaque sur le réseau de Skytech.

Les explications qu’il fournira pour expliquer qu’il est l’étudiant à l’origine de la découverte de cette faille n’y changeront rien : il est menacé de poursuites judiciaires. Du côté de collège Dawson, il a été jugé que ce « test » a mis en danger le bon fonctionnement des ordinateurs de l’école, et l’expulsion a de l’étudiant a été décidée après son entrevue.